Far pausar un issam

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Campouriez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Près de la maison, à l’abri d’un mur, se trouvaient les ruches (bornhons) qui fournissaient le miel (mèl, mèu) pour sucrer et la cire (cera) pour les chandelles (candelas).

Pour faire poser un essaim (issam), on faisait du bruit avec des objets métalliques et on prononçait une formule.

Ethnotexte

JEAN LAPORTE

né en 1920 à la Maurélie de Campouriez.

Transcription

Occitan
Français
« Quand i aviá un issam pinjat a un aure, per amassar l’issam, las abilhas, metián un drap dejost, jost l’aure – caliá pas faire de gèstes – e disián a las abilhas :
“Pausa bèla ! Vèni bèla ! Pausa bèla ! Vèni bèla ! Pausa bèla ! Vèni bèla !”
Alara, tot en un còp, l’issam se pausava sus aquel drap de lièch. 
Caliá un drap de lièch ambe de mèu dessús, quand mème. Metián de mèu per atirar las abilhas. 
Per las far davalar, disián :
“Pausa bèla ! Vèni bèla ! Pausa bèla ! Vèni bèla !”
Prenián de caçairòlas o de pairòuas, de tot aquò… per assordir. Lo caliá assordir !
Aprèssas, plegavan tot aquel issam dins lo linge e anavan metre aquò dins lo bornhon. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...