Los lops

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Buzeins, Palmas, Vimenet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens racontaient le temps où les loups rôdaient en Rouergue. Il y en eut jusqu'au début du XXe siècle. La généralisation des armes à feu et l’emploi de la strychnine vinrent à bout de l’espèce.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RÉMY GRUAT

né en 1925 à Buzeins.

Transcription

Occitan
Français
« N’i aviá que fasián paur, bien sûr.
I aviá un tipe, un seras, que veniá de Vimenet a pè e, tot en un còp, vegèt lo lop, tantôt en bas de la rota, tantôt en nalt, e començava de… Aquò èra un tipe adulte, benlèu aviá cinquanta ans. Mès començava d’avure un pauc la frossa e di(gu)èt :
“Me cal pas acabar d’arribar a Busens.”
S’arrestèt a-z-un mas qu’apelavan Ginals, aquí, davant d’arribar a Busens, e alara va picar al portal de l’estable, perque d’aquel temps los batièrs jasián dins los estables, e li fa :
“Duèrb-me que i a lo lop que me sèg !
– Bogre de con, vai, lo lop te sèg ?
– Oui, oui, oui, oui, te blague pas…”
E alara, bien sûr, quand sesquèt dins l’estable, lo lop urlèt sus la pòrta. Lo seguiá, lo tipe…
E pas mai. Jaguèt aquí, passèt la nuèch aquí.
E, lo lendeman, quand la sirventa donèt als pòrcs, pendent que desjunavan, dos ivernaires… Los ivernaires aquò èra de pòrcs adultes que gardavan per l’annada d’après. Ne manquèt dos. Los aviá enlevats. Enfin, benlèu n’i aviá mai d’un, lop… El ne vesiá un mès enfin benlèu n’i aviá mai d’un… Perque per prene dos pòrcs al còp, quand mème, caliá qu'agèsse un dròle d’apetit ! Pas per los manjar de suita, mès los prenián…
Non, non mès de lops, n’ai pas vists, n’ai pas vists.
Lo darnièr que tuèron, qu’empoisonèron, aquò èra a la bòria de Busarengas, al ras de Busens, totjorn. E alara aquò èra un fotral de lop, un solitari. E alara decidèron que caliá l’empoisonar. Alara, i aviá una feda qu’èra crebada e l’avián empoisonada a l’estricnina. Lo seras, clausián los cans e fotián aquela feda defòra, una feda mòrta. Dos jorns, tres jorns… Pas res.
Un bèl jorn, lo tipe, lo pastre, di(gu)èt :
“Me cal ben estremar aquela feda.”
Aviá fach un nevièr, una cagada de nèu e, d’un còp, vegèt una altra bòssa, al ras de la bòssa que fasiá la feda. Ambe lo pè, gratèt, aquò èra lo lop. S’èra empoisonat. Mès pareis qu’èra gròs. Pareis que… E aquò’s lo darnièr que s’entendèt parlar a Busens.
Mès òu, quand vos parle d’aquò, vos parle… al debut del siècle o a la fin de l’altre. N’i a un briu. Jamai n’ai pas vists, de lops, ieu. E n’ai pas jamai entendut parlar. »
Les loups
« Il y en avait qui faisaient peur, bien sûr.
Il y avait un type, un soir, qui venait de Vimenet à pied et, tout à coup, il vit le loup, tantôt en bas de la route, tantôt en haut, et il commençait à… C'était un adulte, peut-être avait-il cinquante ans. Mais il commençait un peu à avoir la frousse et il dit :
“Il ne me faut pas finir d'arriver à Buzeins.”
Il s'arrêta à un hameau qu'ils appelaient Ginals, là, avant d'arriver à Buzeins, et alors il va frapper au portail de l'étable, parce qu'en ce temps-là, les bouviers couchaient dans les étables, et il lui fait :
“Ouvre-moi car j'ai le loup qui me suit !
– Pauvre con, allez, le loup qui te suit ?
– Oui, oui, oui, oui, je ne rigole pas…”
Et alors, bien sûr, quand il fut dans l'étable, le loup hurla à la porte. Il le suivait, le type…
Et pas plus. Il coucha là, il passa la nuit là.
Et, le lendemain, quand la bonne donna à manger aux cochons, pendant qu'ils déjeunaient, deux hivernants… Les hivernants c'était des cochons adultes qu'ils gardaient pour l'année suivante. Il en manqua deux. Il les avait enlevés. Enfin peut-être y avait-il plus d'un loup… Lui il en voyait un mais enfin peut-être y en avait-il plus d'un… Parce que pour prendre deux cochons en même temps, quand même, il fallait qu'il ait un drôle d'appétit ! Pas pour les manger de suite, mais ils les prenaient…
Non, non mais des loups, je n'en ai pas vus, je n'en ai pas vus.
Le dernier qu'ils tuèrent, qu'ils empoisonnèrent, c'était à la ferme de Buzareingues, près de Buzeins, toujours. Et alors c'était un gros loup, un solitaire. Et alors ils décidèrent qu'il fallait l'empoisonner. Alors il y avait une brebis qui était morte et ils l'avaient empoisonnée à la strychnine. Le soir, ils enfermaient les chiens et ils mettaient cette brebis dehors, une brebis morte. Deux jours, trois jours… Rien.
Un beau jour, le type, le berger, dit :
“Il me faut quand même cacher cette brebis.”
Il était tombé une grande quantité de neige et, d'un coup, il vit une autre bosse, près de la bosse que faisait la brebis. Avec le pied, il gratta, c'était le loup. Il s'était empoisonné. Mais il paraît qu'il était gros. Il paraît que… Et c'est le dernier loup dont on entendit parler à Buzeins.
Mais hein, quand je vous parle de ça, je vous parle… au début du siècle ou à la fin de l'autre. Il y a longtemps. Jamais je n'ai vu de loups, moi. Et je n'en ai jamais entendu parler. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...