Parchemin (pargam) en latin et en occitan, Gramond et Villelongue, 15 septembre 1248

Sur les Communes de Cabanès, Gramond, Naucelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Parchemin (pargam) en latin et en occitan, Gramond et Villelongue, 15 septembre 1248

Vente par Brenguier, seigneur de Malamort (aujourd’hui Villelongue, commune de Cabanés), Rica sa femme, Brenguier leur fils à P. Bernart, moine de Bonnecombe, des mas et capmas des Cours (commune de Naucelle)

Archives départementales de l’Aveyron, 2 H 25, liasse 1, n° 21

« Anno Domini M° CC° XL° VIIII° XVI° kl. octobris. Sia certa causa als presens e-clara alz esdevenidors que eu B. Berenguiers seinnher del castel de Malamort et eu na Rica sa moiller et ieu B. Berenguiers lor fills, nos toih trei essemps e-cascus per nos e per totz nostres successors, per bona fe e-senes tot engan, non deceubuih ni amenaih per negu frau ni per neguna bauzia d-’alcuna persona, mas de-grat e de nostra propria e bona voluntat, certan de dreh e de faih be vendem e per nom de venda et ab-titol pur e perfiech de vendicio en durabletat ses nuill retenemen que noi fam de re, autrejam, solvem, gurpem, desamparam et ab aquesta presen carta... sempre valedoira liuram per-aras e per totz temps a la maio de Bonacumba et a sos successors et a tot so voluntari et a-totz aquels a-cui la dicha maios o volra, per far totas sas voluntatz pleneiramen et a vos don P. Bernart morgue de la dicha maio, receben per la dicha maio, zo es-asaber las doas partz nom partidamen del mas dels Corps e-tot lo capmas dels Corps per entier ab los intrars et ab lors issirs et ab lors apertenemens et ab totas lors drechuras, sia erm o-vestit o-prat o-pradal o-pastural o-bosc o-aiguas e-tota la nostra drechura e-la dicha maio trasportam loquals mas el capmas sobredih se teno essemps e-so e-la honor de-Bonafon e-teno se d-’una part ab-Moilla Sola e- daus l-’altra ab-lo mas del Teissedor e-daus l-’altra ab l’aigua de Lios. E per aquesta dicha venda vos, don P. Bernart sobre dihz, per la dicha maio, avetz nos en donatz e-pagatz per nom de pretz dc. sol. de bos rod. e percorrables, losquals nos avem e-receubutz em-patz de vos don P. Bernart per la dicha maio si que a la dicha maio res non remas en-deude e-nos tenem nos en per bem pagat e-jamai non direm que pagaih non siam, si que renunciam scientalmen ad. excepcio d-’aver no-nombrat et ad-excepcio de dolo et a-tot dreih et a-tota leih et a-tota costuma et a-tota nova o-viella constitucio per que nos nill nostre poesem venir encontra la davan dicha venda. Et espressamen renunciam a-la lei que incipit rem maioris precii et a-lla autentica de duobus reis. Et eu na Rica sobre dicha renuncii al Velleian senat consult et a la lei Julia de fundi dotal et a-las drechuras de la ypotecas et a tot altre ajutori que sia donatz o autrejatz en-dreh a-femena mai que ad home. Et eu B. Berenguiers fills del dih B. Berenguier renuncii al-benefici de menor edat e-d’integrum restitucio. E non avem faih ni dih ni per adenant no farem ni direm per que la davandicha venda meins vailla ni meins ferma permainha ni estia. E se mai val o-per-adenant mai valra la davandicha venda del dih pretz, lo mai vos donam per nom de-do en durabletat a-vos don P. Bernart sobredih, per la dicha maio de Bonacumba receben et a la dicha maio de Bonacumba per totz temps. E desvestem ne nos elz nostres e-vestem ne vos don P. Bernart per la dicha maio de Bonacumba e-recebem per la dicha maio per totz temps et ab aquesta presen carta vos en metem em-pleneira possessio vos don P. Bernart, receben per ladicha maio coma e-sa dominia causa. E per ferma e-valedoria stipulatio prometem vos de evictio a-vos don P. Bernart receben per la dicha maio de-Bonacumba, sotz obligacio de-totz nostres bes on que los ajam, mobles e-nomobles, que se-lla dicha vendicios o-alcuna partz d-’ela vos era vencuda o-tota per dreh, que tota aquela causa vos restaurara per dreh e-us en-gardaram de-dan. E tot enaici coma desus es-dih o-se-miels podia esser dih o-escrih o-entendut per alcu laic o per alcu clergue, a-la utilitat de-la dicha maio de Bonacumba e-de-sos successors, tot enaisci o tenrem et regardarem eja contra re que desus dih sia no venrem nos ni-hom ni femena per nostra art ni per nostre engien, se Deus nos ajut, et aquich IIII. S. Evangeli de Deu de me B. Berenguier e-de-me na Rica sa moiller e-de-me Berenguier lor fill desus dihz corporalmen tocatz. Et aizo fo faih a Gramon el-pla fora la porta, sotz l’olm. Testes vocati : lo capelas n’Esteves de-la-Boissonada, Bertrans Berenguiers, B. Cadels, P. Gairals, Huc Moissetz, B. Joris et ego Jorius publicus notarius Civitatis Ruth. qui de mandato utriusque partis hanc cartam scripsi et signum meum apposui. »

Vocabulaire

esdevenidor : futur, à venir

frau : fraude

bauzia : tromperie

retenemen : retenue, réserve ; ici mot à mot : sans aucune réserve, que nous ne faisons de rien...

autrejam... desamparam : nous accordons, délivrons, cédons, abandonnons. Liuram, plus loin, a à peu près le même sens

valedoira : qui vaudra (toujours)

voluntari : (l’ensemble de ses) ayants droit

don : dom, maître

morgue : moine

zo-es-asaber : c’est à savoir

partidamen : séparément

mas : mas, exploitation

capmas : chef-mas

intrars, issirs : entrées, sorties

erm o vestit : inculte ou cultivé

drechura : ce qui (nous) appartient de droit

la honor : le domaine

dc sol. de bos rod : 500 (?) sous de bonne monnaie de Rodez

percorrable : ayant cours

res non remas en deude : mot à mot : rien ne demeure en dette

scientalmen : en toute connaissance. Suivent les clauses de renonciation dont nous ne reprenons pas le détail, qui font référence à diverses lois ou règles du droit romain. Le sens général est que le vendeur, ni sa femme, ni son fils ne feront jouer aucun texte en leur faveur pour annuler ou diminuer les effets de la vente

ajutori : aide, argument

eu : moi

(ieu)menor edat : minorité

per adenant : par avance

permainha : (ne) demeure

estia : (ne) soit

devestem : (se) dessaisir (nous nous en dessaisissons nous et les nôtres)

vestem : (se) saisir (nous vous en saisissons vous dom P. Bernart...)

sa dominia causa : (en) sa propre chose, son propre bien 

evictio : (nous vous assurons de toute) éviction

nomobles : immeubles

vencuda : gagnée à votre détriment

tolta : enlevée

dan : dommage

se Deus nos ajut : si Dieu nous aide

Analyse de Jean Delmas

C’est un texte difficile que nous proposons à nos lecteurs, non pas difficile par le sens, qui est indiqué en tête, mais par la langue, les précautions, les garanties, les clauses faisant référence à des usages, propres au droit romain et au droit médiéval.

Quel remarquable témoignage par son ancienneté que ce texte sur ce mas des Cours, écrit Corps et que l’on écrivait encore Courps dans le compoix de Naucelle du XVIIe siècle ! Les noms des terroirs ou mas le confrontant étaient : Moilla-Sola, lo mas del Teissedor, lo mas de las Tolzanas, noms aujourd’hui disparus, et l’aigua de Lios, le ruisseau de Lieux.

Photo

Parchemin (pargam) en latin et en occitan, Gramond et Villelongue, 15 septembre 1248
© Archives départementales de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...