La caissa de mòrt

Collecté en 2000 Sur les Communes de Capdenac-Gare, Naussac, Rignac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Robert FRAYSSE

né en 1926 à Rignac.

Transcription

Occitan
Français
« Lo molinièr aviá pres per abituda d'anar livrar la farina al bolangièr de Capdenac e li anava que lo sabte al ser parce que se disiá aital :
“Lo bolangièr me poirà pagar, aurà fach una bona setmana.”
Quand agèt acabadas las livresons, fasiá la tornada dels bistròs. Començava pel Sinhal d'Arrèst e aquò se finissiá al Cafè del Comèrce.
E aquí se trobèt que li aviá un menusièr que buviá lo còp, que veniá juste de finir una caissa per un mòrt. La caliá livrar a Naussac. E cossí la far montar ?
Se di(gu)èt al molinièr :
“Di(g)a, brave, la me montariás pas, tus, amont, perque tòrnas montar sans res ? I a de plaça dins la carreta.”
Quand agèron pro begut, montèt dins la carreta e tornèt partir pel molin de L'Estiflòl.
En cors de rota, se tombèt una avèrsa coma ne fa plan maitas pendent l'ivèrn. Nòstre molinièr trobèt res de mai que se metre a l'abric. Dintrèt dins la caissa e rabatèt lo cobertor.
E l'ase que se'n anava totjorn tot sol. Alèra, en contunhent la rota, trobèron los gindarmas. A-n-aquela epòca, aquò èra los gindarmas d'Asprièiras. Èran montats sus de chavals.
Se di(gu)èron :
“Òu ! Qué i a ? Qué i a ? Una carreta e un ase tot sol e degús dessús per guidar ? Òu !, cridèron. Òu ! Ont vas ?”
Lo molinièr, qu'aviá entendut, joslevèt lo corbertor.
Se di(gu)èt :
“Ten, plòu pas pus, pòdi tornar sortir alèra…”
E vegèt los gindarmas.
Se petèron de rire quand lo cone(gu)èron. Comprenguèron qu'aviá plan be(g)ut.
“E u !, çò di(gu)èt lo molinièr. U !, no'n tornèm.” »
Le cercueil
« Le meunier avait pris pour habitude d'aller livrer la farine au boulanger de Capdenac et il n'y allait que le samedi soir parce qu'il se disait :
“Le boulanger pourra me payer, il aura fait une bonne semaine.”
Quand il eut fini les livraisons, il faisait la tournée des bistrots. Il commençait par le Signal d'Arrêt et ça se terminait au Café du Commerce.
Et là il se trouva qu'il y avait un menuisier qui buvait un coup, il venait juste de finir un cercueil. Il fallait le livrer à Naussac. Et comment le faire monter ?
Il dit au meunier :
“Dis, mon bon, tu ne me le monterais pas, toi, là-haut, puisque tu remontes sans rien ? Il y a de la place dans la charrette.”
Quand ils eurent assez bu, il monta dans la charrette et repartit pour le moulin de L'Estiflol.
En cours de route, il tomba une averse comme il en fait bien d'autres pendant l'hiver. Notre meunier ne trouva rien de mieux que de se mettre à l'abri. Il entra dans le cercueil et rabattit le couvercle.
Et l'âne qui s'en allait toujours tout seul. Alors, en continuant la route, ils trouvèrent les gendarmes. À cette époque-là, c'était les gendarmes d'Asprières. Ils étaient à cheval.
Ils dirent :
“Hey ! Qu'y a-t-il ? Qu'y a-t-il ? Une charrette et un âne tout seul et personne dessus pour guider ? Hey !, crièrent-ils. Hey ! Où vas-tu ?”
Le meunier, qui avait entendu, souleva le couvercle.
Il dit :
“Tiens, il ne pleut plus, je peux ressortir alors…”
Et il vit les gendarmes.
Ils éclatèrent de rire quand ils le reconnurent. Ils comprirent qu'il avait bien bu.
“Eh hue !, dit le meunier. Hue ! Nous repartons.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...