Lo maquís de Vilalonga

Collecté en 2005 Sur les Communes de Cabanès, Naucelle, Pradinas, Sauveterre-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

« L'église de Cabanès renferme un petit musée de la Résistance en souvenir du Maquis Antoine et du passage du colonel Berger (nom de Résistance d'André Malraux), le 22 juillet 1943. » (Jean Delmas, al canton de Naucelle)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Paul COUSTY

né en 1921 à Paris, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Veses, a Naucèla, nasquèt un maquís, un dels pus gròsses ça que la e, se l'òm jutja aquò setanta ans après, sai pas quant, pas tot a fèt mès seissanta totjorn, e ben se vei ben qu'èra un dels pus fòrts, un dels pus costauds del sud de la França.
Aquò's per azard que se venguèt montar a Vilalonga, aquí a sièis quilòmèstres de Naucèla, per çò que i aviá de gropes Vény, del nom del colonèl que comandava tot aquò, que s'apelava Vény, e Vény èra dins lo Lòt e voliá montar un maquís Vény dins lo Tarn, una sucursala dins lo Tarn. S'adreicèt al partit socialista per çò que èra socialista. Los FTP èran d'origina comunista e los Vény èran d'origina socialista. Demandèt a Carmauç qu'èra lo sièti, pardí, del partit socialista dempièi totjorn de qué podián far. Los dirijaires, aquí, di(gu)èron…
Per çò que lor disiá :
“Calriá trobar un airal qu'i se po(gu)èsse parachutar, qu'i po(gu)èssem far un tarrenh de parachutatge, que nos manca… Nos vòlon ben envoiar… Los Americans e los Angleses nos vòlon ben envoiar de material mès cal trobar l'airal que s'i prèste e que los Alemands lo tròben pas.”
Alara n'i aviá, de Carmauces, que venián pescar aicís e coneissián un riu aquí, plan tranquillon, que s'apèla lo lesèrt e, al pè del lesèrt, li aviá un vilatge abandonat, Vilalonga.
Di(gu)èron :
“Ten, benlèu seriam plan aquí a Vilalonga…”
E prepausèron a Vény de montar un maquís a Vilalonga. Es çò que fa(gu)èron.
Comencèt de s'installar a-z-Aubanhac mès a-z-Aubanhac los Alemands lo senti(gu)èron. Mès parti(gu)èron a temps que lo jorn qu'i venguèron, los Alemands, acabavan de desmenatjar, aquel jorn desmenatjavan. Mès avián començat aquí. M'enfin èran a Vilalonga e, per la seguida, apièi, a Vilalonga atanben fini(gu)èron per se'n dobtar, los Alemands, alara parti(gu)èron al castèl, sus la comuna de Pradinàs, al castèl de La Planca.
Bòn alara lo dirijaire, lo patron d'aquel maquís, s'apelava Antoine Pech, èra bochièr a Carmauç e el i anèt pas per quatre caminses. Aquò comencèt pichonament coma tot, i èran benlèu dètz, quinze, vint, sai pas… Al despart ieu i èri pas mès pardí, dempièi, an ajut lo temps d'o me racontar cent còps, amai mai, cossí aquò se passèt.
Comencèron… Nasquèt pas… Fòrças maquises en França nasquèron per abrigar los STO, los que volián pas partir en Alemanha e que se metián en irregularitat ambe la Republica. Alara aicí èra pas lo cas, aquò èra directament per trabalhar contra l'Alemand, per preparar la Liberacion. Donc èra plan melhor orientat al despart.
Aquò fa que montèron aquò pièi se forni(gu)èron un bocin mai, èran cinquanta, seissanta, tot aquò…
Mès Antoèna di(gu)èt…
A ! Èra intreprenent, aquel òme ! Èra un tipe coma aquò ça que la !
Di(gu)èt :
“I a pas qu'a far la mobilizacion de totes los joves.”
E decidi(gu)èt que el preniá totes los poders aicís. Sus la region de Naucèla-Sauvatèrra, preniá totes los poders : militaris, civils, totes, mèmes economiques.
Fasiá la guèrra al mercat negre tanben tant que i èra. Lo que practicava lo mercat negre se fa(gu)èt atapar per el… Li t'en fotián una batusta, atencion, que se'n soveniá ! Coneissi pas qu'aquò.
“On te battra un peu, fasiá ambe son accent, on te battra un peu.”
E apièi, quand los aviá batuts un pauc, lor disiá :
“Maintenant on te gardera avec nous si tu veux avec nous.”
N'i a que i demorèron ça que la après èsser estat batuts, que fasián de mercat negre.
Bòn mès enfin assumava tot e alara mobilizèt, mobilizèt e di(gu)èt :
“Cal far la mobilizacion de totes los joves.”
De, sai pas, dòtz-a-uèch ans apr'aquí a vint-a-cinc ans e o fa(gu)èt conéisser, metèt d'afichas endacòm e pièi aquò se di(gu)èt. Caliá totes anar a Vilalonga los prumièrs jorns e pièi, quand s'èran mudats a La Planca, caliá anar a La Planca.
E ieu podiái pas, al debut… Aquò m'auriá agradat quand n'ausi(gu)èri parlar. Ieu inhoravi l'existéncia del maquís quand se creèt. Aviái pas de ligams particulièrs, ieu, ambe lo partit socialista ni mai ambe cap pus. Ieu èri puslèu dins la joinessa catolica, que la joinessa catolica se voliá pas mesclar ambe tot aquò… Alara, aicís a Naucèla, los dirijaires dels socialistas sia(gu)èron los prumièrs a i se metre.
Es a dire que i aviá un grope de trabalhurs qu'apelavan, desmobilizats… De monde que, a la fin de la guèrra, podián pas dintrar chas elses, que los Alemands los volián pas, o alara los batejavan Alemands d'amont, d'Alsacians o de Lorrains, e èran desmobilizats aicís. I aviá un centre per aquò. Lo que los dirijava èra un grand resistent, dels prumièrs presque. Embarquèt de monde aicís tanben, el. Aquò se rejuntèt ambe l'operacion de Vény. Tot aquò arribèt a se juntar.
E alara pardí aquel maquís prenguèt d'importéncia. Èrem arribats a èsser cinc cents, a la fin.
E ieu, quand di(gu)èron qu'i caliá anar, i anèri me presentar, i anèri mès que aviái lo papà qu'èra dejà malaute, amai se'n remetèt pas, aviá un cancèr, mori(gu)èt quauquas annadas pus tard mès tornèt pas trabalhar, e aviam a dintrar lo fen e lo blat, del moment qu'aviam gardat aquel bocin de ben. Lor di(gu)èri :
“Moi, maintenant, pour rentrer ça, si je viens là, je sais pas comment ils vont faire…
– Eh bien mais écoute…”
Lo bolangièr que èra un pauc l'intendent aquí dedins, me di(gu)èt :
“Eh bien mais écoute, reviens chez toi, si on a besoin, ou tu verras bien suivant comme ça tournera tu reviendras.”
E i tornèri quand agèrem tot dintrat lo 15 d'a(g)òst mès aquò èra la velha de la Liberacion. Aquò fa que la veritabla istòria del maquís, l'ai pas coneguda, l'ai apresa après. E ara a mesura que los anciens morisson, ieu arribi a èsser un dels prumièrs considerats alara que l'ai pas viscut fisicament. Mès, per contra, los que volguèron contunhar de servir lor engatjament qu'avián pres contra l'enemic contunhèron juscas a la prumièira armada Rhin et Danube, e ieu contunhèri.
Sia(gu)èri vexat, enfin d'ajure pas participat a la partida activa del maquís aicís e demorèri a Rhin et Danube. E contunhèri juscas en Autricha. Aquò fa que tot aquò se rejuntèt. E duèi, quand fasèm l'istòria del maquís d'Antoèna e ben acabam atanben per la darrièira tièira que se passa en Alemanha e en Autricha, del moment que i anèrem.
I anèrem ambe Antòni, èra vengut comandant a-n-aquela epòca, solament pièi lo desmobilizèron per metre de… Lo general de Lattre de Tassigny fa(gu)èt çò qu'apelava… Enfin, o s'apelava, se me'n soveni o te diriái… Per mesclar lo monde que venián del maquís ambe lo monde que venián d'Africa. Es amb aquò que fa(gu)èt sa prumièira armada. Èra pas talament facile de far trabalhar ensemble aquel monde que èran pas estat preparats de la mèma manièira. Sabes, al maquís i aviá pas gaire de disciplina, se vòls, e el ne voliá, de Lattre, amai aviá rason.
Aquel maquís fa(gu)èt de trabalh. Fa(gu)èt petar lo viaduc… pas lo viaduc, lo pont que mena sul viaduc, lo grand viaduc aquí de Viaur, que a París la Resiténcia aviá donat òrdre de lo far sautar, aquel pont. Mès di(gu)èron :
“Me damne, quand mèmes, es malurós de far sautar un pont coma aquò !”
Alara di(gu)èron :
“Mès, del moment que i a un tunèl que i debocha, sufís de bochar lo tunèl e passaràn pas.”
Alara desmontèron los rails e envoièron un trenh entièr de la gara de Naucèla en penta libra, en penta doça, s'anèt esclafar dins lo tunèl. Aquò sia(gu)èt finit. Los Alemands agèron acabat de se servir del tunèl. Lo temps que calguèt après, per desgatjar tot aquò, figura-te !
Aquò, e fa(gu)èron sautar maites ponts a un airal, a l'autre, aicís, alà… A si, fa(gu)èron de trabalh !
E pièi s'èran mesclats a de bagarras ambe los Alemands. Lo còp que lo novèl prefet arribava, que lo volguèron anar aculhir aval sus la rota de Milhau, mas que tombèron sus un convoès alemand que partissiá del sens contra… Alara se trobèron que i s'atendián pas e aquí agèrem de pèrdias… Agèrem dos mòrts aquí, dos copins a ieu ça que la…
Pièi alara los parachutatges ! Sia(gu)èron importents aicí. Es estat escrich que ambe çò qu'es estat parachutat aicís podiam armar quatre o cinc mila combatents, de tot : d'armas collectivas o d'armas particulàrias. Si, es estat un gròs maquís ! Ne fornissiam… Quand i aviá ajut de parachutatges los camions n'anavan portar dins lo Lòt, dins lo Tarn e dins tot l'Avairon.
– Aquò se fasiá ambe de camions, la nuèch ?
– La nuèch eh oui o quauques còps lo jorn atanben per çò que, quand mèmes, en prenguent de rotas segondàrias…
Mès lo parachutatge, pardí, aquò èra tot un afar, la nuèch. Alara se fasiá juste aquí en dessús pardí de Vilalonga. Avián trobat un airal qu'anava plan. Èran en li(g)ason ambe Londres. I aviá lo mot de passa… Quand lo mot de passa… Mès aquí tanben, paure, de qué vòls ? Manca quicòm aquí. Quand lo mot de passa passava a la ràdio de Londres, sabián que la nuèch d'après i auriá parachutatge.
Se tornatz, o prepararai un bocin dabans, per romplir aquelses trauces qu'avèm.
Participèrem a la liberacion de Carmauç. Ieu i èri pas dins l'unitat, encara i èri pas dintrat. Aquò se passèt dins los prumièrs jorns del mes d'a(g)òst mès ai de copins que vivon encara que l'an fach, lo combat de Carmauç. N'i a un que cungèt i èsser tuat… Agèt un copin tuat a costat d'el. Aquò sia(gu)èt dur, Carmauç tanben… Carmauç o los environs.
Ieu, totes los afars que participèri… Nos envoièron… Lo lendeman de la liberacion de Rodés, nos envoièron del costat de Pònt de Salars corsar los Alemands que partissián en desbandada mès demèst elses i aviá mai que mai de soldats fachs de fòrça, dels païses ocupats, de Russes en l'aval, de totes aquelses païses al torn de la Russia e que demandavan pas melhor que de n'ajure acabat. Mès, coma èran armats, los caliá quand mèmes amassar, que fa(gu)èsson pas de bestisas ambe lors armas. E ben participèri a-n-aquò, lo 18 o lo 19 d'a(g)òst. Aquò's tot çò qu'ai fach del costat maquís. »
Le maquis de Villelongue
« Tu vois, à Naucelle, naquit un maquis, un des plus gros et, si on juge ça soixante-dix ans après, je ne sais pas combien, pas tout à fait mais soixante ans toujours, eh bien, on voit bien que c’était un des plus forts, un des plus costauds du sud de la France.
C’est par hasard qu’il vint se monter à Villelongue, là à six kilomètres de Naucelle, parce qu’il y avait des groupes Vény, du nom du colonel qui commandait tout ça, qui s’appelait Vény, et Vény était dans le Lot et il voulait monter un maquis Vény dans le Tarn, une succursale dans le Tarn. Il s’adressa au parti socialiste parce qu’il était socialiste. Les FTP étaient d’origine communiste et les Vény étaient d’origine socialiste. Il demanda à Carmaux qui était le siège, bien sûr, du parti socialiste depuis toujours ce qu’ils pouvaient faire. Les dirigeants, là, dirent...
Parce qu’il leur disait :
“Il faudrait trouver un endroit où on puisse parachuter, où nous puissions faire un terrain de parachutage, parce qu’il nous manque... Ils veulent bien nous envoyer... Les Américains et les Anglais veulent bien nous envoyer du matériel mais il faut trouver l’endroit qui s’y prête et que les Allemands ne trouvent pas.”
Alors, il y avait des Carmausins qui venaient pêcher ici et ils connaissaient un ruisseau là, bien tranquille, qui s’appelle le Lézert et, à côté du Lézert, il y avait un village abandonné, Villelongue.
Ils dirent :
“Tiens, nous serions peut-être bien là à Villelongue...”
Et ils proposèrent à Vény de monter un maquis à Villelongue. C’est ce qu’ils firent.
Il commença par s’installer à Albagnac, mais à Albagnac les Allemands le sentirent. Mais ils partirent à temps si bien que le jour où les Allemands y vinrent, ils achevaient de déménager, ce jour-là ils déménageaient. Mais ils avaient commencé là. Mais enfin ils étaient à Villelongue et, par la suite, ensuite, à Villelongue aussi les Allemands finirent par s’en douter, alors ils partirent au château, sur la commune de Pradinas, au château de La Planque. Bon alors le dirigeant, le patron de ce maquis, s’appelait Antoine Pech, il était boucher à Carmaux et lui il n’y alla pas par quatre chemins. Cela commença petitement comme tout, ils y étaient peut-être dix, quinze, vingt, je ne sais pas... Au départ moi je n’y étais pas bien sûr, depuis, ils ont eu le temps de me le raconter cent fois, et même plus, comment cela se passa.
Ils commencèrent... Il ne naquit pas... Beaucoup de maquis en France naquirent pour abriter les STO, ceux qui ne voulaient pas partir en Allemagne et qui se mettaient en irrégularité avec la République. Alors ici ce n’était pas le cas, c’était directement pour travailler contre l’Allemand, pour préparer la Libération. Donc il était bien mieux orienté au départ.
Cela fait qu’ils montèrent ça puis ils se fournirent un peu plus, ils étaient cinquante, soixante, tout ça...
Mais Antoine dit...
Ah ! Il était entreprenant, cet homme ! C’était un type comme ça !
Il dit :
“Il n’y a qu’à faire la mobilisation de tous les jeunes.”
Et il décida qu’il prenait tous les pouvoirs ici. Sur la région de Naucelle-Sauveterre, il prenait tous les pouvoirs : militaires, civils, tous, même économiques.
Il faisait la guerre au marché noir aussi tant qu’il y était. Celui qui pratiquait le marché noir se fit attraper par lui... Il lui foutait une volée, attention, il s’en souvenait ! Je ne connais que ça.
“On te battra un peu, faisait-il avec son accent,on te battra un peu.”
Et ensuite, quand il les avait battus un peu, il leur disait :
“Maintenant on te gardera avec nous si tu veux avec nous.”
Certains restèrent d'ailleurs après avoir été battus, de ceux qui faisaient du marché noir.
Bon mais enfin il assumait tout et alors il mobilisa, il mobilisa et il dit :
“Il faut faire la mobilisation de tous les jeunes.”
De, je ne sais pas, dix-huit ans par là à vingt-cinq ans et il le fit savoir, il mit des affiches quelque part et ensuite cela se dit. Il fallait tous aller à Villelongue les premiers jours et ensuite, quand ils avaient déménagé à La Planque, il fallait aller à La Planque.
Et moi je ne pouvais pas, au début... Cela m’aurait plu quand j’en entendis parler. Moi j’ignorais l’existence du maquis quand il se créa. Je n’avais pas de liens particuliers, moi, avec le parti socialiste ni avec aucun autre. Moi j’étais plutôt dans la jeunesse catholique, et la jeunesse catholique ne voulait pas se mêler de tout ça... Alors ici à Naucelle, les dirigeants des socialistes furent les premiers à s’y mettre.
C’est-à-dire qu’il y avait un groupe de travailleurs comme ils les appelaient, démobilisés... Des gens qui, à la fin de la guerre, ne pouvaient pas rentrer chez eux, parce que les Allemands ne les voulaient pas, ou alors ils les appelaient Allemands de là-haut, des Alsaciens ou des Lorrains, et ils étaient démobilisés ici. Il y avait un centre pour ça. Celui qui les dirigeait était un grand résistant, un des premiers presque. Il embarqua des gens ici aussi, lui. Cela se rejoignit avec l’opération de Vény. Tout cela arriva à se rejoindre.
Et alors bien sûr ce maquis prit de l’importance. Nous étions arrivés à être cinq cents, à la fin.
Et moi, quand ils dirent qu’il fallait y aller, j’allai m’y présenter, j’y allai mais mon papa était déjà malade, et il ne s’en remit pas, il avait un cancer, il mourut quelques années plus tard mais il ne retravailla pas, et nous devions rentrer le foin et le blé, puisque nous avions gardé ce petit bien. Je leur dis :
“Moi, maintenant, pour rentrer ça, si je viens là, je sais pas comment ils vont faire…
– Eh bien mais écoute…”
Le boulanger qui était un peu l’intendant là-dedans, me dit :
“Eh bien mais écoute, reviens chez toi, si on a besoin, ou tu verras bien suivant comme ça tournera tu reviendras.”
Et j’y retournai quand nous eûmes tout rentré le 15 août mais c’était la veille de la Libération. Cela fait que la véritable histoire du maquis, je ne l’ai pas connue, je l’ai apprise après. Et maintenant à mesure que les anciens meurent, moi j’arrive à être un des premiers considérés alors que je ne l’ai pas vécu physiquement. Mais, par contre, ceux qui voulurent continuer de servir leur engagement qu’ils avaient pris contre l’ennemi continuèrent jusqu’à la première armée Rhin et Danube, et moi je continuai.
Je fus vexé, enfin de ne pas avoir participé à la partie active du maquis ici et je restai à Rhin et Danube. Et je continuai jusqu’en Autriche. Cela fait que tout cela se rejoignit. Et aujourd’hui, quand nous faisons l’histoire du maquis d’Antoine eh bien nous achevons aussi par la dernière étape qui se passe en Allemagne et en Autriche, puisque nous y allâmes.
Nous y allâmes avec Antoine, il était devenu commandant à cette époque, seulement ensuite ils le démobilisèrent pour mettre de... Le général de Lattre de Tassigny fit ce qu’il appelait... Enfin, ou cela s’appelait, si je m’en souviens je te le dirai... Pour mélanger les gens qui venaient du maquis avec les gens qui venaient d’Afrique. C’est avec cela qu’il fit sa première armée. Ce n’était pas tellement facile de faire travailler ensemble ces gens qui n’avaient pas été préparés de la même manière. Tu sais, au maquis il n’y avait pas beaucoup de discipline, si tu veux, et lui il en voulait, de Lattre, et il avait raison.
Ce maquis fit du travail. Il fit péter le viaduc... pas le viaduc, le pont qui conduit sur le viaduc, le grand viaduc là du Viaur, parce qu’à Paris la Résistance avait donné ordre de faire sauter ce pont. Mais ils dirent :
“Mon Dieu, quand même, c’est malheureux de faire sauter un pont comme ça !”
Alors ils dirent :
“Mais, puisqu’il y a un tunnel qui y débouche, il suffit de boucher le tunnel et ils ne passeront pas.”
Alors ils démontèrent les rails et ils envoyèrent un train entier de la gare de Naucelle en pente libre, en pente douce, il alla s’écraser dans le tunnel. Ce fut fini. Les Allemands eurent fini de se servir du tunnel. Le temps qu’il fallut ensuite, pour dégager tout ça, figure-toi !
Ça, et ils firent sauter d’autres ponts à un endroit, à l’autre, ici, là... Ah, si, ils firent du travail !
Et puis ils s’étaient mêlés à des bagarres avec les Allemands. La fois où le nouveau préfet arrivait, où ils voulurent aller l’accueillir là-bas sur la route de Millau, mais ils tombèrent sur un convoi allemand qui partait dans le sens contraire... Alors ils ne s’y attendaient pas et là nous eûmes des pertes... Nous eûmes deux morts là, deux copains à moi d’ailleurs...
Puis alors les parachutages ! Ils furent importants ici. Il a été écrit qu’avec ce qui a été parachuté ici nous pouvions armer quatre ou cinq mille combattants, de tout : des armes collectives ou des armes particulières. Si, ça a été un gros maquis ! Nous en fournissions... Quand il y avait eu des parachutages les camions allaient en apporter dans le Lot, dans le Tarn et dans tout l’Aveyron.
– Ça se faisait avec des camions, la nuit ?
– La nuit eh oui ou quelquefois le jour aussi parce que, quand même, en prenant des routes secondaires...
Mais le parachutage, bien sûr, c’était toute une affaire, la nuit. Alors ça se faisait là juste au-dessus bien sûr de Villelongue. Ils avaient trouvé un endroit qui allait bien. Ils étaient en liaison avec Londres. Il y avait le mot de passe... Quand le mot de passe... Mais là aussi, mon pauvre, que veux-tu ? Il manque quelque chose là. Quand le mot de passe passait à la radio de Londres, ils savaient que la nuit suivante il y aurait un parachutage.
Si vous revenez, je le préparerai un peu avant, pour remplir ces trous que nous avons.
Nous participâmes à la libération de Carmaux. Moi je n’étais pas dans l’unité, je n’y étais pas encore entré. Cela se passa dans les premiers jours du mois d’août mais j’ai des copains qui sont encore en vie qui l’ont fait, le combat de Carmaux. Il y en a un qui faillit y être tué... Il eut un copain tué à côté de lui. Cela fut dur, Carmaux aussi... Carmaux ou les environs.
Moi, tous les trucs auxquels je participai... Ils nous envoyèrent... Le lendemain de la libération de Rodez, ils nous envoyèrent du côté de Pont-de-Salars courser les Allemands qui partaient en débandade mais parmi eux il y avait surtout des soldats faits de force, des pays occupés, des Russes là-bas, de tous ces pays autour de la Russie et qui ne demandaient pas mieux que d’en avoir fini. Mais, comme ils étaient armés, il fallait quand même les ramasser, pour qu’ils ne fassent pas de bêtises avec leurs armes. Eh bien je participai à ça, le 18 ou le 19 août. C’est tout ce que j’ai fait du côté maquis. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...