Lo conte de La Clausa

Collecté en 2000 Sur les Communes de Brousse-le-Château, St-Jean-Delnous Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les veillées au coin du feu (al canton) permettaient de se retrouver en famille, souvent avec des voisins, de se divertir avec des chants, des contes, des jeux et des danses, tout en effectuant de petits travaux.

Étant souvent chargés de surveiller les enfants, les grands-parents contribuaient au maintien de la tradition orale dans les familles.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND PAULHE

né en 1936 à La Clause de Saint-Jean Delnous.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò's lo papí que nos contava aquò, quauquas mensorgas qu'aviá inventadas, tanplan l'arrengava a sa manièira.
Un còp, un jorn vòli dire, lo tonton Riquet, sabes, aquel qu'èra missant aquí, que t'aviá fach plorar la mamà. Sabes, un jorn de fèsta qu'èra vengut, li aviá fachas de cansèrgues, li aviá torcegut lo braç e pièi la mamà ne plorava.
Quauques jorns après venguèt e me venguèt dire bonjorn. Ieu li te sarrèri la man. La brandi(gu)èri, la brandi(gu)èri, la brandi(gu)èri la man, la brandi(gu)èri talament que se desmarguèt.
Alara de qué far d'aquela man ? La gitèri sus la teulada.
Mès que lo tonton Riquet se metèt a cridar :
“Al secors ! Al secors ! M’a arrabada la man !” 
Ieu quand entendèri que cridava coma aquò, di(gu)èri :
“Me cal sauvar, los gendarmas me van claure, me metràn en prison, que li ai fach mal…”
Vite, prenguèri l'escorsa, cap al fons del prat, dins lo bòsc. Aval al fons del bòsc i avián daissada una barrica que valiá pas res pus. Me clau(gu)èri dedins, tornèri metre lo cobertor e esperèri aquí.
Di(gu)èri :
“Se los gendarmas venon, te trobaràn pas.”
Mès que lo ser arribèt, la nuèch atanben e ieu èri totjorn dins la barrica. De qué far ?
Di(gu)èri :
“Sai que risqui pas grand causa, aquí dins la barrica, i vau demorar.”
Mès podiái pas dormir…
Al cap d'un moment entendèri quicòm que marchava, que mofinava al torn de la barrica.
“Qual sap de qué deu èsser aquò ? Es pas un pòrc…”
Agachèri o puslèu… La bonda èra barrada. Ambe lo det, butèri la bonda, tot doçament. La bonda tombèt dins l’èrba e apièi agachèri.
Un lop ! Dos uèlhs que m'agachavan aquí !
Èra aquí plantat davant e se metèt a virar al torn de la barrica e tot d'un còp senti(gu)èri son nas qu'èra pel trauc de la bonda.
“O…, di(gu)èri, se reüssís a dobrir e a desmontar la barrica, soi un òme fotut ! Degús me vendrà pas sortir d'aquí…”
Pensèri tot en un còp qu'aviái una espitla dins lo revèrs de la vèsta. Trapèri l'espitla e, al moment que lo lop passava lo nas pel trauc de la bonda, clac ! I t'i foti un còp d'espitla pel nas. Lo lop fotèt un gisclal e pas res pus…
Ieu boleguèri pas, ausèri pas bolegar.
Di(gu)èri :
“Se bolegas dins la barrica, en cas que la barrica tòmbe a tròces, lo lop te manjarà.”
La nuèch passèt, lo matin entendèri lo gal que cantava, di(gu)èri :
“Sai que lo lop serà partit…”
Dobrissi la barrica tot doçament, agachi defòra e de qué vesi, per tèrra ? Lo lop.
“En ben, di(gu)èri, aqueste còp as ganhat gròs ! Una pèl de lop ! Una pèl de lop aquò val sai que cinc pistòlas… Cinc pistòlas a la fièira d'a Requistar e ben !”
Sorti(gu)èri lo cotèl, escorguèri lo lop, prenguèri la pèl, plan plegada, arribi a l’ostal tot doçament… Pas cas degús, pas degús, pas de gendarmas, pas res.
Dintri. Di(gu)èri a la femna :
“Los gendarmas son pas venguts ?
– E non… Ai pas vist degús.
– E lo tonton Riquet, ont es passat ?
– L'ai pas vist… Sai que as somiat !
– Somiat o pas somiat aviái una pèl de lop.
Di(gu)èri :
“Deman anarai a la fièira e, ambe la pèl de lop, sai que los cromparai aqueles cans de caça que me fasián tant enveja !”
E pardí, lo lendeman, anèri a la fièira. Vendèri la pèl de lop, que totes la me volián, e anèri veire aqueles cans. N'i aviá dos o tres aquí, ne prenguèri dos. Dos : cinc pistòlas, juste la pèl del lop.
Èran blancs, blancs e negres, pi(g)açats ambe quauquas tacas rossèlas. Preni mos cans, estacats amb una ficèla, mònti sus l'ase e tòrni a l’ostal.
En passent al Ròc-Blanc, sai pas de qué senti(gu)èron aqueles cans, te me descapan e sautan pel camp aquí que i aviá de caulets e se foton aquí a sautar e a japar. I deviá avure quauque lapin…
Lo vesin t'arriba e me di(gu)èt :
“De qué fas aquí ? De qué son aquelas cabras que me manjan totes los caulets ! Para-me aquelas cabras !”
Ieu li di(gu)èri :
“Mès, son pas de cabras…
– E de qu'es aquò aquí qu'es pel camp ? Son ben de cabras…
– E ben se volètz, son pel camp, las vos vendi ! Allez, donatz-me dètz pistòlas e las cabras son vòstras !”
Me donèt dètz pistòlas e ieu, amb aquelas dètz pistòlas, di(gu)èri :
“Val mai aquò que los cans, encara !”
Tòrni partir a l’ostal mès que, en camin, di(gu)èri :
“Mès, se i a de volurs, te prendràn las dètz pistòlas, auràs pas res pus…”
M’arrèsti darrèr un bartàs, lèvi la coeta de l'ase e las te còmpti :
“Una, doas, tres, quatre…”
Las te margui dins lo cuol de l'ase, tòrni montar sus l'ase e men vau, cap a l'ostal.
Mès, d'abans d’arribar a l’ostal, aquela puta d’ase se metèt a petar. E cada còp que petava, paf !, un sòu per tèrra, paf !, un sòu per tèrra…
Vite, sauti de l'ase e ieu me meti a las amassar.
L’ase fasiá : un pet, un sòu, un pet, un sòu…
E ieu : un pet, un sòu, dins la pòcha, un pet, un sòu, dins la pòcha…
Quand las agèri plan comptadas, que totas i so(gu)èron, tornèri montar sus l’ase mès lo vesin m'aviá vist e aviá comptat coma ieu.
Me di(gu)èt :
“Aquel ase, brave òme, lo vòls pas vendre ?
– E… paure, un ase coma aquò que fa d'argent cada matin, ne trobaretz pas pertot !
– E ben escota, un ase coma aquò sai que se te balhi cent pistòlas, lo me donaràs ben sai que !
– Ooo… cent pistòlas, cent pistòlas… Sabètz de qué li cal donar a manjar a aquel ase per que fague de pistòlas cada matin ?
– Saurai ben de que li cal donar, totes los ases son parelh, totes manjan parelh !
– E ben, cent pistòlas.”
Es coma aquò que tornèri arribar a l'ostal ambe cent pistòlas a la plaça de mon ase. E tot aquò per la pèl d'un lop ! »
Le conte de La Clause
« C’est mon papi qui nous racontait ça, quelques mensonges qu’il avait inventés, aussi bien il l’arrangeait à sa manière.
Une fois, un jour je veux dire, le tonton Riquet, tu sais, celui qui était méchant là, qui avait fait pleurer ta maman. Tu sais un jour de fête où il était venu, il lui avait fait des chatouilles, il lui avait tordu le bras et puis ta maman en pleurait.
Quelques jours après il vint et il vint me dire bonjour. Moi je lui serrai la main. Je la secouai, la secouai, la secouai la main, je la secouai tellement qu’elle se défit.
Alors que faire de cette main ? Je la jetai sur le toit.
Mais le tonton Riquet se mit à crier :
“Au secours ! Au secours ! Il m’a arraché la main !”
Moi quand j’entendis qu’il criait comme ça, je dis :
“Il me faut me sauver, les gendarmes vont m’enfermer, ils me mettront en prison, parce que je lui ai fait mal...”
Vite, je pris la fuite, vers le fond du pré, dans le bois. Là-bas au fond du bois ils avaient laissé une barrique qui ne valait plus rien. Je m’enfermai dedans, je remis le couvercle et j’attendis là.
Je dis :
“Si les gendarmes viennent, ils ne te trouveront pas.”
Mais le soir arriva, la nuit aussi et moi j’étais toujours dans la barrique. Que faire ?
Je dis :
“Je ne risque sans doute pas grand-chose, là dans la barrique, je vais y rester.”
Mais je ne pouvais pas dormir...
Au bout d’un moment j’entendis quelque chose qui marchait, qui flairait autour de la barrique.
“Qui sait ce que ça doit être ? Ce n’est pas un cochon...”
Je regardai ou plutôt... La bonde était fermée. Avec le doigt, je poussai la bonde, tout doucement. La bonde tomba dans l’herbe et ensuite je regardai.
Un loup ! Deux yeux qui me regardaient là !
Il était là planté devant et il se mit à tourner autour de la barrique et tout à coup je sentis son nez qui était dans le trou de la bonde.
“Oh..., dis-je, s’il réussit à ouvrir et à démonter la barrique, je suis un homme foutu ! Personne ne viendra me sortir de là.”
Je pensai tout à coup que j’avais une épingle dans le revers de ma veste. J’attrapai l’épingle et, au moment où le loup passait le nez par le trou de la bonde, clac ! Je lui fous un coup d’épingle sur le nez. Le loup poussa un cri et plus rien...
Moi je ne bougeai pas, je n’osai pas bouger.
Je dis :
“Si tu bouges dans la barrique, au cas où la barrique tombe en morceaux, le loup te mangera.”
La nuit passa, le matin j’entendis le coq qui chantait, je dis :
“Le loup sera peut-être parti...”
J’ouvre la barrique tout doucement, je regarde dehors et que vois-je, par terre ? Le loup.
“Eh bien, dis-je, cette fois tu as gagné gros ! Une peau de loup ! Une peau de loup, ça vaut peut-être cinq pistoles... Cinq pistoles à la foire de Réquista eh bien !”
Je sortis le couteau, j’écorchai le loup, je pris la peau, bien pliée, j’arrive à la maison tout doucement... Personne, personne, pas de gendarmes, rien.
J’entre. Je dis à ma femme :
“Les gendarmes ne sont pas venus ?
– Eh non... Je n’ai vu personne.
– Et le tonton Riquet, où est-il passé ?
– Je ne l’ai pas vu... Tu as peut-être rêvé !
– Rêvé ou pas rêvé, j’avais une peau de loup.
Je dis :
“Demain j’irai à la foire et, avec la peau de loup, j’achèterai peut-être ces chiens de chasse qui me faisaient tant envie !”
Et bien sûr, le lendemain, j’allai à la foire. Je vendis la peau de loup, tous la voulaient, et j’allai voir ces chiens. Il y en avait deux ou trois là, j’en pris deux. Deux : cinq pistoles, juste la peau du loup.
Ils étaient blancs, blancs et noirs, pie avec quelques taches rousses. Je prends mes chiens, attachés avec une ficelle, je monte sur l’âne et je rentre à la maison.
En passant au Roc-Blanc, je ne sais pas ce que ces chiens sentirent, ils m’échappent et ils sautent dans le champ là où il y avait des choux et ils se mettent à sauter et à japper. Il devait y avoir quelque lapin...
Le voisin arrive et me dit :
“Que fais-tu là ? Qu’est-ce que c’est que ces chèvres qui me mangent tous les choux ? Écarte-moi ces chèvres !”
Moi je lui dis :
“Mais, ce ne sont pas des chèvres...
– Et qu’est-ce que c’est là dans le champ ? Ce sont bien des chèvres...
– Eh bien si vous voulez, elles sont dans le champ, je vous les vends ! Allez, donnez-moi dix pistoles et les chèvres sont à vous !”
Il me donna dix pistoles et moi, avec ces dix pistoles, je dis :
“Il vaut mieux ça que les chiens, encore !”
Je repars à la maison mais, en chemin, je dis :
“Mais, s’il y a des voleurs, ils te prendront les dix pistoles, tu n’auras plus rien...”
Je m’arrête derrière une haie, je lève la queue de l’âne et je les compte :
“Une, deux, trois, quatre...”
Je les enfonce dans le cul de l’âne, je remonte sur l’âne et je m’en vais, vers la maison.
Mais avant d’arriver à la maison, ce satané âne se mit à péter. Et à chaque fois qu’il pétait, paf !, un sou par terre, paf !, un sou par terre...
Vite, je saute de l’âne et je me mets à les ramasser.
L’âne faisait : un pet, un sou, un pet, un sou...
Et moi : un pet, un sou, dans la poche, un pet, un sou, dans la poche...
Quand je les eus bien comptées, que toutes y furent, je remontai sur l’âne mais le voisin m’avait vu et il avait compté comme moi.
Il me dit :
“Cet âne, brave homme, tu ne veux pas le vendre ?
– Eh... mon pauvre, un âne comme ça qui fait de l’argent chaque matin, vous n’en trouverez pas partout !
– Eh bien écoute, un âne comme ça je te donne cent pistoles, tu me le donneras bien sans doute !
– Oh... cent pistoles, cent pistoles... Vous savez ce qu’il faut lui donner à manger à cet âne pour qu’il fasse des pistoles chaque matin ?
– Je saurai bien ce qu’il faut lui donner, tous les ânes sont pareils, ils mangent tous pareil !
– Eh bien, cent pistoles.”
C’est comme ça que j’arrivai à la maison avec cent pistoles à la place de mon âne. Et tout ça pour la peau d’un loup ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...