Las bèstias que volián partir a Roma

Collecté en 2000 Sur les Communes de Capdenac-Gare, Maleville, Montsalès, Villeneuve-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les veillées au coin du feu (al canton) permettaient à la fois de se retrouver en famille, souvent avec des voisins, de se divertir avec des chants, des contes, des jeux et des danses, tout en effectuant de petits travaux.

De nombreux contes reprennent le thème des "Musiciens de Brême", conte popularisé par les frères Grimm et classé AT 130 dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types (les animaux en voyage).

Ce conte est illustré par un film tourné en 1965 par André Andrieu à Vergne-Redonde sur la commune de Maleville et au Mas de Combies sur la commune de Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULETTE MOURGUES

née Belvèze en 1930 à Montsalès, décédée en 2018.

Transcription

Occitan
Français
« Alèra aquò èra un conte que lo papà nos racontava quand despolhàvem lo milh.

Alèra, aquò èra dins lo temps que las bèstias parlavan. Enquèra parlan, pareis, mès las sabèm pas benlèu tròp escotar… Avèm pas lo temps !
Alèra aquò èra un cat que, lo matin, s'èra levat, s'èra metut lo costume polit, las cauçuras bien ciradas, la carvata, lo capèl e voliá partir a Roma. Aviá presa la museta que la femna li aviá preparat, e parti(gu)èt a Roma aquí pel camin.
Quand sia(gu)èt a Conquetas,trobèt lo gal.
Lo gal li di(gu)èt :
“Cocoricò ! Cocoricò ! End vas, caton minon tan polidon ?
– Vau a Roma !
– Me volriás pas prene ?
– A… sai pas se poiràs córrer… Aquò's luènh…
– A ! Farai ben !
– E ben te cal venir !”
Alèra contunhèron. Arribèron a Moti(g)as, trobèron l’auca.
“Coan ! Coan ! Coan ! End vas, caton minon tan polidon ?
– Vau a Roma !
– Me volriás pas prene ?
– A… sai pas, aquò's luènh, poiràs pas córrer…
– A ! Farai ben !
– E ben te cal venir !”
Parti(gu)èron. Arribèron a Brinhòlas, trobèron lo moton.
“Bèèèèè ! Bèèèèè ! End vas, caton minon tan polidon ?
– Vau a Roma !
– Me volriás pas prene ?
– A… poiràs pas córrer…
– Farai ben !
– E ben te cal venir !”
Alèra après contunhèron. Amont, per Las Cairosas, trobèron lo lop.
Lo lop s'aprochèt del cat :
“Oooooo ! Oooooo ! End vas, catàs minàs tan polidàs ?
– Vau a Roma !
– Me volriás pas prene ?
– A non poiriás pas córrer…
– Farai ben !
– E ben te cal venir !”
E contunhèron, contunhèron.
Lo lop totjorn s'aprochava de l’anhèl e fasiá :
“Oooooo ! Ooooooo ! Ne manjariái ben un bocin ! Ne manjariái ben un bocin !”
Lo cat se vira e li ditz :
“Fai atencion, lop, quita de dire aquò sinon te va arribar quicòm !”
Contunhavan. Lo lop, totjorn s’aprochava de l’anhèl un bocin mai.
“Oooooo ! Oooooo ! Ne manjariái ben un bocin !”
Lo cat totjorn :
“Fai atencion, lop, te vau sortir lo cotèl de la pòcha !”
Contunhèron enquèra, se calmèt un moment.
A la fin, s'aprochava talament de l'anhèl que lo cat sorti(gu)èt lo cotèl e tuèt lo lop.
Après, contunhèron, marchèron tota la jornada.
Lo ser, arribèron dins un bòsc qu’èra bèl e espés ! E los aures èran nauts ! Èran lasses… E alèra aquò èra pels bòsces d'a Lòc-Diu.
Alèra lo moton di(gu)èt al cat :
“Sabes, tus, cat, ara nos calriá nos poder pausar e manjar un bocin… Te calriá montar al cap d’un aure, tus qu'es lèste, e veire se veses un lum empr’aquí !”
Alèra lo cat montèt sus un aure.
“Veses quicòm ?
– E non, vesi pas res !
– Mònta un bocin pus naut !
– Mès que soi al cap !
– Tòrna davalar !”
Tornèt davalar.
Mès que contunhèron un autre briu.
Lo moton tornèt dire al cat :
“Ara li a un aure qu’a l’èr un bocin pus bèl, te cal ensajar de li montar.”
Li mònta.
“Veses quicòm ?
– Vesi pas res !
– Mònta un bocin pus naut !”
Monta un bocin pus naut.
“Veses quicòm ?
– Vesi un lum alai luènh, luènh, luènh !
– E ben repèra-lo bien e li anèm anar !”
Alèra li van. Arribèron dins un bòsc que li aviá un endrech que èra un bocin pus desgajat. I aviá un ostal aquí pel mèg. Alèra s'aprochèron d'aquel ostal e li aviá del bruch ! E un tapatge ! E un carivari !
“Enfin, di(gu)èron, nos calriá dintrar…”
Tustavan ben a la pòrta mès los entendián pas de tant que fasián de bruch.
Alèra lo cat di(gu)èt al moton :
“Tus qu'as lo cap dur, recuòla un bocin e desfonsa la pòrta !”
Lo moton recuolèt de dètz passes, fonsèt dins la pòrta : la pòrta per l’ostal.
E alèra, dins aquel ostal, aquò èra dels bandits que fasián la nobà e se'n anèron. Agèron talament de paur que se'n anèron.
E los autres dintrèron e di(gu)èron :
“Ara, nos calriá manjar.”
Mangèron, beu(gu)èron e après di(gu)èron :
“Nos calriá nos anar jaire, sai pas cossí anèm far…”
Lo cat, qu'aquò èra el que dirijava tot lo monde, di(gu)èt :
“Tus moton, que aimas d’èstre al dur, n’as pas qu’a jaire jos la taula !
Tus auca, que aimas d’èstre plan fresqueta, n’as pas qu’a jaire per l’ai(gu)ièra !
Tus gal, que aimas d’èstre en l’èr, n’as pas qu’a jaire sus la barra de la chimenèia !
E ieu que aimi d’èstre plan caudet, me vau jaire per las cendres !”
E alèra se jason, aquí.
Lo lendeman matin arriba, los autres, los bandits, se parlavan entre elses. N'i a un que di(gu)èt :
“Nos calriá ben quand mème anar veire qu'èra aquò que se passèt dins aquel ostal asser. Parti(gu)èrem en galopent, sabèm pas qual èra aquò que nos aviá desfonsada la pòrta…”
Alèra lo pus coratjós li tòrna.
Alèra dintra, va a la chimenèia per veire se i aviá un bocin de brasa, lo cat li grapinhèt las cambas.
Lèva lo cap per veire se la chimenèia fumava : lo gal li caguèt dins la boca.
Va a l’ai(gu)ièra per se resfrescar la boca : l’auca li planta lo bèc dins lo trauc del cuol e lo tustava ambe las alas.
Se'n anèt en galopent, agèt paur, aquel òme. Alèra, se'n anèt en galopent, quand passèt per la pòrta, lo moton li fotèt un còp de cap per l’esquina, l’envoièt a dètz passes.
Alèra tòrna arribar trobar tot los autres e li di(gu)èron :
“Alèra qu'es aquò que s'es passat alai dins aquel ostal ?
– E ben escota, soi arribat, soi anat a la chimenèia per veire se li aviá un bocin de fuòc, lo cardaire m’a cardadas las cambas ambe de las cardairas. Ai volgut levar lo cap per veire se la chimenèia fumava, lo maçon m’a fotut una truèlada de mortièr dins la boca. Soi anat a l’ai(gu)ièra per me refrescar la boca, lo cordonièr m’a plantat una alzena dins lo trauc del cuol e m’a tustat ambe las semèlas de cuèr. Soi passat per la pòrta, lo faure m’a fotut un còp de martèl per l’esquina, m'a envoiat a dètz passes. Li tornaretz vautres, se volètz, mès ieu li tòrni pas !”
Alèra los autres quatre se tornèron metre en camin, parti(gu)èron a Roma. Enquèra son pas tornats. »
Les bêtes qui voulaient partir à Rome
« Alors c'était un conte que notre papa nous racontait quand nous triions le maïs.

Alors, c'était au temps où les bêtes parlaient. Elles parlent encore, il paraît, mais nous ne savons peut-être pas trop les écouter… Nous n'avons pas le temps !
Alors c'était un chat qui s'était levé le matin, il avait mis son beau costume, ses chaussures bien cirées, sa cravate, son chapeau et il voulait partir à Rome. Il avait pris la musette que sa femme lui avait préparée, et il partit à Rome là par le chemin.
Quand il fut à Conquettes, il trouva le coq.
Le coq lui dit :
“Cocorico ! Cocorico ! Où vas-tu, catou minou si joli ?
– Je vais à Rome.
– Tu ne voudrais pas me prendre ?
– Oh… je ne sais pas si tu pourras suivre… C'est loin…
– Oh ! Je ferai bien !
– Eh bien il te faut venir !”
Alors ils continuèrent. Ils arrivèrent à Moutigues, ils trouvèrent l'oie.
“Couan ! Couan ! Couan ! Où vas-tu, catou minou si joli ?
– Je vais à Rome.
– Tu ne voudrais pas me prendre ?
– Oh… je ne sais pas, c'est loin, tu ne pourras pas suivre…
– Oh ! Je ferai bien !
– Eh bien il te faut venir !”
Ils partirent. Ils arrivèrent à Brignoles, ils trouvèrent le mouton.
“Bêêêê ! Bêêêê ! Où vas-tu, catou minou si joli ?
– Je vais à Rome.
– Tu ne voudrais pas me prendre ?
– Oh… tu ne pourras pas suivre…
– Je ferai bien !
– Eh bien il te faut venir !”
Alors après ils continuèrent. Là-haut, aux Cayrouzes, ils trouvèrent le loup.
Le loup s'approcha du chat :
“Hou ! Hou ! Où vas-tu, catas minas si joli ?
– Je vais à Rome.
– Tu ne voudrais pas me prendre ?
– Oh… tu ne pourrais pas suivre…
– Je ferai bien !
– Eh bien il te faut venir !”
Et ils continuèrent, ils continuèrent.
Le loup s'approchait toujours de l'agneau et faisait :
“Hou ! Hou ! J'en mangerais bien un morceau ! J'en mangerais bien un morceau !”
Le chat se retourne et lui dit :
“Fais attention, loup, arrête de dire ça sinon il va t'arriver quelque chose !”
Ils continuaient. Le loup s'approchait toujours un peu plus de l'agneau.
“Hou ! Hou ! J'en mangerais bien un morceau !”
Le chat toujours :
“Fais attention, loup, je vais sortir le couteau de ma poche !”
Ils continuèrent encore, il se calma un moment.
À la fin, il s'approchait tant de l'agneau que le chat sortit son couteau et tua le loup.
Après, ils continuèrent, ils marchèrent toute la journée.
Le soir, ils arrivèrent dans un bois qui était grand et épais ! Et les arbres étaient hauts ! Ils étaient fatigués… Et alors c'était dans les bois de Loc-Dieu.
Alors le mouton dit au chat :
“Tu sais, chat, que maintenant nous devrions pouvoir nous poser et manger un morceau… Il te faudrait monter au sommet d'un arbre, toi qui es agile, et voir si tu vois une lumière par-là !”
Alors le chat monta sur un arbre.
“Tu vois quelque chose ?
– Et non, je ne vois rien !
– Monte un peu plus haut !
– Mais je suis au sommet !
– Redescends !”
Il redescendit.
Et ils continuèrent un autre moment.
Le mouton redit au chat :
“Maintenant il y a un arbre qui a l'air un peu plus grand, il faut que tu essayes d'y monter.”
Il y monte.
“Tu vois quelque chose ?
– Je ne vois rien !
– Monte un peu plus haut !”
Il monte un peu plus haut.
“Tu vois quelque chose ?
– Je vois une lumière là-bas loin, loin, loin !
– Eh bien repère-la bien et nous allons y aller.”
Alors ils y vont. Ils arrivèrent dans un bois où il y avait un endroit un peu plus dégagé. Il y avait une maison là au milieu. Alors ils s'approchèrent de cette maison et il y avait du bruit ! Et un tapage ! Et un charivari !
“Enfin, dirent-ils, il nous faudrait y entrer…”
Ils frappaient bien à la porte mais ils ne les entendaient pas tellement ils faisaient du bruit.
Alors le chat dit au mouton :
“Toi qui as la tête dure, recule un peu et défonce la porte !”
Le mouton recula de dix pas, fonça dans la porte : la porte au milieu de la maison.
Et alors, dans cette maison, c'était des bandits qui faisaient la nouba et ils s'en allèrent. Ils eurent si peur qu'ils s'en allèrent.
Et les autres entrèrent et dirent :
“Maintenant, il nous faudrait manger.”
Ils mangèrent, ils burent et après ils dirent :
“Il faudrait aller nous coucher, je ne sais pas comment nous allons faire…”
Le chat, car c'était lui qui dirigeait tout le monde, dit :
“Toi, mouton, qui aimes être sur du dur, tu n'as qu'à coucher sous la table !
Toi, oie, qui aimes être bien fraîche, tu n'as qu'à coucher dans l'évier !
Toi, coq, qui aimes être en l'air, tu n'as qu'à coucher sur la barre de la cheminée !
Et moi, qui aime être au chaud, je vais coucher dans les cendres !”
Et alors ils se couchent, là.
Le lendemain matin arrive, les autres, les bandits, parlaient entre eux. L'un d'eux dit :
“Il nous faudrait quand même bien aller voir qu'est-ce qui se passa dans cette maison hier soir. Nous partîmes en galopant, nous ne savons pas qui nous défonça la porte…”
Alors le plus courageux y retourne.
Alors il entre, il va à la cheminée pour voir s'il y avait un peu de braise, le chat lui griffa les jambes.
Il lève la tête pour voir si la cheminée fumait : le coq lui déféqua dans la bouche.
Il va à l'évier pour se rincer la bouche : l'oie lui plante le bec dans le trou des fesses et le frappait avec ses ailes.
Il s'en alla en galopant, il eut peur, cet homme. Alors, il s'en alla en galopant, quand il passa par la porte, le mouton lui mit un coup de tête dans le dos, il l'envoya à dix pas.
Alors il retourne voir les autres et ils lui dirent :
“Alors que s'est-il passé là-bas dans cette maison ?
– Eh bien écoute, je suis arrivé, je suis allé à la cheminée pour voir s'il y avait un peu de feu, le cardeur m'a cardé les jambes avec des cardeuses. J'ai voulu lever la tête pour voir si la cheminée fumait, le maçon m'a mis le contenu d'une truelle de mortier dans la bouche. Je suis allé à l'évier pour me rincer la bouche, le cordonnier m'a planté une alène dans le trou des fesses et m'a frappé avec les semelles en cuir. Je suis passé par la porte, le forgeron m'a donné un coup de marteau dans le dos, il m'a envoyé à dix pas. Vous y retournerez, vous, si vous voulez, mais moi je n'y retourne pas !”
Alors les autres quatre se remirent en chemin, ils partirent à Rome. Ils ne sont pas encore revenus. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...