J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Le nombre de buronniers (montanhièrs) employés dans un masuc dépendait du nombre de vaches à traire. Sur l'Aubrac l'équipe type des montanhièrs était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol, mais il pouvait y avoir des assistants : trascantalés, traspastre et trasvedelièr. Le préfixe tras signifie “second”, “assistant”, littéralement “derrière”. Une montanha de sèt òmes (qui employait sept hommes) comme ici était une des plus importantes de l'Aubrac.

On montait aussi des porcelets (lachins, porcelons, porcanhons) en estive pour les engraisser avec le petit-lait (gaspa, mèrgue), d’où la présence d'un autre bâtiment près du masuc, la sot.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ SALES

né en 1929 à Saint-Amans de Varès.

Transcription

Occitan
Français
« La vacada partissiá per lo 25 de mai, lo 24, e aquí aquò èra decorat e tot.
Passavan per dejóst, a Sant-Amans aquí, e montavan sus la rota de Vimenet. Alara lo matin, partissián los vedèls ambe quauquas vacas e pièi, a dètz e mièg, onze oras, partissiá la vacada. I aviá cent vints vacas per vedelar, aquí a Vares. E l’auton pièi davalavan per Busens.
Amont, aviam quatre oras de trabalh lo matin e quatre oras lo seras. Quand aviam fach lo fromatge, tot aquò, aviam la plangièira. O alara vos podiatz anar passejar, podiatz anar a la pesca, a la caça… Aquò fasiá pas res. S’agís que tornatz a tres a mièja… Èstre aquí per atacar de mólzer.
Mès aviatz un jorn de repaus, un jorn entre l’autre, per çò que èrem sèt òmes, a-n-aquela montanha : alara i aviá lo cantalés, lo mèstre-cantalés, pièi i aviá lo trascantalés, un pastre, dos pastres i aviá, dos vedelièrs e lo rol. E ne molziam cent soassanta-cinc vacas, a la man.
E pièi montavan de pòrcs. I aviá una trentena de pòrcs per anar biure la gaspa. »
Le troupeau de Varès
« Le troupeau partait pour le 25 mai, le 24, et là c'était décoré et tout.
Ils passaient par dessous, à Saint-Amans là, et ils montaient sur la route de Vimenet. Alors le matin, les veaux partaient avec quelques vaches et puis, à dix heures et demi, onze heures, le troupeau partait. Il y avait 120 vaches à vêler, ici à Varès. Et puis l'automne, ils descendaient par Buzeins.
Là-haut, nous avions quatre heures de travail le matin et quatre heures le soir. Quand nous avions fait le fromage, tout ça, nous pouvions faire la sieste. Ou alors vous pouviez aller vous promener, vous pouviez aller à la pêche, à la chasse… Ça ne faisait rien. Il suffisait que vous reveniez à trois heures et demi… Être là pour commencer à traire.
Mais vous aviez un jour de repos, un jour sur deux, parce que nous étions sept hommes, sur cette montagne : alors il y avait le
cantalés, le maître-cantalés, puis il y avait le trascantalés, un pastre, deux pastres il y avait, deux vedelièrs et le rol. Et nous trayions 165 vaches, à la main.
Et puis ils montaient des cochons. Il y avait une trentaine de cochons pour aller boire le petit-lait. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...