Las falsas trèvas

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Buzeins, Palmas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RÉMY GRUAT

né en 1925 à Buzeins.

Transcription

Occitan
Français
« Vos vau contar aquela…
La grand-mèra veniá d’una fièira de La Canorga, enfin, èra nascuda amont, sus la limita de la Losèra. E, la nuèch, aviá l’èga e un carreton. E alara la nuèch l’aviá atrapada. Montava aquela còsta de La Fageta. L’èga marchava al pas, bien sûr. La luna s’èra levada e aquò fasiá un reflet. Tot en un còp, sus la rota al davant de l’èga, vesiá torbilhonar quicòm, torbilhonar, torbilhonar. Tantôt aquò preniá la fòrma d’una bola, un altre còp una barrica… enfin coma un rotlèu.
Mès ma grand-mèra èra pas naïva. Li aviá pas jamai crese(g)ut a las trèvas.
Di(gu)èt :
“Bon sang, mès de qu’es aquò ?”
Pièi di(gu)èt :
“Ai totjorn ausit dire que caliá anar dau la paur.”
Arrestèt son èga, davalèt de sus son carreton, prenguèt lo margue del foet e fa(gu)èt qualques passes. Quand se(gu)èt a portada de çò que compreniá pas bien, d’un pic sec, fotèt un còp de margue de foet e se rendèt còmpte qu’aquò èra de calcidons secs, aquò èra l’auton, vesètz, de calcidons secs que lo vent, lo vent d’altan, fasiá torbilhonar. E alara tornèt montar sus son carreton e se'n anèt tranquila.
E dempèi aquel jorn, la mameta disiá :
“Que me vengon pas parlar de trèvas ! Se i anavan dau la paur, se rendrián còmpte de qu’es aquò.” »

***

« Dins lo temps, las devesas èran pas cloturadas coma ara, alara caliá gardar los buòus. Los batièrs èran cargats, la nuèch de susvelhar los buòus. Los batièrs, aquò èra aqueles que s’ocupavan dels buòus.
I aviá de cabanas, mès n'ai avudas vistas, en planchas, sus ròdas. Sai que i metián un pauc de palha. E alara se metián dins aquela cabana e pièi, a tres oras del matin… enfin a tres, quatre oras del matin, se levavan e fasián levar los buòus, perque los buòus èran lasses, un pauc, del trabalh, per que mangèsson, per que sesquèsson un pauc mens aganits.
E aquò’s aquí que, vos dise, ausi(gu)èt venir Pière-Joanton que veniá de Cantaloba en cantent.
Di(gu)èt :
“Espèra un pauc, li te vau far paur a-n-aquel !”
Sabiá que, dins aquela devesa, i aviá un carrièiron que caliá que i passèsse.
Alara se rotlèt dins sa manre(g)a. La manre(g)a, aquò èra un saile en tela. Se plegava bien amb un capuchon et enfin bon. Se metèt en travèrs d’aquel carrièiron.
Quand mon Pière-Joanton arribèt a qualques passes, fa :
“Òu, de qu’es aquò ? Fai atencion qu’ai pas paur !”
E l’altre, totjorn, en barrica, dins aquel carrièiron, rotlava dau el e gronhava un pauc, enfin bon.
“Fai atencion, çò li fasiá l’altre, ai pas paur !”
Solament, en rotlent en barrica, arribava presque als pès de Pière-Joanton. Pière-Joanton prenguèt una paur, ambe sos esclòps farrats, fotèt lo camp ! L’ausissiá encara… Aviá fach cinc cents mèstres qu’encara l’ausissiá trotar !
E alara, lo matin, lo batièr arribèt a Busens ambe sos buòus. E lo monde l’esperavan e li disián :
“Venes de far embaure (?) ?
– Oui.
– Mès as pas res vist ?
– Non…
– O… mès Pière-Joanton a vista la trèva que li a fach paur per far embaure (?) !
– Pecaire, ieu ai pas res vist… Ieu ère dins la cabana, ai pas res vist…
– E ben, a avuda una paur blua, lo paure el !”
Et voilà. E aquò s’arrestèt aquí, bon. Mès, qualques jorns après, lo batièr di(gu)èt :
“O ai pas dich sul moment mès sabètz que aviái tant de paur coma el – parce que aquel Pière-Joanton èra un rude –, aviái pas que paur que me reconesquèsse, que m’en fotèsse un morçal (?)…” »
Les faux revenants
« Je vais vous raconter celle-ci…
Ma grand-mère venait d'une foire à La Canourgue, enfin, elle était née là-haut, à la limite de la Lozère. Et, la nuit, elle avait sa jument et une charrette. Et alors la nuit l'avait surprise. Elle montait cette côte de La Fagette. La jument marchait au pas, bien sûr. La lune s'était levée et ça faisait un reflet. Tout à coup, sur la route au-devant de la jument, elle voyait tourbillonner quelque chose, tourbillonner, tourbillonner. Tantôt ça prenait la forme d'une boule, une autre fois d'une barrique… enfin comme un rouleau.
Mais ma grand-mère n'était pas naïve. Elle n'avait jamais cru aux revenants.
Elle dit :
“Bon sang, mais qu'est-ce que c'est ?”
Puis elle dit :
“J'ai toujours entendu dire qu'il fallait affronter la peur.”
Elle arrêta sa jument, elle descendit de sa charrette, elle prit le manche du fouet et elle fit quelques pas. Quand elle fut à portée de ce qu'elle ne comprenait pas bien, d'un coup sec, elle mit un coup de manche de fouet et elle se rendit compte que c'était des chardons secs, c'était l'automne, vous voyez, des chardons secs que le vent, le vent d'autan, faisait tourbillonner. Et alors elle remonta sur sa charrette et elle s'en alla tranquille.
Et depuis ce jour, ma mémé disait :
“Qu'ils ne viennent pas me parler de revenants ! S'ils affrontaient la peur, ils verraient de quoi il s'agit.” »

***

« Dans le temps, les parcelles n'étaient pas clôturées comme aujourd'hui, alors il fallait garder les bœufs. Les bouviers étaient chargés, la nuit, de surveiller les bœufs. Les bouviers, c'était ceux qui s'occupaient des bœufs.
Il y avait des cabanes, mais j'en ai eu vu, en planches, sur des roues. Sans doute y mettaient-ils un peu de paille. Et alors ils se mettaient dans cette cabane et puis, à trois heures du matin… enfin à trois, quatre heures du matin, ils se levaient et ils faisaient lever les bœufs, parce que les bœufs étaient fatigués, un peu, du travail, pour qu'ils mangent, pour qu'ils soient un peu moins affamés.
Et c'est là que, je vous dis, il entendit arriver Pierre-Jeantou qui venait de Cantaloube en chantant.
Il fit :
“Attends un peu, je vais lui faire peur à celui-là !”
Il savait que, dans cette parcelle, il y avait un sentier où il fallait qu'il passe.
Alors il se roula dans sa manre(g)a. La manre(g)a,c'est un manteau en toile. Il s'enveloppait bien avec un capuchon et enfin bon. Il se mit en travers de ce sentier.
Quand mon Pierre-Jeantou arriva à quelques pas, il fait :
“Hé, qu'est-ce que c'est ? Fais attention car je n'ai pas peur !”
Et l'autre, toujours, comme une barrique, dans ce sentier, il roulait vers lui et il grognait un peu, enfin bon.
“Fais attention, lui faisait l'autre, je n'ai pas peur !”
Seulement, en roulant comme une barrique, il arrivait presque aux pieds de Pierre-Jeantou.
Pierre-Jeantou prit une de ces peurs, avec ses sabots ferrés, il décampa ! Il l'entendait encore… Il avait fait cinq cents mètres qu'il l'entendait encore trotter !
Et alors, le matin, le bouvier arriva à Buzeins avec ses bœufs. Et les gens l'attendaient et ils lui disaient :
“Tu viens de ------------ ?
– Oui.
– Mais tu n'as rien vu ?
– Non…
– Oh… mais Pierre-Jeantou a vu le revenant qui lui a fait peur pour faire ------------- !
– Mon pauvre, moi je n'ai rien vu… Moi j'étais dans ma cabane, je n'ai rien vu…
– Eh bien, il a eu une peur bleue, le pauvre !”
Et voilà. Et ça s'arrêta là, bon. Mais, quelques jours après, le bouvier dit :
“Je ne l'ai pas dit sur le moment mais vous savez que j'avais autant peur que lui – parce que ce Pierre-Jeantou était un rude –, je n'avais que peur qu'il me reconnaisse et qu'il me foute une tannée…” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...