Venètz braves enfants…

Collecté en 1992 Sur la Commune de Camjac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson avait été composée à l'occasion du dernier charivari de la commune de Camjac qui eut lieu dans les années 1930 au hameau du Fraysse. Curieusement, il s'adressait à un veuf qui s'était mis en ménage avec une femme séparée de son mari. Il ne s'agissait donc pas d'un remariage comme c'était ordinairement le cas pour les charivaris. Celui-ci dura plusieurs samedis.

Les jeunes gens avaient fabriqué pour l'occasion des braus c'est-à-dire des sortes de tambours à friction faits de peaux tendues sur des toupines que l'on faisait vibrer en frottant une ficelle enduite de poix de cordonnier. Cet instrument était sensé symboliser l'âme du conjoint défunt.

A Naucelle, qui connut également des charivaris retentissants, les jeunes gens fabriquaient des pantins en paille pour représenter au veuf qui se remariait le souvenir de son conjoint défunt. (CORDAE)

Son

ELIE CROZES

né en 1922 à la Croix Rouge de Camjac.

Transcription

Occitan
Français
« Venètz braves enfants,
Venètz brava junessa,
Venètz brava junessa,
Venètz nos escotar,
Una cançon novèla,
Que vos anam cantar.

Oh mon bijou d’amour !
Supèrba planta fina,
Supèrba planta fina,
Nascuda per Nadal,
Ressemblas pas a ta fèsta,
Ne siás un Carnaval.

Oh mon bijou d’amour !
De sus l’erbeta fresca,
De sus l’erbeta fresca,
Après los responjons,
Anirem al boscatge,
Culhirem los cocorlons.

Oh mon bijou d’amour !
Una sopa de pola,
Una sopa de pola,
Aquí es mon regal,
Val mai manjar la galina,
Daissar córrer lo gal.

Oh mon bijou d’amour !
Ieu que n’aviái de filhas,
Ieu que n’aviái de filhas,
Totas a maridar,
Un supèrbe garçon,
Venguèt nos contemplar.

Oh mon bijou d’amour !
Qué farem d’aquel dròlle ?
Qué farem d’aquel dròlle ?
Nascut sans amistat,
De Centrés a Rodés,
Siasquèt lèu espediat.

Oh mon bijou d’amour !
Ta maire nos detesta,
Ta maire nos detesta,
Aicí dins aqueste ostal,
Caldrà brandir l’esquila,
Far tintar lo batalh.

Oh mon bijou d’amour !
Que son missants lo mond,
Que son missants lo mond,
De nos cridar arribau,
No'n anarem sens pena,
Abitar de delà Viaur.

Oh mon bijou d’amour !
Te’n fagas pas de la pena,
Te’n fagas pas de la pena,
Quand nos calga separar,
Te gratarai l’esquina,
Te doblidarai pas. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...