Cardar la cambe

Collecté en 1997 par IOA Sur la Commune de Castanet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le linge était en général produit sur place avec la laine des brebis (lana de las fedas), ou avec des fibres végétales : le chanvre (cambi, cambe) et le lin.

On broyait les végétaux avec des bargas appelées aussi bergadoiras ou bargadoiras. Ensuite, on les peignait avec un grand peigne en bois hérissé de piques (una penche de cardaire).

Il y avait des ateliers de tisserands (teissedres, teisseires, teissièrs) dans presque tous les villages. Les draps (lençòls) en chanvre étaient rêches et il existait des moulins à foulon (molins paraires, molins combaires) pour parer les pièces de tissus. Avec l'arrivée de la mécanisation, les filatures (filaturas, mecanicas) remplacèrent les ateliers de tisserands.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROLAND CROS

né en 1922 au moulin de Pageses de Castanet.

Transcription

Occitan
Français
« Dins lo temps, mèmes aicí en defòra del molin, i aviá per dire de cardar la cambe. Lo monde, dins los ostals, fialavan la cambe, la fialavan e, quand l'avián fialada, après la portavan.
Alèra aicí, a l'epòca, fasián los lençòls dins los ostals, ne fasián la tela per far las camiás, fasián de tot, un briat de tot per dire de… Dins los ostals, aquò se crompava pas coma duèi !
E alèra portavan la tela aicí per dire de la far cardar. La passavan per la far cardar… I aviá de martèls qu'èran en boès, un de cada costat, e alèra un montava e l'autre davalava. Alèra la tela èra entremièg, aquò la fretava e la tela se sarrava, aquò l'afinava, veniá pus fina d'ela mèma per dire de… Après quand èra plan, que anava à point, arrestavan aquò, tiravan la tela e la venián espandir aicí sus aquel balet que i a a l'ostal, aquí, que s'es fach esprès, aquel balet, quand fa(gu)èron l'ostal per dire de la far secar, la cambe.
Quand la cambe èra seca, la metián de costat aicí a l'ostal e lo monde pièi tornavan quèrre lor merchandisa.
O ai pas vist marchar mès enquèra ieu dins ma junessa aviái vist l'aparelh, aquí, las cardas qu'apelàvem. O aviái vist mès marchavan pas, aquò èra dejà arrestat per çò que… Mès aquí aquò remònta… Abans 1900, aquò remontava aquò d'aquí. Per çò que après, lo monde… I agèt de filaturas que se metèron a marchar, coma aicí i aviá Nanças, i aviá aicí en bas aicí aprèssa i aviá…
Mès ma grand-mèra, aquò èra ela que se'n ocupava de las cardas. Aquò èra ela que las fasiá marchar. I aviá un rodet qu'èra a la paissièira aquí e alèra lo rodet virava e aquò fasiá manubrar aquelses blòcs en boès qu'apelavan las cardas, aquí aquò fasiá lo monta-davala. »
Carder le chanvre
« Dans le temps, même ici en dehors du moulin, il y avait de quoi carder le chanvre. Les gens, dans les maisons, filaient le chanvre, ils le filaient et, quand ils l’avaient filé, ensuite ils le portaient.
Alors ici, à l’époque, ils faisaient les draps dans les maisons, ils en faisaient de la toile pour faire les chemises, ils faisaient de tout, un peu de tout pour... Dans les maisons, ça ne s’achetait pas comme aujourd’hui !
Et alors ils apportaient la toile ici pour la faire carder. Ils la passaient pour la faire carder... Il y avait des marteaux qui étaient en bois, un de chaque côté, et alors l’un montait et l’autre descendait. Alors la toile était au milieu, ça la frottait et la toile se serrait, ça l’affinait, elle devenait plus fine d’elle-même pour... Ensuite quand elle était bien, qu’elle allait à point, ils arrêtaient ça, ils retiraient la toile et ils venaient l’étendre ici sur ce balcon qu’il y a à la maison, là, qui a été fait exprès, ce balcon, quand ils firent la maison pour faire sécher le chanvre.
Quand le chanvre était sec, ils le mettaient de côté ici à la maison et les gens ensuite venaient rechercher leur marchandise.
Je ne l’ai pas vu marcher mais encore dans ma jeunesse j’avais vu l’appareil, là, les cardes. Je les avais vues mais elles ne marchaient pas, c’était déjà arrêté parce que... Mais là ça remonte... Avant 1900, ça remonte ça. Parce qu’ensuite, les gens... Il y eut des filatures qui se mirent à marcher, comme ici il y avait Nances, il y avait en bas ici ensuite il y avait...
Mais ma grand-mère, c’était elle qui s’occupait des cardes. C’était elle qui les faisait marcher. Il y avait un rodet qui était à la chaussée là et alors le rodet tournait et ça faisait manœuvrer ces blocs en bois qu’ils appelaient les cardes, là ça montait et ça descendait. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...