L'ordiat

Collecté en 1997 Sur les Communes de Campagnac, St-Laurent-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'ordiat est l'orge perlé (pelé sous meule) avec lequel on faisait de la soupe. On pelait la céréale à l'aide du moulin (ase) que l'on utilisait pour écraser les noix.

La danse-jeu de l'ordiat se pratiquait généralement dans les veillées. Les jeunes hommes se couchaient sur le dos, en cercle, attrapaient leurs pieds et tournaient dans le même sens, imitant ainsi le mouvement de la meule roulante, l'ase.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien LAMIC

né en 1903 à Belert de Canet d'Olt.

Transcription

Occitan
Français
« L'ordiat, parla-me d'aquò ! Aquò's un altre trabalh, aquò d'aquí !
Se fasiá al molin. I aviá de molins pertot dins nòstres países aicí. Totas las ribièiras, que seguèsse lo Lòt, que seguèsse las pichòtas ribièiras de montanha, mès que l'òm posquèsse… Aquí a Canac, al ras de…, pas luènh d'aicí, un trace de rivatèl que aquò èra pas que coma una bona fònt, fasián una paissièira, c'est-à-dire retenián l'ai(g)a e pièi, un bon jorn, la lachavan per far virar una ròda de molin. E, las ròdas que se viravan lo pus facilament, aquò èra aquelas que fasián l'ordiat o las castanhas…
La pèira aviá quatre-vint de large e rodava aquí tot lo temps, rodava, rodava… Aquí, vojavan l'òrdi pur, tal que, e a fòrça de bordelar, aquela pèira, a fòrça de bordelar, l'òrdi se plomava. Quand èra pro bien plomat, pro blanc, pro blanchit… De còps la farina èra un pauc partida mès enfin qu'a de ben de pèrd ! Se gardava lo nogalh, lo mièg del gran d'òrdi per faire l'ordiat, per faire de sopa, per faire que que seguèsse. Ne metián dins la sopa. »
L'orge perlé
« L'orge perlé, parle-moi de ça ! C’est un autre travail, ça !
On le faisait au moulin. Il y avait des moulins partout dans nos contrées ici. Toutes les rivières, que ce soit le Lot, que ce soit les petites rivières de montagne, pourvu qu’on puisse... Là, à Canac, à côté de..., pas loin d’ici, un petit ruisseau qui n’était pas plus gros qu’une bonne source, ils faisaient un barrage, c’est-à-dire qu’ils retenaient l’eau et puis, un beau jour, ils la lâchaient pour faire tourner une roue de moulin. Et, les roues qui tournaient le plus facilement, c’était celles qui faisaient l'orge perlé ou les châtaignes...
La pierre faisait quatre-vingts centimètres de large et elle tournait là tout le temps, elle tournait, tournait... Là, ils versaient de l’orge pur, tel quel, et à force de rouler, cette pierre, à force de rouler, l’orge se dépouillait de son enveloppe. Quand il était bien dépouillé, assez blanc... Parfois la farine était un peu partie mais enfin qui a du bien en perd ! On garde le centre, le milieu du grain d’orge pour faire l'orge perlé, pour faire de la soupe, pour faire quoi que ce soit. Ils en mettaient dans la soupe. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...