Les paures

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Cantoin, Ste-Geneviève-sur-Argence, Vitrac-en-Viadène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Des pauvres passaient de ferme en ferme pour demander un peu de nourriture en échange d'une prière.

Ils obtenaient parfois la permission de passer la nuit à la grange, après avoir confié leurs allumettes au propriétaire.

Certains, comme ici, périssaient dans la neige.

Ethnotexte

MARIE CARRIÉ

née Pégorié en 1923 à Cantoinet de Cantoin.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá bèlcòp de monde atjats que èran paures. La mamà m’envoiava amb un topinon portar un pauc de sopa a un que l’apelàvem Pascalhon, al cantonièr, a las bolangièiras…
Aquel paure monde avián pas que un bocin de fuòc, quatre cendres que lo monde lor portavan un bocin de boès, un lièch que èra un pauc barrat amb un tròç de ridèu. Sabe que la paura mamà disiá :
“Cau anar cambiar les lençòls del paure Pascalhon…”
Lo darrièr paure que i agèt, mori(gu)èt dins la nèu, pecaire, e les cans l’avián entemenat.
Mès i aviá de paures que passavan pels ostaus.
N’i aviá un d’Orlhaguet, l’apelavan lo Grelh. Arribava, disiá lo Pater, li disiam de dintrar e de manjar, e tornava partir. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...