Las uòch vertats

Collecté en 2000 Sur les Communes de Brousse-le-Château, Réquista Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le conte des huit vérités s'inscrit dans la tradition extrêmement répandue des parodies du Décalogue ou Dix commandements dictés par Dieu à Moïse sur le Mont Sinaï.

Différentes versions ont été relevées dans l'Aude et le Tarn mais avec des nombres différents, généralement neuf, onze, ou treize.

Dans l'énoncé des vérités à chaque nombre est associé un mot ou une phrase avec lequel il forme une rime. (CORDAE)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MICHEL MARTY

né en 1924 à Brousse le Château.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se passava dins nòstre vilatge, a Brossa.
Alara coma cad'ans, a la velha de Nadal, sangnavan lo pòrc e alara i aviá una familha aval, qu'èran pas riches, la familha s'apelava Martin. E alara cossí faire ? Volián far coma tot lo monde e volián crompar aquel porcèl. E alara, pardí…
La femna s'apelava Mariaton e Mariaton di(gu)èt a Martinon
“Escota, deman anaràs a la fièira de Requistar. Te balharai la rauba noviala, la vendràs e, ambe aquò, cromparàs lo porcèl !”
Autres còps, anavan a la fièira a pè e alara, en passent a La Figarèda aval, trapèt un tipe que anava a la fièira ambe de polits porcèls, de polits porcèls. Aquò èra lo Diables.
Alara pardí, se metèron a discutar, a discutar, a discutar e Martinon i di(gu)èt :
“Voilà, vau a la fièira, vo'n crompariái un, porcèl, mès qué volètz, ai pas lo sòu, me cal anar vendre la rauba noviala per lo poire pagar.”
Alara lo Diables i di(gu)èt :
“Escota-me, Martinon, veses, as pas besonh de te'n faire, pren lo pòrc que voldràs, s'agís que lo seras de Nadal me sorti(gu)es uòch vertats !”
Alara Martinon sosquèt un pauc, sosquèt un pauc e li di(gu)èt :
“E ben allez, l'afar es fach !”
Alara Martinon pardí se'n tòrna virar, se'n tòrna a Brossa ambe lo porcèl, un polit porcèl.
Quand arribèt a Brossa, quand la femna lo vegèt arribar amb aquel polit porcèl, li di(gu)èt :
“Et voilà, ai lo porcèl aquí e la rauba noviala.”
Aprèssa, Mariaton i di(gu)èt :
“E ben ?
– Òc ben, Martinon li di(gu)èt, t'explicarai aquò pus tard ! As pas qu'a anar quèrre lo sangnaire, l'anam sangnar e apèissa farem coma tot lo monde, farem la gratonada per Nadal.”
Alara pardí se'n va quèrre lo sangnaire e apèissa sangnèron lo pòrc, se metèron a far los gratons e, quand agèron fach los gratons, pardi, apèissa lo seras de Nadal s'aprochava.
Lo seras de Nadal s'aprochava e qué faire ?
Martinon èra aquí que, lo seras, soscava, soscava, soscava.
Fasiá missant temps, fasiá missant temps !
Alara un òme passava, aquò èra Nòstre-Sénher. A-n-aquel moment, fasián la mandicitat. Nòstre-Sénher tustèt a la pòrta, pardí, e Martinon lo fasquèt dintrar. Alara lo fasquèt manjar e apèissa Nòstre-Sénher di(gu)èt :
“Martinon, de qué as ? Siás ben… Òm diriá que siás tracassat…”
Alara li racontèt, pardí, li di(gu)èt :
“Ara avèm sangnat lo pòrc, avèm manjat lo pòrc mès solament a mièjanuòch me cal sortir uòch vertats. E cossí vau far ?”
Alara Nòstre-Sénher di(gu)èt :
“Te'n fasques pas, Martinon, as pas qu'a anar al lièch plan tranquillòt.”
Alara se'n va al lièch, aviá sarrat de boès al canton. L'autre èra aquí al pè del fuòc, pardí, aviá metut la pelerina e tot, se jaguèt aquí coma aquò e esperava que lo Diables tornèsse.
Lo Diables, a mièjanuòch, passèt per la chiminèia, s'assetèt sul carmalh.
Quand sesquèt aquí, lo Diables li di(gu)èt :
“E ben Martin, siás aquí ?
– E òc…
– Alara siás prèste ?”
L'autre i di(gu)èt :
“E òc, soi prèste.”
Alara fa que comencèron a…
“Alara di(g)a, Martin, di(g)a me'n una !
– Lo solelh esclaira mai que la luna !
– E di(g)a, Martin, di(g)a me'n doas !
– Quand òm a dos uòlhs en tèsta, sèm pas en pena d'agachar en fenèstra !
– E di(g)a, Martin, di(g)a me'n tres !
– Quand òm a un ase de tres ans, òm lo sortís pels camps !
– E di(g)a, Martin, di(g)a me'n quatre !
– Quand òm a un enfant de quatre ans, òm lo sortís pels bancs !
– E di(g)a, Martin, di(g)a me'n cinc !
– Quand òm a cinc dets a la man totes servisson plan a trabalhar !
– E di(g)a, Martin, di(g)a me'n sièis !
– I a sièis jorns dins la setmana que fan butar las lanas !”
– E di(g)a, Martin, di(g)a me'n sèt !
– Quand òm a trabalhat sièis jorns, lo setième es plan ora de se repausar !”
Macarèl, quand lo Diables vegèt aquò, di(gu)èt :
“Puta, aqueste còp, tornaràs prene lo pòrc, pardí, ten…”
Alara li fasiá tombar quauquas cendres sul cap.
E l'autre, totjorn parelh :
“E di(g)a, Martin, di(g)a me'n uòch !”
L'autre, Nòstre-Sénher, se levèt e i di(gu)èt :
“E ben, mon paure òme, veses lo jorn esclaira mai que la nuòch !”
E Martinon agèt ganhat lo pòrc. Et voilà. »
Les huit vérités
« Ça se passait dans notre village, à Brousse.
Alors comme chaque année, à la veille de Noël, ils saignaient un cochon et alors il y avait une famille là-bas, ils n'étaient pas riches, la famille s'appelait Marty. Et alors comment faire ? Ils voulaient faire comme tout le monde et ils voulaient acheter ce cochon. Et alors bien sûr…
La femme s'appelait Mariatou et Mariatou dit à Martinou :

“Écoute, demain, tu iras à la foire à Réquista. Je te donnerai ma robe de mariée, tu la vendras et, avec ça, tu achèteras le cochon !”
Autrefois, ils allaient à la foire à pied et alors, en passant à La Figarède là-bas, il trouva un type qui allait à la foire avec de jolis cochons, de jolis cochons. C'était le Diable.
Alors bien sûr, ils se mirent à discuter, à discuter, à discuter et Martinou lui dit :
“Voilà, je vais à la foire, je vous en achèterais bien un, cochon, mais que voulez-vous, je n'ai pas le sou, il me faut aller vendre la robe de mariée pour pouvoir le payer.”
Alors le Diable lui dit :
“Écoute-moi, Martinou, tu vois, tu n'as pas besoin de t'en faire, prends le cochon que tu voudras, il s'agit que le soir de Noël tu me sortes huit vérités !”
Alors Martinou réfléchit un peu, réfléchit un peu et lui dit :
“Eh bien, allez, l'affaire est faite !”
Alors Martinou bien sûr s'en retourne, il retourne à Brousse avec le cochon, un joli cochon.
Quand il arriva à Brousse, quand sa femme le vit arriver avec ce joli cochon, il lui dit :
“Et voilà, j'ai le cochon là et la robe de mariée.”
Après, Mariatou lui dit :
“Eh bien ?
– Pour sûr, lui dit Martinou, je t'expliquerai ça plus tard ! Tu n'as qu'à aller chercher le tueur de cochons, nous allons le saigner et après nous ferons comme tout le monde, nous mangerons les fritons pour Noël.”
Alors bien sûr elle s'en va chercher le tueur de cochons et après ils saignèrent le cochon, ils se mirent à faire les fritons et, quand ils eurent fait les fritons, bien sûr, après le soir de Noël approchait.
Le soir de Noël approchait et que faire ?
Martinou était là, le soir, à penser, penser, penser.
Il fait mauvais temps, il faisait mauvais temps !
Alors un homme passait, c'était Notre-Seigneur. À ce moment-là, ils mendiaient. Notre-Seigneur frappa à la porte, bien sûr, et Martinou le fit entrer. Alors il le fit manger et après Notre-Seigneur dit :
“Martinou, qu'as-tu ? Tu es bien… On dirait que tu es tracassé…”
Alors il lui raconta, il lui dit :
“Maintenant nous avons saigné le cochon, nous avons mangé le cochon mais seulement à minuit il me faut sortir huit vérités. Et comment vais-je faire ?”
Alors Notre-Seigneur dit :
“Ne t'en fais pas, Martinou, tu n'as qu'à aller au lit bien tranquille.”
Alors il s'en va au lit, il avait rassemblé du bois au coin du feu. L'autre était là au pied du feu, bien sûr, il avait mis sa pèlerine et tout, il se coucha là comme ça et il attendait que le Diable revienne.
Le Diable, à minuit, passa par la cheminée, s'assit sur la crémaillère.
Quand il fut là, le Diable lui dit :
“Eh bien, Marty, tu es là ?
– Eh oui…
– Alors tu es prêt ?”
L'autre dit :
“Eh oui, je suis prêt.”
Alors ça fait qu'ils commencèrent à…
“Alors dis, Marty, dis-m’en une !
– Le soleil éclaire plus que la lune !
– Et dis, Marty, dis-m'en deux !
– Quand on a deux yeux en tête, nous ne sommes pas en peine pour regarder par la fenêtre !
– Et dis, Marty, dis-m'en trois !
– Quand on a un âne de trois ans, on le sort dans les champs !
– Et dis, Marty, dis-m'en quatre !
– Quand on a un garçon de quatre ans, on le sort sur les bancs !
– Et dis, Marty, dis-m'en cinq !
– Quand on a cinq doigts à la main tous servent bien à travailler !
– Et dis, Marty, dis-m'en six !
– Il y a six jours dans la semaine qui font pousser les laines !
– Et dis, Marty, dis-m'en sept !
– Quand on a travaillé six jours, au septième il est bien temps de se reposer !”
Bon sang, quand le Diable vit cela, il dit :
“Bougre, cette fois-ci, tu ne reprendras pas le cochon, bein sûr, tiens…”
Alors il lui faisait tomber quelques cendres sur la tête.
Et l'autre, toujours pareil :
“Et dis, Marty, dis-m'en huit !”
L'autre, Notre-Seigneur, se leva et lui dit :
“Eh bien, mon pauvre homme, tu vois le jour éclaire plus que la nuit !”
Et Martinou eut gagné le cochon. Et voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...