L'escòla en occitan

Collecté en 2000 Sur les Communes de Brousse-le-Château, St-Jean-Delnous Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

« La première section bilingue aveyronnaise fut celle de Saint-Affrique en 1989. Il existait sur place une section très dynamique de l’I.E.O. autour d’Yves Couderc, professeur d’occitan au lycée public et élu municipal.

Le premier responsable de ce site bilingue fut Raymond Paulhe, avec Claude Gaz et bien d’autres. La particularité de Saint-Affrique fut d’ouvrir l’option bilingue dans toutes les écoles publiques de la ville et d’assurer, notamment grâce à l’action de deux enseignants d’occitan, Patrick et Geneviève Couffin, la continuité de l’enseignement au collège et au lycée. » (L'école et l'occitan, C.-P. Bedel, IOA)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND PAULHE

né en 1936 à La Clause de Saint-Jean Delnous.

Transcription

Occitan
Français
« Lo prumièr còp qu’anèri a l’escòla, coneissiái pas un mot de francés.
La mamà m’aviá dich : “S’as besonh de pissar, diràs a la mèstra : Madama, vòli anar al cabinet. Madame, je veux aller au cabinet.”
E ieu me pensavi :
“De qu’es aquel monde que van pissar dins lo cabinet ? Nautres, dins lo cabinet, i metiam lo linge, los mantèls, tot aquò, los abilhaments, e eles i van pissar…”
Aquò’s aquò que me pensavi quand èri pichonèl qu’anavi a l’escòla.
Apièi, pus tard, quand anèri a l’escòla, qu’estudièri al licèu, tot aquò, me mainèri que çò que sabiái en patés, coma se disiá, me servissiá bravament per l’ortografa, per…
Totjorn i a de mots que me tornavan e disiái :
“A ! aquò s’escriu coma aquò perque en patés disèm coma aquò.”
Ieu me trompavi pas jamai per un “se” e un “ce”. Aquò se pòt pas mesclar ! Aquò es pas parelh : “se far mal” e “aquò fa mal”.
E apièi, en parlent coma aquò, mès plan pus tard, quand èri mèstre d’escòla en mairala, a l’escòla mairala, parlèrem de far, ambe los conselhièrs pedagogics d’occitan, Sèrgi Carles e Claudi Azemar, parlèrem de far, se se podiá, de classas bilingüas. E aquelas classas bilingüas, i metèrem mai d’un an e arribèrem, a la fin, a decidar – los parents èran decidats – a decidar sustot l’administracion a nos balhar quicòm.
E me pensi que, benlèu, aquò’s lo Jospin que nos balhèt quicòm, al moment qu’èra ministre de l’Educacion…
En totes los cases, aquela escòla bilingüa dura totjorn. Fa onze ans aquest’an qu’aquò vira. Los prumièrs, l’an passat passèron lo brevet en occitan. Mas pas en occitan coma matièira a opcion, non, passèron istòria-geografia, en occitan. E reüssi(gu)èron plan.
Enfin… I a de trabalh, quand mème. I a ajut de trabalh, perque los libres… Existava pas res. A calgut tot fargar. A calgut que lo Sèrgi Carles anèsse a Tolosa per trabalhar ambe las maisons d’edicions a sortir de libres, de fichièrs, de caissetas… A fach bravament de trabalh.
Mès pel moment aquò marcha plan e i a maitas escòlas que se lançan aquí dedins. Aquò’s plan polit, plan brave per la lenga nòstra. »
L'école en occitan
« La première fois que j'allai à l'école, je ne connaissais pas un mot de français.

Ma maman m'avait dit : “Si tu as besoin de pisser, tu diras à la maîtresse : Madame, je veux aller au cabinet.”
Et moi je pensais :
“Quels sont ces gens qui vont pisser dans l'armoire ? Nous, dans l'armoire, nous y mettons le linge, les manteaux, tout ça, les vêtements, et eux ils vont y pisser…”
C'est ce que je pensais quand j'étais petit et que j'allais à l'école.
Après, plus tard, quand j'allai à l'école, que j'étudiai au lycée, tout ça, je m'aperçus que ce que je savais en patois, comme on disait, me servait beaucoup pour l'orthographe, pour…
Toujours des mots me revenaient et je disais :
“Ah ! ça s'écrit comme ça parce qu'en patois nous disons comme ça.”
Je ne me trompais jamais entre un “se” et un “ce”. Ça ne peut pas être confondu ! Ce n'est pas pareil : “se faire mal” et “ça fait mal”.
Et après, en parlant comme cela, mais bien plus tard, quand j'étais instituteur en maternelle, à l'école maternelle, nous parlâmes de faire, avec les conseillers pédagogiques d'occitan, Serge Carles et Claude Azémar, nous parlâmes de faire, si on pouvait, des classes bilingues. Et ces classes bilingues, nous y mîmes plus d'un an et nous arrivâmes, à la fin, à décider – les parents étaient décidés – à décider surtout l'administration à nous donner quelque chose.
Et je pense que, peut-être, c'est Jospin qui nous donna quelque chose, au moment où il était ministre de l'Education…
Dans tous les cas, cette école bilingue existe toujours. Ça fait onze ans cette année que ça tourne. Les premiers passèrent le brevet en occitan l'année dernière. Mais pas en occitan comme matière à option, non, ils passèrent histoire-géographie en occitan. Et ils réussirent bien.
Enfin… Il y a du travail, quand même. Il y a eu du travail, parce que les livres… Rien n'existait. Il a fallu tout concevoir. Il a fallu que Serge Carles aille à Toulouse pour travailler avec les maisons d'éditions pour sortir des livres, des fichiers, des cassettes… Il a fait beaucoup de travail.

Mais pour le moment ça marche bien et il y a d'autres écoles qui se lancent là-dedans. C'est bien joli, bien bon pour notre langue. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...