L'èga d'Orlhac

Collecté en 2000 Sur la Commune de Campouriez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Des histoires insolites mais vécues se transmettaient de génération en génération. Louis nous raconte celle, maintes fois contée par son père, d'un voisin qui avait vendu puis racheté la même jument un jour de foire à Aurillac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Louis CARMARANS

né en 1927 à Combebisou de Campouriez, décédé en 2014.

Transcription

Occitan
Français
« Aquel òme, aquò èra un temaire, un pauc. Aviá una èga, aquí, que la metiá enlai, un pauc. Tot degringolava, anava de delai l'ai(g)a, e per aquelses caminaus de cabras, sabètz qu'una èga aquò èra pas de biais.
Un còp, prenguèt una èga a Orlhac per la fièira de Saint-Urbain,aquò èra lo 24 de mai, a Orlhac, e anèt cochar a Orlhac. Vendèt l'èga lo matin, la tornèt crompar lo ser. La mèma. Les maquinhons la li avián transformada. E se'n atrachèt pas. Quand arribèt per prene lo camin d'aval que davala en bas, l'èga comencèt de prene lo trotet. Agèt pas besonh de la tirar sus la brida, parti(gu)èt tot drich a l'ostal, aval. Se'n atrachèt pas qu'alara que li avián cambiada l'èga… Li avián pas cambiada l'èga, aviá crompada la mèma ! Soi-disantque lor meton una ceba dins lo trauc del cuol, quoi,e lor fan biure de pebre e aquò las torna revivar e tornèt crompar la mèma lo ser ! La femna, quand arribèt, pareis que li parlèt ! Ah ça…Aquò d'aquí aquò's vertat que mon paire l'aviá entendut contar sai pas quantes de còps ! »
La jument d'Aurillac
« Cet homme était un peu fantasque. Il avait une jument, il la mettait là-bas. Tout dégringolait, il allait de l’autre côté du ruisseau, et par ces sentiers escarpés, vous savez qu’une jument, ce n’était pas pratique.
Une fois, il a pris une jument à Aurillac pour la foire de la Saint-Urbain, c’était le 24 mai, à Aurillac, et il est allé coucher à Aurillac. Il a vendu sa jument le matin, il l’a rachetée le soir. La même. Les maquignons la lui avaient transformée. Et il ne s’en est pas aperçu. Quand il est arrivé pour prendre le chemin de là-bas qui descend en bas, la jument a commencé à trotter. Il n’a pas eu besoin de tirer sur la bride, elle est partie tout droit à la maison, là-bas. Il ne s’est aperçu qu’à ce moment qu’ils avaient transformé sa jument... Ils ne lui avaient pas vendu une autre jument, il avait acheté la même ! Ils leur mettent soi-disant un oignon dans l'anus, quoi, et ils leur font boire du poivre et ça les ravive et il a racheté la même le soir ! Sa femme, quand elle est arrivée, lui a parlé, paraît-il ! Ah ça... Celle-là, c’est vrai car mon père l’avait entendu raconter je ne sais combien de fois ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...