Moldurar

Collecté en 2000 Sur les Communes de Brandonnet, Prévinquières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Autrefois, les meuniers (molinièrs) étaient payés en nature. Ils prélevaient une partie du grain, le son ou une part de la mouture : la moldura. Leur réputation n'était pas toujours des meilleures.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL COSTES

né en 1913 à Brandonnet.

Transcription

Occitan
Français
« Los molinièrs, un còp èra, avián lo renom de moldurar. Moldurar aquò voliá dire prene… Se pagavan ambe lo gran, ambe lo blat e, coma èran pas totjorn tròp onèstes, de còps molduravan dos còps. Apièi, se metèron… Lo monde se metèron a pesar.
Di(gu)èron :
“Saurem ben se no'n pana…”
Pensatz-vos ! Los molinièrs èran coquins. Dins lo bren o dins la repassa, li metiá de sable alèra tornava trobar lo pes e tot lo monde èra content.
Aquò se passava aital. »
Prélever de la mouture
« Les meuniers, autrefois, avaient la réputation de prélever de la mouture. Prélever de la mouture cela voulait dire prendre... Ils se payaient avec le grain, avec le blé et, comme ils n’étaient pas toujours trop honnêtes, parfois ils prélevaient deux fois. Ensuite, ils se mirent... Les gens se mirent à peser.
Ils dirent :
Nous saurons bien s’il nous en vole...”
Pensez-vous ! Les meuniers étaient des filous. Dans le son ou dans la repasse, il mettait du sable alors il retrouvait le poids et tout le monde était content.
Ça se passait comme ça. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...