J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En 1942, pour faire son apprentissage de meunier, M. Alauzet alla prendre conseil à Rodez auprès du père de Marc Censi. Ce dernier le recommanda à un meunier de Lanuéjouls puis à de celui de Bonnecombe.

Son apprentissage terminé, il reprit le moulin familial à Latour jusqu'en 1968.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

VICTOR (VICTORIN) ALAUZET

né en 1919 au Moulin de La Calçade de Sévérac.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí, aquò's lo molin de Lator. La comuna li a fach cambiar lo nom aquestes temps, aquò's Latour sur Sorgues, de dabans, èra Marnhagas e Lator.
E alara èra lo molin que, pendent la guèrra, agèt pas mal de trabalh per far manjar lo monde, que n'avián pas tròp. Un pauc de pertot, quinze quilòmèstres a l'entorn, totes los païsans venián portar de gran per far la farina e pièi faire lo pan o donar la farina al bolangièr per se far faire lo pan. Çò qu'èra dificile, aquò èra los controlors de las Indirèctas perque tot lo monde èra racionat pendent la guèrra e mèmes après la guèrra. E, per manjar a son talent, ne manjavan au mens lo doble que ce que avián drech. Aquò fa que èran totjorn en frauda e aquò èra lo molinièr que pagava se i aviá un procès-verbal, la mitat del temps, aquò èra lo molinièr qu'èra controlat e qu'aviá d'embestiaments. I aviá los païsans, de còps que i a, se rendián pas còmpte de çò que fasián. Enfin, tot aquò es passat…
En 42 dejà començava… Èra l'Ocupacion e dejà las restriccions èran dejà… Se manjavan pas tot çò que volián. Sosquèt una missanta epòca mès aquela missanta epòca durèt mai que la guèrra. Ieu còmpte que durèt au mens dinca-z-en 50, que lo monde manjavan pas a son talent.
Aicí, dins las campanhas, encara fasián çò que volián mès dins las vilas n'i aviá que patissián. Atanben, quand podián venir trapar quauques quilòs de farina, èran contents. L'òm podiá pas i refusar, sustot quand i aviá d'enfants qu'avián pas per manjar, pecaire…
Fasiem la farina per far lo pan e pièi fasiem lo farinal pels pòrcs : l'òrdi, la civada o aital, quoi, enfin tot çò que se donava a las bèstias, perque los pòrcs, se li dònas lo gran entièr, lo cagan coma l'an fach e, per plan anar, lo cal mòlre o alara lo far conflar, m'enfin bon.
Et voilà. Aquò fa que, de trabalh, ne mancava pas, tot lo monde trabalhava a l'epòca.
Dins la segonda mitat del siècle passat, dau 1880 o 70, lo proprietari d'aquel moment voliá far una filatura, perque las filaturas, n'i aviá pas mal dins lo país. N'i aviá a Versòls, n'i aviá a Lapèira, n'i aviá a Sent-Africa, n'i aviá a Camarés e aquò marchava pro plan. Alara s'imaginèt de montar una filatura mès sabe pas per qunta rason, quand agèt bastit la filatura, aquò demorèt aquí e ne faguèt pas res. A la plaça de faire de fial o de tela, aquò's un nommat Molinièr de Lator que fasiá los robinets de barricas ambe de bois… Alara li afermèt l'emplaçament qu'aviá fach per aquela filatura e, coma i aviá l'ai(g)a per far virar lo torn, l'afaire s'es developada, se faguèt adujar ambe de monde que sabián trabalhar e finalement aquò se montèt un atelièr de menusariè, pichon a pichon.
Cal dire qu'a la fin del siècle passat, i aviá de no(gu)ièrs, lo monde fasián l'òli de no(g)a e avián plantat de no(gu)ièrs e aqueles no(gu)ièrs fasián de polits mòbles, que ara n'i a pas cap pus, totes son estats venduts o copats. Alara fasián de mòbles per tot lo monde, quoi.
E pièi a la fin del siècle, son partits d'aicí per çò que per expediar pel trinh, caliá èsser pas tròp luònh d'una gara e Fondamenta èra melhor plaçat que nautres aicí. Benlèu atanben mon papeta èra pas benlèu plan comòde e benlèu èran pas plan d'acòrdi. Enfin parti(gu)èron d'aicí per anar a Fondamenta, aquò's a uòch quilòmèstres d'aicí.
Dins aquesta partida de l'Avairon, i aviá fòrça molins, de gròsses molins qu'èran encara pus perfeccionats que lo nòstre. Aquò fa qu'aquò èra un trace de molin coma se disiá.
Abans de faire molinièr, caliá l'aprene alara mon pèra me di(gu)èt :
“Te cal montar en l'amont del costat de Laissac que conoisse quauqu'un.”
Aquel quauqu'un que s'apelava Bosquet, aquò èra un molinièr, me di(gu)èt :
“Non, ieu pòde pas t'embauchar mès te cal anar veire un nommat Censi a Rodés que te traparà certenament… te donarà una adreiça per anar aprene lo mestièr.”
E alara, ère en bicicleta, pardí, anère a Rodés veire lo pèra del mèra de Rodés que, après avure reflechit, sai que i faguère bona impression, me faguèt anar a Lanuèjols a cò de Cailar. Aquí demorère sièis meses. Aquí i aviá sustot de trabalh, de sèt oras del matin a dètz oras del seras e mèmes lo dimenge matin. N'i aviá puslèu tròp que pas pro… Diuguère i anar al mes d'octòbre e parti(gu)ère empr'aquí al mes d'abrial, abans Pascas, e tornère veire Censi que me conselhèt d'anar a Bonacomba, que aquí i aviá un molin encara melhor montat que lo de Cailar. Aquí fini(gu)ère mon aprentissatge.
Aquò èra per Pascas de 42 e pièi, al mes d'agost, aicí, prenguère la plaça de mon pèra, sensat, enfin me cedèt lo trabalh, sustot qu'èra un pauc malaute e èra plan content que venguèsse i adujar. Aquò's alara dempièi que… Ai fach marchar lo molin dinca-z-en 68. Voilà.
Parce que totes los bolangièrs avián plegat, ne demorava pas qu'un a Fondamenta e, quand anère i portar la farina, posquèt pas me pagar.
Me rensenhère. Me di(gu)èt :
“Mon paure, a calgut qu'empruntèsse d'argent al molinièr de Sent-Isèri per se montar e ara siái oblijat de li prene la farina, aquò fa que tu seràs de tròp…”
Alara, quand ai vist aquò, ai dich :
“Es pas la pena de contunhar… Val mai far quicòm mai.”
Et voilà cossí ai abandonat lo mestièr. Regrete pas çò qu'ai fach m'enfin es pas totjorn estat la fèsta… »
Le moulin de Latour
« Ici, c'est le moulin de Latour. La commune a fait changer son nom ces temps-ci, c'est Latour sur Sorgues, avant, c'était Marnhagues et Latour.
Et alors c'était le moulin qui, pendant la guerre, eut pas mal de travail pour faire manger les gens, car ils n'en avaient pas trop. Un peu de partout, 15 km autour, tous les paysans venaient apporter du grain pour faire la farine et puis faire le pain ou donner la farine au boulanger pour se faire faire le pain. Ce qui était difficile, c'était les contrôleurs des Indirectes parce que tout le monde était rationné pendant la guerre et même après la guerre. Et, pour manger à sa faim, ils mangeaient au moins le double de ce à quoi ils avaient droit. Ça fait qu'ils étaient toujours en fraude et c'était le meunier qui payait s'il y avait un procès-verbal, la moitié du temps, c'était le meunier qui était contrôlé et qui avait des ennuis. Les paysans, parfois, ne se rendaient pas compte de ce qu'ils faisaient. Enfin, tout cela est passé…
En 42 déjà ça commençait… C'était l'Occupation et déjà les restrictions étaient déjà… Ils ne mangeaient pas tout ce qu'ils voulaient. Ce fut une mauvaise époque mais cette mauvaise époque dura plus que la guerre. Moi j'estime qu'elle dura au moins jusqu'en 50, quand les gens ne mangeaient pas à leur faim.
Ici, dans les campagnes, encore ils faisaient ce qu'ils voulaient mais dans les villes il y en avait qui souffraient. Aussi, quand ils pouvaient venir prendre quelques kilos de farine, ils étaient contents. On ne pouvait pas le leur refuser, surtout quand il y avait des enfants qui n'avaient pas pour manger, les pauvres…
Nous faisions la farine pour faire le pain et puis nous faisions la farine pour les cochons : l'orge, l'avoine ou comme ça, quoi, enfin tout ce qu'on donnait aux bêtes, car les cochons, si tu leur donnes le gain entier, ils le chient comme ils l'ont fait et, pour bien aller, il faut le moudre ou alors le faire tremper, mais enfin bon.
Et voilà. Ça fait que, du travail, il n'en manquait pas, tout le monde travaillait à l'époque.
Dans la seconde moitié du siècle dernier, vers 1880 ou 70, le propriétaire d'alors voulait faire une filature, car les filatures, il y en avait pas mal dans le pays. Il y en avait à Versols, il y en avait à Lapeyre, il y en avait à Saint-Affrique, il y en avait à Camarès et ça marchait assez bien. Alors il s'imagina de monter une filature mais je ne sais pour quelle raison, quand il eut bâti la filature, ça en resta là et il n'en fit rien. À la place de faire du fil ou de la toile, c'est un nommé Molinier de Latour qui faisait des robinets de barriques avec du buis… Alors il lui loua l'emplacement qu'il avait aménagé pour cette filature et, comme il y avait l'eau pour actionner le tour, l'affaire s'est développée, il se fit aider par des gens qui savaient travailler et finalement se monta un atelier de menuiserie, petit à petit.
Il faut dire qu'à la fin du siècle dernier, il y avait des noyers, les gens faisaient l'huile de noix et ils avaient planté des noyers et ces noyers faisaient de jolis meubles, mais maintenant il n'y en a plus aucun, tous ont été vendus ou coupés. Alors ils faisaient des meubles pour tout le monde, quoi.
Et puis, à la fin du siècle, ils sont partis d'ici parce que pour expédier par le train, il ne fallait pas être trop loin d'une gare et Fondamente était mieux placé que nous ici. Peut-être aussi que mon pépé n'était pas trop commode et peut-être n'étaient-ils pas d'accord. Enfin ils partirent d'ici pour aller à Fondamente, c'est à 8 km d'ici.
Dans cette partie de l'Aveyron, il y avait beaucoup de moulins, de gros moulins qui étaient encore plus perfectionnés que le nôtre. Ça fait que c'était un petit moulin.
Avant de faire meunier, il fallait l'apprendre alors mon père me dit :
“Il te faut monter par là-haut du côté de Laissac car je connais quelqu'un.”
Ce quelqu'un qui s'appelait Bousquet, c'était un meunier, il me dit :
“Non, moi je ne peux pas t'embaucher mais il te faut aller voir un nommé Censi à Rodez qui te trouvera certainement… il te donnera une adresse pour aller apprendre le métier.”
Et alors, j'étais en bicyclette, bien sûr, j'allai à Rodez voir le père du maire de Rodez qui, après avoir réfléchi, je lui fis sans doute bonne impression, me fit aller à Lanuéjouls chez Cayla. Je restai là 6 mois. Là il y avait surtout du travail, de 7 h du matin à 10 h du soir et même le dimanche matin. Il y en avait plutôt trop que pas assez… Je dus y aller au mois d'octobre et je partis par là au mois d'avril, avant Pâques, et je revins voir Censi qui me conseilla d'aller à Bonnecombe, car il y avait là un moulin encore mieux équipé que celui de Cayla. Là je finis mon apprentissage.
C'était pour Pâques 42 et puis, au mois d'août, ici, je pris la place de mon père, enfin il me céda le travail, surtout qu'il était un peu malade et il était bien content que je vienne l'aider. C'est alors depuis que… J'ai fait marcher le moulin jusqu'en 68. Voilà.
Parce que tous les boulangers avaient fermé, il n'en restait qu'un à Fondamente et, quand j'allai lui apporter la farine, il ne put pas me payer.
Je me renseignai. Il me dit :
“Mon pauvre, il a fallu que j'emprunte de l'argent au meunier de Saint-Izaire pour m'installer et maintenant je suis obligé de lui prendre la farine, ça fait que toi tu seras en trop…”
Alors, quand j'ai vu ça, j'ai dit :
“C'est pas la peine de continuer… Il vaut mieux faire autre chose.”
Et voilà comment j'ai abandonné le métier. Je ne regrette pas ce que j'ai fait mais enfin ça n'a pas toujours été la fête… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...