Lo Molin-Nòu de Busens

Collecté en 1997 Sur les Communes de Buzeins, Vézins-de-Lévézou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Moulin-Neuf se trouve entre Buzeins et Recoules-Prévinquières.

Avant de pouvoir moudre le grain, il fallait le laver et le faire sécher au soleil.

La plupart des moulins possédaient un ase pour faire l'ordiat (orge perlée) ou pour écraser les noix ou les pommes dont on faisait de l’huile ou du cidre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LÉON LACOSTE

né en 1926 au Moulin-Neuf de Buzeins.

Transcription

Occitan
Français
« La tèrra èra bona, aicí, pel blat. Se fasiá de bons blats !
La montanha de Vesinh, que venián mòlre de còps aicí, portavan de segal per mòlre. Moliam lo segal atanben. Fasiam la farina de pan ambe lo segal.
L’ordiat se fasiá. Ieu, l’ai pas vist far mès enfin se fasiá aquí de l’altre costat. Naltres… Lo fasián, aicí. Fasián aquò ambe d’òrdi. Lo molián e après ne fasián la sopa, ne fasián çò que volián. Se fasiá, l’ordiat.
Se fasiá mème l’òli de nose, amb un ase que tornejava sus una mòla e que escrachava e pièi lo fasián caufar e lo premsavan.
Calcavan lo blat, quand lo portavan èra sale e lo caliá lavar, aquí. Alara, lo vojàvem de per en nalt. Lo vojàvem aquí dedins e pièi lo sortissián amb un afaire traucat, una pala traucada, lo metiam dins una carrèla e l’anavan espandir ambe de gasencs aquí pel prat. E, amb un bruèg, aquí, lo bolegavan, lo tiravan en plen solelh e lo fasián secar. Aquò durava un parelh d’oras o tres, èra lèu sec per çò que èra pas gaire molhat. E pièi un còp qu’èra pròpre, alara lo moliam. Mès pas abans.
Lo blat, lo montavan amont sus la tremiège e, de la tremiège, apèi, lo molin lo moliá e i aviá una… Al debut, lo prenián d’aquí e lo passavan ambe de tamises, dins de caissas a costat, aquí. Apelavan aquò los farinèls, que lo passavan. »
Le Moulin-Neuf de Buzeins
« La terre était bonne ici, pour le blé. On faisait de bons blés !
De la montagne de Vézins, car ils venaient moudre parfois ici, ils apportaient du seigle pour le moudre. Nous moulions du seigle aussi. Nous faisions la farine du pain avec le seigle.
L'orge perlé se faisait. Moi, je ne l'ai pas vu faire mais ça se faisait là de l'autre côté. Nous… Ils le faisaient ici. Ils faisaient ça avec de l'orge. Ils le moulaient et après ils en faisaient de la soupe, ils en faisaient ce qu'ils voulaient. Ça se faisait, l'orge perlé.
On faisait même de l'huile de noix, avec une meule spéciale qui tournait sur une autre meule et qui écrasait et puis ils le faisaient chauffer et ils le pressaient.
Ils battaient le blé par piétinement, quand ils l'apportaient il était sale et il fallait le laver, là. Alors nous le vidions par en haut. Nous le vidions là-dedans et puis nous le sortions avec un machin troué, une pelle trouée, nous le mettions dans la brouette et nous allions l'étaler avec des draps de vannage là dans le pré. Et, avec un petit balai, là, nous le remuions, nous le mettions en plein soleil et nous le faisions sécher. Ça durait une paire d'heures ou trois, il était vite sec parce qu'il n'était pas tellement mouillé. Et puis, une fois qu'il était propre, alors nous le moulions. Mais pas avant.
Le blé, ils le montaient là-haut sur la trémie et, de la trémie, après, le moulin moulait et il y avait une… Au début, ils le prenaient de là et ils le passaient avec des tamis, dans des caisses à côté, là. Ils appelaient ça les farinèls, là où ils le passaient. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...