Lo lop e lo rainald

Collecté en 2000 Sur la Commune de Cassuéjouls Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La séquence de ce conte animalier est classée AT 41 (le loup pris pour avoir trop mangé) selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Celle que nous avons collectée le plus souvent en Rouergue narre un loup pris au piège après avoir mangé trop de miel entreposé dans un clocher. Dans cette version montanhòla, le loup fait un excès de charcuterie.

Dans le cycle occitan du loup et du renard, le personnage du renard est flatteur, menteur et rusé, tandis que celui du loup, qui peut parfois incarner la cruauté, est ici fort naïf.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ALEXANDRE CALMELS

né en 1925 à La Barthe de Cassuéjouls.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra una annada que i aviá bienta de nèu, i aviá un pauc la misèra e lo lop ambe lo rainald crebavan de fam. E lo rainald èra coquin, pardí, e di(gu)èt al lop :
“Sabe un endrech end ont i a un païsan que ven de tuar lo pòrc. Sabe end ont fa secar la carn, amont. Nos i caldriá anar.”
E alara, totes dos tèunes coma doas agulhas, i aviá pas qu'un fenestron, te passan pel fenestron e te dintran. Mès que lo rainald èra pus coquin. Levaca, enlai, manjava de saussissa, pas grand causa. Mès l'altre, lo lop, s'atauèt als quartièrs, tot ni fumava !
E, tot en un còp, quand sesquèron un pauc sadols, tot en un còp, aquel òme aviá de monde per vilhar e va quèrre de saussissa al secador. Te duèrb la pòrta… Les altres dos, lo lop e lo rainald te veson aquel òme qu'arribava ambe la lantèrna e una barra… Lo rainald, qu'èra pro tèune, passa pel bojau e òp ! defòra. E lo lop s'engulhèt darrièr mès que èra talament confle que demorèt pinjat al fenestron. E l'altre, lo païsan, quatre o cinc pics sus la cropa. Reüssi(gu)èt a partir mès n'atapèt una tanada…Voilà. »
Le loup et le renard
« C’était une année où il y avait beaucoup de neige, il y avait un peu la misère et le loup avec le renard crevaient de faim. Et le renard était coquin, bien sûr, et il dit au loup :
“Je connais un endroit où il y a un paysan qui vient de tuer le cochon. Je sais où il fait sécher la viande, là-haut. Il nous faudrait y aller.”
Et alors, tous les deux maigres comme deux aiguilles, il n’y avait qu’une petite fenêtre, ils passent par la petite fenêtre et ils entrent. Mais le renard était plus coquin. Il léchait, par là, il mangeait de la saucisse, pas grand-chose. Mais l’autre, le loup, s'attaqua aux quartiers, tout y passait !
Et, tout à coup, quand ils furent un peu rassasiés, cet homme avait des invités pour la veillée et il va chercher de la saucisse au séchoir. Il ouvre la porte... Les deux autres, le loup et le renard voient cet homme qui arrivait avec la lanterne et une barre... Le renard, qui était assez mince, passe par l'ouverture et hop ! dehors. Et le loup s’engouffra derrière, mais il était tellement repu qu’il resta suspendu à la fenêtre. Et l’autre, le paysan, quatre ou cinq coups sur la croupe. Il réussit à partir, mais il prit une tannée... Voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...