Lo boc

Collecté en 2000 Sur la Commune de Campouriez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Roger DELOUVRIÉ

né en 1935 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Aquí, a Beç, aquò's un pichòt vilatge, enfin de Volonzac viratz a dricha, enfin aquò's aval dins lo trauc, al ras de Sèlves, e avián lo boc. Alara lo monde, coma i aviá de cabras dins totes les ostaus…
– Al Moelon.
– Al Moelon o a Beç, n'i aviá dos. Las amenavan, al mes de novembre. Alara un jorn, alai a Biulai(g)a, i a les parents que dison :
“Ten, vam anar a la messa.”
E dison al filh :
“Anaràs donar un còp d'uèlh a las cabras e pièi al boc e apièi, quand tornarem de la messa, las anarem passijar aquí dins la montanha.”
Alara, bon, se'n van a la messa. El, va veire lo boc.
“Puta mès m'a ben l'èrt bizarre…”
Las cabras… Vei lo boc.
“Miladiu, mès m'a ben l'èrt madòrli… O… a quicòm, aquela bèstia.”
Va cassar la crosta, i torna, puta, lo boc èra per tèrra, aquí, que baticolava.
“Miladiu ! Mès, çò ditz, puta, mès va crebar ! O miladiu, e lo papà qu'es a la messa… Cossí far ? Cossí far ? A… tant pis, benlèu seràn sortits…”
Mònta a la glèisa e aquí, pòp !, encara lo curat èra en tren de prechar. Pas prèstes de sortir… E pensava al boc.
“Mès miladiu, quand mème, pòde pas lo laissar coma aquò !”
Dintra dins la glèisa :
“E papà, papa !”
Mès lo curat que prechava :
“E, chut, chut, aval !
– I a pas de chut, chut que tenga, Mossur lo curat, se lo boc nos peta, aquò's pas tu que nos vendrà aboquir las cabras !” »

Le bouc
« Là, à Bez, c’est un petit village, enfin de Volonzac vous tournez à droite, enfin c’est là-bas dans le trou, au bord de la Selves, et ils avaient un bouc. Alors, les gens, comme il y avait des chèvres dans toutes les maisons...
– Au Moélou.
– Au Moélou ou à Bez, il y en avait deux. Ils les amenaient, au mois de novembre. Alors un jour, à Bioulaygue, les parents disent :
“Tiens, nous allons aller à la messe.”
Et ils disent à leur fils :
“Tu iras donner un coup d’œil aux chèvres et ensuite au bouc et puis, quand nous reviendrons de la messe, nous irons les promener dans la montagne.”
Alors, bon, ils s’en vont à la messe. Lui, il va voir le bouc.
“Putain, il m’a bien l’air bizarre...”
Les chèvres... Il voit le bouc.
“Mille dieux, il m’a bien l’air bizarre... Oh... cette bête a quelque chose.”
Il va casser la croûte, il y retourne, putain, le bouc était par terre, là, qui agonisait.
“Mille dieux ! Mais, dit-il, putain, mais il va crever ! Oh mille dieux, et mon père qui est à la messe... Comment faire ? Comment faire ? Ah... tant pis, peut-être seront-ils sortis...”
Il monte à l’église et là, pop !, le curé était encore en train de prêcher. Pas prêts de sortir... Et il pensait au bouc.
“Mais mille dieux, quand même, je ne peux pas le laisser comme ça !”
Il entre dans l’église :
“Eh, papa, papa !”
Mais le curé qui prêchait :
“Eh, chut, chut, là-bas !
– Il n’y a pas de chut, chut qui tienne, Monsieur le curé, si le bouc crève, ce n’est pas toi qui viendra saillir les chèvres !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...