Lo conte de sant Josèp

Collecté en 2000 Sur les Communes de Broquiès, Rodez, St-Affrique Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est à classer dans les contes religieux.

Il est répertorié AT 750B (Hospitalité récompensée) dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

On y trouve également des éléments relevant du merveilleux, notamment les trois objets magiques, conte classé AT 566, et la danse dans les épines, classée AT 592.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIE-LOUISE VIALARET

née Boudes en 1926 à Castelnau de Guers (34).

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se passava al Cotal de Costrix. I aviá una patrona que aviá pres un enfant de l'Assitança publica e aquel paure enfant pardí i fasiá pastre.
Un jorn sent Josèp davalèt e anèt tustar a la pòrta d'aquela patrona. Li demandèt a manjar. Ela li respondèt :
“Aicís fasèm manjar pas que aqueles que trabalhan ! Anatz manjar onte avètz trabalhat.”
Alara sent Josèp se'n tornèt mès, en davalent los escalièrs, vegèt un bocin de lum dins l'estable. Anèt o veire e i aviá lo pichòt. Li di(gu)èt :
“De qué fas aquí ?
– E ben vau anar al lièch.”
Dormissiá sus la palha.
“Me prenes ambe tu ?”
Li di(gu)èt :
“Oui.”
Li di(gu)èt :
“Sabes pas, ai demandat a manjar a ta patrona e volguèt pas me donar res. Auriás pas quicòm ?”
Lo dròlle folhèt las pòchas e trobèt un sucre, un bocin de pan e o donèt a sent Josèp.
Dormi(gu)èron, passèron tota la nuèch.
Lo matin, abans de partir, sent Josèp li di(gu)èt :
“Sabes pas qual siái ? Siái sent Josèp e te pòdi far las tres causas que voldràs.
– Ooo…, lo dròlle li di(gu)èt, fasètz que cada còp que tossirai la vièlha pete.
– E ben es fach ! Una autra.”
Aviá una fronda e di(gu)èt :
“Fasètz que, amb aquela fronda, tue totes los aucèls que voldrai.
– Es fach. Encara una autra.”
Aviá pardí lo siblet e li di(gu)èt :
“Fasètz qu’amb aquel siblet fague dançar lo monde que voldrai.
– Es fach.”
Sent Josèp se'n anèt e lo dròlle anèt desjunar, pardí.
Quand arribèt a l’ostal, se metèt a tossir e la vièlha… peta que petaràs ! Se podiá pas arrestar. Èra pas dròle, aquò… Sustot que se raprochavan de Nadal e volguèt anar confessar. Prenguèt lo dròlle, pardí… Quand èra dins lo confessional, l’autre tossissiá tant que podiá e l’autra petava tant que podiá…
Mès que di(gu)èt al curat :
“Es pas possible, es possedat del Diables ! I a quauques jorns, me pòdi pas reténer.”
Alara lo curat di(gu)èt :
“E ben l’anarai veire.”
Lo curat anèt lo veire un jorn que gardava las fedas e li di(gu)èt :
“De qué fas amb aquel autís ?”
Aviá son arbaleta, aquí, sa fronda e li di(gu)èt :
“Tui los aucèls.”
E li di(gu)èt :
“Me tuariás pas aquel aval sus aquel bartàs ?
– Mès si !”
E lo tuèt e lo curat li di(gu)èt :
“Mès o me dònas ?
– Oh oui que nautres ne sèm avenats, ne manjam cada jorn !”
E lo curat anèt lo cercar. Quand sosquèt dins lo bartàs, lo pichòt sorti(gu)èt lo siblet, se metèt a siblar e lo curat… dança que dançaràs dins aquel bartàs. S’estripèt tota la sotana… Fasiá vergonha…
Alara di(gu)èt :
“Es pas possible, es possedat del Diables !”
Solament, lo jutgèron, lo montèron a Rodés e, amont, fasquèron un bûcher coma per Joana d’Arc.
Alara, abans de morir, li demandèron, i aviá los jutges i aviá tot, de qué voliá. A dich que voliá morir ambe son siblet. Pensatz…
Lo curat di(gu)èt :
“Es pas possible, vòli pas !
– A…, i di(gu)èron, si.”
Alara lo curat se fasquèt estacar a un aure per dire que voliá pas dançar, el… O sabiá…
E lo dròlle se metèt a siblar, a siblar… Tot lo monde dançava, los jutges, los avocats, totes los que èran aquí. E lo curat, que se desruscava l’esquina pel castanhièr, e ben ne trobèt encara mai que los autres ! E tot lo monde dançava.
Es desempièi aquel jorn qu'an facha la Plaça sent Josèp a Rodés. Ara, sai pas s'es vertat… »

****

« I aviá una merlhòta que cantava, siblava tan polit que lo rainaldàs l’ausi(gu)èt e lai anèt.
Li di(gu)èt :
“De qué as, merlhòta, de cantar tan polit ?
– Sabètz pas ? Ai una nisada de pichòts aucelons.”
E li di(gu)èt lo rainald :
“Pàrii que los as pas batejats ?”
Sabiá pas de qu’aquò voliá dire…
“E ben, li di(gu)èt, vai cercar de bonetons a la capèla de Bornac e veiràs que los batejarem.
– Eh oui mès los merlhatons ploraràn dins aquel temps…
– Qunta piòta ! Qunta cloca ! Se creses que sabi pas berçar ! Son pas los prumièrs mèrlhes que berci ! E seràn pas los darrièrs, tanplan ! Davala lo niu al bòrd del riu.”
E la merlhòta parti(gu)èt d’un còp d’ala cercar los bonetons.
Mès, quand tornèt, ne trobèt lo niu tot esparpilhat e pas qu’una patòta de pichòt merlhaton… Los li aviá totes manjats…
Plorava… Sabiá pas de que devenir…
Un can passèt e li di(gu)èt :
“De qué as, merlhòta, de plorar coma aquò ?
– Ai que lo rainald m’a manjat tota ma nisada de merlhatons…
– E ben te'n fagues pas, lo te dressarai, aquel rainald ! Mònta sus un cade e cantaràs, siblaràs coma s’èras pintada de ginèbre. Lo rainald tornarà, veiras, e ieu me cargui del rèsta ! Li diràs que i aviá un can que randolejava, que manjava los uòus de rita a Bajac e l’an empoisonat, es aval al fons del riu que fa sas darnièiras espèras.”
En efèt, lo rainald l'ausi(gu)èt e venguèt.
E alara li di(gu)èt :
“De qué as de cantar tan polit ?”
La merlhòta respondèt :
“Sabètz pas la novèla ? I aviá un can que randolejava, manjava los uòus de rita a Bajac e l’an empoisonat. Es aval al fons del riu que fa sas darnièiras espèras.
– Laissa alai m’anar, abans que tampe sos timplons. Me n’a fachas talament veire !”
Alara lo rainald anèt veire lo can. L’aufi(gu)èt, lo senti(gu)èt de pertot per veire s’èra mòrt. Al moment ont èra plan a posita, lo can lo t’emponha aquí, decont cal e, d’un brandissal, lo t’a escanat. »
Le conte de saint Joseph
« Ça se passait au Coutal de Costrix. Il y avait une patronne qui avait pris un garçon de l'Assistance publique et ce pauvre enfant bien sûr lui servait de berger.
Un jour saint Joseph descendit et alla frapper à la porte de cette patronne. Il lui demanda à manger. Elle, elle lui répondit :
“Ici nous ne faisons manger que ceux qui travaillent ! Allez manger là où vous avez travaillé.”
Alors saint Joseph repartit mais, en descendant l'escalier, il vit un peu de lumière dans l'étable. Il alla voir et il y avait le petit. Il lui dit :
“Que fais-tu là ?
– Eh bien je vais aller au lit.”
Il dormait sur la paille.
“Tu me prends avec toi ?”
Il lui dit :
“Oui.”
Il lui dit :
“Tu ne sais pas, j'ai demandé à manger à ta patronne et elle ne voulut rien me donner. Tu n'aurais pas quelque chose ?”
L'enfant fouilla ses poches et trouva un sucre, un morceau de pain et il le donna à saint Joseph.
Ils dormirent, ils passèrent toute la nuit.
Le matin, avant de partir, saint Joseph lui dit :
“Tu ne sais pas qui je suis ? Je suis saint Joseph et je peux te faire les trois choses que tu voudras.
– Hou…, lui dit l'enfant, faites qu'à chaque fois que je tousserai la vieille pète.
– Eh bien c'est fait ! Une autre.”
Il avait une fronde et il dit :
“Faites que, avec cette fronde, je tue tous les oiseaux que je voudrai.
– C'est fait. Encore une autre.”
Bien sûr il avait son sifflet et il dit :
“Faites qu'avec ce sifflet je fasse danser les gens que je voudrai.
– C'est fait.”
Saint Joseph s'en alla et l'enfant alla petit-déjeuner, bien sûr.
Quand il arriva à la maison, il se mit à tousser et la vieille… à péter ! Elle ne pouvait pas s'arrêter. Ce n'était pas drôle, ça… Surtout qu'ils se rapprochaient de Noël et elle voulut aller se confesser. Elle prit l'enfant, bien sûr… Quand elle était dans le confessionnal, l'autre toussait tant qu'il pouvait et l'autre pétait tant qu'elle pouvait…
Mais elle dit au curé :
“Ce n'est pas possible, il est possédé par le Diable ! Il y a quelques jours, je ne peux me retenir.”
Alors le curé dit :
“Eh bien j'irai le voir.”
Le curé alla le voir un jour où il gardait les brebis et il lui dit :
“Que fais-tu avec cet outil ?”
Il avait son arbalète, là, sa fronde et il lui dit :
“Je tue les oiseaux.”
Et il lui dit :
“Tu ne me tuerais pas celui-là, là-bas, sur ce buisson ?
– Mais si !”
Et il le tua et le curé lui dit :
“Tu me le donnes ?
– Oh oui car, nous, nous en sommes repus, nous en mangeons chaque jour !”
Et le curé alla le chercher. Quand il fut dans le buisson, le petit sortit son sifflet, il se mit à siffler et le curé… à danser dans ce buisson. Il déchira toute sa soutane… Ça faisait honte…
Alors il dit :
“Ce n'est pas possible, il est possédé par le Diable !”
Seulement, ils le jugèrent, ils le prirent à Rodez et, là-haut, ils firent un bûcher comme pour Jeanne d'Arc.
Alors, avant de mourir, ils lui demandèrent, il y avait les juges il y avait tout, qu'est-ce qu'il voulait. Il a dit qu'il voulait mourir avec son sifflet. Pensez-vous…
Le curé dit :
“Ce n'est pas possible, je ne veux pas !
– Ah…, lui dirent-ils, si.”
Alors le curé se fit attacher à un arbre car il ne voulait pas danser, lui… Il le savait…
Et l'enfant se mit à siffler, à siffler… Tout le monde dansait, les juges, les avocats, tous ceux qui étaient là. Et le curé, qui s'arrachait le dos contre le châtaignier, eh bien il en trouva plus encore que les autres ! Et tout le monde dansait.
C'est depuis ce jour qu'ils ont fait la Place saint Joseph à Rodez. Maintenant, je ne sais pas si c'est vrai… »

***

La merlette
« Il y avait une merlette qui chantait, elle sifflait si joliment que le gros renard l'entendit et y alla.
Il lui dit :
“Qu'as-tu, merlette, à chanter si joliment ?
– Vous ne savez pas ? J'ai une nichée de petits oisillons.”
Et le renard lui dit :
“Je parie que tu ne les as pas baptisés ?”
Elle ne savait pas ce que ça voulait dire…
“Eh bien, lui dit-il, va chercher des petits bonnets à la chapelle de Bournac et tu verras que nous les baptiserons.
– Eh oui mais les petits merles pleureront pendant ce temps…
– Quelle idiote ! Quelle imbécile ! Si tu crois que je ne sais pas bercer ! Ce ne sont pas les premiers merles que je berce ! Et ce ne seront pas les derniers, non plus ! Descends le nid au bord du ruisseau.”
Et la merlette partit d'un coup d'aile chercher les petits bonnets.
Mais, quand elle revint, elle trouva le nid tout éparpillé et juste une petite patte de petit merle… Il les lui avait tous mangés…
Elle pleurait… Elle ne savait que devenir…
Un chien passa et lui dit :
“Qu'as-tu, merlette, à pleurer comme ça ?
– J'ai que le renard m'a mangé toute ma nichée de petits merles…
– Eh bien ne t'en fais pas, je te le dresserai, ce renard ! Monte sur un genévrier et tu chanteras, tu siffleras comme si tu étais ivre de genièvre. Le renard reviendra, tu verras, et moi je me charge du reste ! Tu lui diras qu'il y avait un chien qui rôdait, qui mangeait les œufs de cane à Bajac et qu'ils l'ont empoisonné, il est là-bas près du ruisseau qui agonise.”
En effet, le renard l'entendit et vint.
Et alors il lui dit :
“Qu'as-tu à chanter si joliment ?”
La merlette lui répondit :
“Vous ne connaissez pas la nouvelle ? Il y a un chien qui rôdait, il mangeait les œufs de cane à Bajac et ils l'ont empoisonné. Il est là-bas près du ruisseau qui agonise.
– Laisse-moi y aller, avant qu'il ne rende l'âme. Il m'en a tellement fait voir !”
Alors le renard alla voir le chien. Il le renifla, le sentit de tous côtés pour voir s'il était mort. Au moment où il était bien à portée, le chien l'empoigne là où il faut et, d'une secousse, il l'a étouffé. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...