Meissonar

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Campouriez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les còlas de moissonneurs travaillaient en cadence, en chantant, et les gavelairas qui les suivaient leur répondaient.

Les moissons mécanisées ont succédé aux moissons avec la fauç ou lo volam autour de la Première Guerre mondiale.

Il y eut tout d’abord des machines gavelairas, puis des ligairas.

Quand on liait les gerbes à la main, on employait un ligador.

On faisait des tas (crosèls, garbairons) de douze gerbes dans le champ moissonné. Ces crosèls étaient parfois ensuite disposés en petits gerbiers d'une centaine de gerbes (garbas), dans le champ, avant d'être transportés pour former un grand gerbier (plonjon) près de l'aire de battage (sòl, sòu).

Pour le sarrasin, on ne faisait pas des crosèls (gerbes posées à plat) mais des quilhons (gerbes verticales).

Ethnotexte

Roger DELOUVRIÉ

né en 1935 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu ai meissonat e pièi estacàvem ambe la palha e lo li(g)ador. Començàvem a far les torns amb una dalhe. Un, darriès, amassava las espi(g)as e o estacàvem amb una palha. Atapàvem una palha, la torciam e, amb un li(g)ador, una cavilha ponchuda a la cima, tornijàvem, aquò fasiá coma un noet, passàvem dejost. Mès caliá estirar la palha per que lo noet se'n anèsse quand passava dins la batusa. Sus la batusa, aquel que copava les li(g)ams, caliá que lo passèsse a l’altre per defar lo noet qu’èra tròp gròs. Quand enfornavan, aquò fasiá escartar les baturs e l’entreprenur voliá pas d’aquò.
Fasiam de crosèls : quatre, uèch, dotze, setze garbas. Apièi atanben fasián coma de tunèls e aquí ne'n metián una vintena. Quilhavan las garbas una contra l’altra, pas en crosèl, en longor. Aquò se fasiá ambe de sega o ambe d’òrdi, amai ambe de civada. Les crosèls, aquò èra puslèu per la sega.
Aprèssa, fasiam de plonjons atanben, pels camps, de pichòts plonjons que portavan al sòu per far un pus gròs plonjon per escodre, quand passava la batusa. Aquí aquò èra pro importent, de còps, aquelses plonjons. Mès, les pichòts plonjons fasián dètz, dotze crosèls, aquò dependiá de la susfàcia del camp. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...