Per la fièira de las cebas…

Collecté en 2000 Sur les Communes de Campouriez, Huparlac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette œuvre de l’abbé Célestin Aygalenc (1915-1959), sur l'air de "Je suis lasse d'être fille", est très populaire en Rouergue septentrional.

Cocural est sur la commune d'Huparlac. La foire aux oignons s'y tenait le 29 avril.

Cette chanson bilingue révèle la situation diglossique de l’occitan par rapport au français. La jeune fille à cheval, très jolie, répond au rustre narrateur braconnier occitanophone en français.

Son

PAULETTE TARRAL

née Carmarans en 1922 à Camporiez, décédée en 2011.

Transcription

Occitan
Français
« Per la fièira de las cebas,
Anère a Cocural,
E quand saltère la cleda,
D’un camp bèl e d’una gleva,
A l’ombra del paredàs,
Trobère lo rainald.

E sul pic d’un còp de pèira,
T’estendère l’animal,
E se volètz pas me creire,
En tot cas o podètz ben veire,
Quand passegère al fièirau,
La coeta del rainald.

Una filha jovenèla,
Arribava a Cocural,
En mostrent la parabèla,
Sus l’èga fasiá la bèla,
Mès quand vigèt lo rainald,
Davalèt d’a chaval.

“Voulez-vous, charmant jeune homme,
Me vendre ce beau renard ?
Toutes les dames de Rome,
En donneraient une somme,
Je vous solde sans retard,
Et sitôt je repars.

– Se jamai sètz pas pressada,
Poiriam ben far lo mercat,
E se la pèl vos agrada,
Ne sia(gu)èssetz pas estonada,
Lo rainald, l’ai pas panat,
Mès per vos es pagat.

– Pourquoi tant de gentillesse,
Mon ami, dis-moi pourquoi ?
Serait-ce que ma jeunesse,
Ait mis ton cœur en ivresse ?
Et voudrais-tu dans ton émoi,
Me garder près de toi ?

– O filhòta tan polida,
Se voliatz far mon bonur,
E comblar tota ma vida,
Disètz-o plan Margarida,
Lo rainald, l’ai pas panat,
Mès per vos es pagat.

– Je veux bien sur cette Terre,
Partager ta joie, tes pleurs,
Mais quitter ma tendre mère,
Et mon adorable père,
Sera pour mon pauvre cœur,
Une grande douleur.

– Trobaretz près ma maire,
Una altra brava mamà,
Serà pas per tu renaira,
Mès t’aimarà ben pecaire,
Margoton, lai vam anar,
Te cal pas alarmar.”

En tornent d’aquela fièira,
Me sentiái plan desgordit, (bis)
E se volètz pas me creire,
Totes o podètz ben veire,
La pèl del rainald polit,
Me valguèt un partit. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...