L'òui de nose, de feina e d'auglana al molin de Biac

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Cantoin, Ste-Geneviève-sur-Argence Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant longtemps, la noix a fourni au Rouergue l’essentiel de l’huile (òli ou òui) qui était utilisée pour la cuisine en temps de Carême, ou pour l’éclairage des calelhs.

La plupart des moulins possédaient un ase ou vertelh pour écraser les noix (noses), les noisettes (auglanas) et les faînes (feinas).

En raison de l’altitude, les haies de noisetiers étaient relativement fréquentes, comme en Carladez. C’est pourquoi on faisait surtout de l’huile de noisette considérée comme plus fine que l’huile de noix.

Mais, sur la montagne, c’était souvent la faîne du hêtre (fau) qui fournissait l’huile.

On notera la vocalisation du "l" de òli (huile) en "u" : òui. Cette particularité linguistique se retrouve dans tout le nord du département : ostal / ostau, lençòl / lençòu, ola / oua…

Ethnotexte

ANDRÉ FABRE

né en 1921 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Al Molin de Biac, i fasián las noses, las auglanas, las feinas atanben, per far d’òui. Esclafavan aquò amb un ase, qu’apelavan. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...