Lo molin de Biac

Collecté en 198 par IOA Sur les Communes de Cantoin, Lacalm Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En général, on attendait la fin de la mouture pour reprendre la farine du grain que l'on avait apporté au moulin, mais certains revenaient chercher leur farine le lendemain ou plus tard.

On y allait pour faire moudre la farine, mais aussi pour faire écraser et presser les noix ou les pommes dont on faisait de l’huile ou du cidre.

La plupart des moulins possédaient un ase ou vertelh pour écraser les noix (noses), les noisettes (auglanas) et les faines (feinas).

En raison de l’altitude, les haies de noisetiers étaient relativement fréquentes, comme en Carladez. C’est pourquoi on faisait surtout de l’huile de noisette considérée comme plus fine que l’huile de noix. Mais, sur la montagne, c’était parfois la faine du hêtre (fau) qui fournissait l’huile.--

On notera la vocalisation du "l" de òli (huile) ou de mòla (meule) en "u" : òui, mòua. Cette particularité linguistique se retrouve dans tout le nord du département : ostal / ostau, lençòl / lençòu, ola / oua…

Ethnotexte

LAURENT VAYSSADE

né en 1916 à Lacalm.

Transcription

Occitan
Français
« Me maridère aicí e lo bèl-paire fasiá lo molin.
Fasiam la farina, la citra, l’òui de noses, d’auglanas o de feinas.
Metiam lo gran sus l’entremièja, aquò davalava sus la mòua mès i aviá pas que la mòua de dessús que tornijava, e lo rodet en boès èra en bas per far virar.
Lo monde portavan la sega e venián quèrre la farina. Venián ambe de buòus o d’ègas.
Naltres, al Molin de Biac, fasiam l’òui. Caliá esclafar tot aquò amb una pèira, pièi fasiam còire e o passàvem al truèlh per lo cachar. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...