Patés e francés

Collecté en 2000 Sur la Commune de Brusque Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

A l'école, les enfants étaient punis quand ils parlaient leur langue maternelle, l'occitan. On leur suspendait un sabot autour du cou pour les humilier. L'autre méthode très efficace était celle du sinhal. Quand un enfant parlait occitan, le maître lui donnait un objet en bois appelé sinhal. Celui qui détenait le sinhal en fin de journée était puni. Pour se débarrasser de cet objet, les écoliers devaient dénoncer l'un de leur camarade qui s'était exprimé dans la langue interdite.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Marie-Jeanne GABAUDE

née Azaïs en 1909 à Pressouyres de Brusque.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu, un còp, aviái escrich “ruicot” al luòc de metre “ruisseau” per de que en patés : lo rèc. Alors, aviái mes un “c” a la plaça de las doas “s”.
Me di(gu)èt :
“Voilà le patois qui ressort ! Je te le dis toujours que votre patois ça vaut rien pour le français !”
E ara l'aprenon, e ben voilà, lo temps a chanjat. »
Patois et français
« Moi, une fois, j'avais écrit “ruico” au lieu de mettre “ruisseau” car en patois : lo rèc. Alors, j'avais mis un “c” à la place des deux “s”.
Elle me dit :
“Voilà le patois qui ressort ! Je te le dis toujours que votre patois ça vaut rien pour le français !”
Et maintenant ils l'apprennent, eh bien voilà, le temps a changé. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...