La pastorèla

Collecté en 2000 Sur les Communes de Capdenac-Gare, Villeneuve-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce chant est illustré par un film tourné en 1964 par André Andrieu au Mas de Combies sur la commune de Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEANINE MASBOU

née Bruel en 1925 à Sanières de Saint-Julien d'Empare.

Transcription

Occitan
Français
« Un dimergue a la vesprada,
Gardave la tropelada,
Quand venguèt un pastorèl,
Per ma fe plan bravonèl,
Me diguèt d’un èr miaunaire :
“Volriái te faire un poton…”
Me’n demandèt plan perdon,
Per un còp, lo daissère faire.

Quand z’o diguère a ma maire,
S’inquietèt coma un cardaire,
Me barrèt al cambrilhon,
E dins mon escondilhon,
Tot en potinhant, pecaire,
Vilhave pel fenestron,
S’èra vengut lo pastron,
L’auriái ben tornar daissat faire.

L’autre matin de colèra,
Mon paire anèt a l’espèra,
E timplèt lo pastorèl,
Que manquèt ne virar fuèlh,
E desempièi aquest’afaire,
Mon galant n’es embaurat,
Pòde pas plus l’aturar,
Pr’aquò lo daissariái faire. »
La bergère
« Un dimanche après-midi,
Je gardais le troupeau,
Quand vint un berger,
Ma foi, bien gentil,
Il me dit d'un air plaintif :
“Je voudrais te donner un baiser…”
Il m'en demanda bien pardon,
Pour une fois, je le laissai faire.

Quand je le dis à ma mère,
Elle s'inquiéta comme un cardeur,
Elle m'enferma dans la chambrette,
Et dans ma cachette,
Tout en boudant, pauvre,
Je surveillais par le fenestron,
Si mon petit berger était venu,
Je l'aurais bien encore laissé faire.

L'autre matin de colère,
Mon père alla l'attendre,
Et il corrigea le berger,
Qui faillit s'évanouir,
Et depuis cette affaire,
Mon galant est apeuré,
Je ne peux plus le côtoyer,
Sinon je le laisserais faire. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...