L'Escuret

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Campouriez, Espalion, Le Nayrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ethnotexte

JEAN VIGUIER

né en 1925 à Campouriez.

Transcription

Occitan
Français
« L’Escuret demorava ambe Mélanie Faucon. Aquel Escuret panava quauque bocin mès panava pas que per manjar. Lo metián en preson mès, per lo metre en preson, caliá que l’anèsson menar a-z-Espaliu, les gendarmas… Passavan per Beç, montavan pel Cassanhard, Lo Nairac…
En montent de l’altre costat de Beç, l’Escuret di(gu)èt als gendarmas :
“Ten ! Al cap d’aquel caminòu i bandariái una lèbre !”
Les gendarmas perdon un bocin l’atencion, l’altre… vèni me quèrre ! Se venguèt far copar las menòtas jos l’ostau dels Carmarans e las envoièt a la gendarmariá d’Espaliu.
Un altre còp, lo volián tornar prene a-z-Espaliu. Lor di(gu)èt :
“Soi tot nud, me vau vestir…”
A la plaça de se vestir, se despolhèt e se gongi(gu)èt ambe d’òli. Quand durbi(gu)èt la pòrta, lo po(gu)èron pas atapar ! Se'n tirèt coma aquò, aquel còp…
Aprèssa, venguèt avugle.
Un altre còp, lo tornavan portar d’en preson ambe la voetura a chaval. S’apelava Janon, aquel que fasiá lo corrièr d’Antrai(g)as. Menava mon Escuret que i vesiá pas res. Caliá que lo pausèsse ches Mélanie Faucon.
Mélanie, lèva-te que i a un colis !
–Fot-lo davant la pòrta !
– Mès que plòu, lo pòde pas metre…”
La Mélanie se levèt. Quand durbi(gu)èt la pòrta, l’altre li buta l’Escuret dedins e sia(gu)èt oblijada de lo ramassar… »
« L'Escuret vivait avec Mélanie Faucon. Cet Escuret volait un peu mais il ne volait que pour manger. Ils le mettaient en prison mais, pour le mettre en prison, il fallait qu'ils aillent l'amener à Espalion, les gendarmes… Ils passaient par Le Bez, ils montaient par Le Cassagnard, Le Nayrac… En montant de l'autre côté du Bez, l'Escuret dit aux gendarmes :
“Tiens ! Au bout de ce sentier j'y tuerais un lièvre !”
Les gendarmes perdent un peu l'attention, l'autre… viens me chercher ! Il vint se faire couper les menottes sous la maison des Carmarans et il les envoya à la gendarmerie d'Espalion.
Une autre fois, ils voulaient encore le prendre à Espalion. Il leur dit :
“Je suis tout nu, je vais m'habiller…”
Au lieu de s'habiller, il se dévêtit et enduit son corps d'huile. Quand il ouvrit la porte, ils ne purent pas l'attraper ! Il s'en tira comme ça, cette fois-là…
Après, il devint aveugle.
Une autre fois, ils le ramenaient de la prison avec la voiture à cheval. Il s'appelait Jeanou, celui qui faisait le transport d'Entraygues. Il conduisait mon Escuret qui n'y voyait rien. Il fallait qu'il le dépose chez Mélanie Faucon.
“Mélanie, lève-toi car il y a un colis !
– Mets-le devant la porte !
– Mais il pleut, je ne peux pas le mettre…”
Mélanie se leva. Quand elle ouvrit la porte, l'autre pousse l'Escuret à l'intérieur et elle fut obligée de l'accueillir… »

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...