Lo camin de l'escòla

Collecté en 2000 Sur les Communes de Cassagnes-Bégonhès, Durenque Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L’école était fréquentée de façon assez irrégulière de Toussaint à Pâques car les enfants participaient aux travaux agricoles.

Comme le raconte René, les enfants devaient parfois parcourir de longues distances pour s'y rendre, 16 km quotidiens pour lui.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ CALVET

né en 1930 au Vitarel de Durenque, décédé en 2018.

Transcription

Occitan
Français
« Çò que tròbi de bien, aquí dins aquela sala, totes aqueles libres, ai pas acabat de far lo torn mès, pensi, acabarai, bòn tot aquò rapèla d'anciens sovenirs mès i a una causa que veirem pas enlòc aquí aquò's lo camin que fasiam per venir a l'escòla a Durenca, Lo Vitarèl de Durenca, lo Lagast qu'es quand mèmes, cal dire a pè i aviá quand mèmes uèch quilòmèstres e me soveni qu'a-n-aquelas epòcas fasiam aquò a pè e ambe d'esclòps !
– Uèch quilòmèstres lo matin e uèch quilòmèstres lo ser.
– E uèch quilòmèstres lo ser. Èrem a 900 mèstres d'altituda, aviam la nèu, e ambe d'esclòps basses farrats al fabre ! Pièi li agèt los esclòps nauts.
– N'ai farrat !
– El n'a farrat, es aquí, lo fabre. Fasiam aquò coma aquò…
Ara aviam de mèstres qu'èran braves. Me soveni que èrem parents… Un Fabiéqu'aviam avut qu'aquò èra un pichòt cosin del poèta François Fabiéque, quand arribàvem totes molhats, el nos fasiá secar, nos balhava mèmes una tassa de cafè ambe de lach, quicòm de caud, vesètz… Nos sonhava coma de polets garrèls.
E pièi, per far aquel camin de uèch quilòmèstres, vos dirai, me rapèli, qu'èrem vint-a-dos, enfants e filhas. Mès vint-a-dos que nos…
– Vos escampilhàvetz.
– Que nos escampilhàvem, quand arribàvem a un vilatge, Pervencós, aquí ne demoravan dos o tres, e pièi… Mès los darrièrs coma èrem nautres, Lo Vitarèl, aquí acabàvem.
Donc, aviam pas de ramassatge escolari.
Encara, quand arribàvem amont, a l'ostal, la prima, i aviá las leiçons, los devers a far, a estudiar, mès caliá atanben anar barrar las polas, claure los piòts, atalhonar los patanons als vedèls e tantas maitas causas !
Mès aquò èra quand mèmes… La vida èra quand mèmes interessenta perque quand aviam dètz, dotze ans aquí arribava lo prumièr reion d'amor coma se ditz e, ambe las filhas, nos carpinhàvem, sabètz ben, tot aquò d'aquí.
Lo camin èra benlèu tant interessent coma duèi ambe de voeturas, ambe de mini-cars e tot aquò.
Metiam pas mai d'una ora e mièja, e matin e ser !
– E l'ivèrn ?
– E l'ivèrn atanben.
A Durenca i aviá de pensions, i aviá una pension que tenián las surs mès aquí caliá pagar, aquò èra car e n'in demoravan pas gaire aquí. »
Le chemin de l’école
« Ce que je trouve de bien, là dans cette salle, tous ces livres, je n’ai pas fini de faire le tour, mais, je pense, je finirai, bon tout ça rappelle d’anciens souvenirs mais il y a une chose que nous ne verrons nulle part là c’est le chemin que nous faisions pour venir à l’école à Durenque, Le Vitarel de Durenque, le Lagast qui est quand même, il faut le dire, à pied il y avait quand même huit kilomètres et je me souviens qu’à ces époques nous faisions ça à pied et avec des sabots !
– Huit kilomètres le matin et huit kilomètres le soir.
– Et huit kilomètres le soir. Nous étions à 900 mètres d’altitude, nous avions la neige, et avec des sabots bas ferrés chez le forgeron ! Ensuite il y eut les sabots hauts.
– J’en ai ferré !
– Lui il en a ferré, il est là, le forgeron. Nous faisions ça comme ça...
Maintenant nous avions des maîtres qui étaient gentils. Je me souviens que nous étions parents... Un Fabié que nous avions eu qui était un petit cousin du poète François Fabié qui, quand nous arrivions tout mouillés, lui il nous faisait nous sécher, il nous donnait même une tasse de café avec du lait, quelque chose de chaud, vous voyez... Il nous soignait comme des poulets boiteux.
Et puis, pour faire ce chemin de huit kilomètres, je vous dirai, je me souviens que nous étions vingt-deux, garçons et filles. Mais vingt-deux qui nous...
– Vous vous éparpilliez.
– Nous nous éparpillions, quand nous arrivions à un village, Perbencous, là il en restait deux ou trois, et puis... Mais comme nous étions les derniers, Le Vitarel, là nous finissions.
Donc nous n’avions pas de ramassage scolaire.
Encore, quand nous arrivions là-haut, à la maison, au printemps, il y avait les leçons, les devoirs à faire, à étudier, mais il fallait aussi aller fermer les poules, rentrer les dindons, couper les pommes de terre pour les veaux et tant d’autres choses !
Mais c’était quand même... La vie était quand même intéressante parce que quand nous avions dix, douze ans là arrivait le premier rayon d’amour comme on dit et, avec les filles, nous nous disputions, vous savez bien, tout ça.
Le chemin était peut-être aussi intéressant qu’aujourd’hui avec des voitures, avec des minicars et tout ça. Nous ne mettions pas plus d’une heure et demie, et matin et soir !
– Et l’hiver ?
– Et l’hiver aussi.
À Durenque il y avait des pensions, il y avait une pension que tenaient les sœurs mais là il fallait payer, c’était cher et ils n’étaient pas beaucoup à rester là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...