Lo patoès

Collecté en 2000 Sur les Communes de Calmont, Luc Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

A l'école, les enfants étaient punis quand ils parlaient leur langue maternelle, l'occitan. On leur suspendait un sabot autour du cou pour les humilier. L'autre méthode très efficace était celle du sinhal. Quand un enfant parlait occitan, le maître lui donnait un objet en bois appelé sinhal. Celui qui détenait le sinhal en fin de journée était puni. Pour se débarrasser de cet objet, les écoliers devaient dénoncer l'un de leur camarade qui s'était exprimé dans la langue interdite.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER CHAYRIGUÈS

né en 1934 à Prévinquières de Calmont.

Transcription

Occitan
Français
« Mès, mon paure òme, vos dirai, ieu, quand anère a l'escòla, parlave lo patoès mès pas un mot de francés. Ai aprés lo francés a l'escòla. Sabètz que èrem los tres quarts… Sai que la majoritat, parlàvem patoès. Bon, nos fasián ben dintrar lo francés mès de còps aquò èra un pauc dur. Mès i arribàvem quand mèmes ! Es coma aquò, pichon a pichon, que l'avèm aprés. »
Le patois
« Mais, mon pauvre homme, je vous dirai que moi, quand j'allai à l'école, je parlais le patois mais pas un mot de français. J'ai appris le français à l'école. Vous savez que nous étions les trois quarts… Sans doute la majorité, nous parlions patois. Bon, ils nous inculquaient bien le français mais parfois c'était un peu dur. Mais nous y arrivions quand même ! C'est ainsi que, petit à petit, nous l'avons appris. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...