Las velhadas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Campouriez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On organisait des veillées dans les familles, le dimanche soir ou à l'occasion de travaux (dénoisillage, battages…). On mangeait, on jouait, on dansait la bourrée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LOUIS CARMARANS

né en 1927 à Combebisou de Campouriez, décédé en 2014.

Transcription

Occitan
Français
« Quauques còps dançàvem, lo diminge a ser. Quand i aviá mas sòrres qu'èran pas maridadas, dançàvem sovent lo diminge a ser.Les joves venián a la velhada, apr'aquí, e dançàvem. Quand desno(g)alhàvem, que crocàvem las noses, jogàvem atanben e dançàvem, lo ser, quand aviam acabat. Quand aviam cassada la crosta, dançàvem. Fasiá passar las seradas. Quand escodiam atanben. Quand aviam escodut, per far la solenca, dançàvem.
N'avèm fachas, de borrèias, aquí dessús ! »
Les veillées
« Quelquefois nous dansions, le dimanche soir. Quand mes sœurs n’étaient pas mariées, nous dansions souvent le dimanche soir. Les jeunes venaient à la veillée, par là, et nous dansions. Quand nous écalions les noix, que nous cassions les noix, nous jouions aussi et nous dansions, le soir, quand nous avions fini. Quand nous avions cassé la croûte, nous dansions. Ça faisait passer les soirées. Quand nous battions aussi. Quand nous avions battu, pour faire la solenca, nous dansions.
Nous en avons fait des bourrées, là-dessus ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...