Los còps de martèl

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Brandonnet, Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle.

Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARGUERITE GALTIÉ

née Delclaux en 1920 à Brandonnet, décédée en 2014.

Transcription

Occitan
Français
« Z’o tenèm d’una senta femna que es mòrta n’i a mai de cinquanta ans e qu’aviá presque cent ans.
Quand èra jove, èra lo(g)ada dins un ostal, un brave ostal ont li aviá ajut un dòl.
Un ser, a la velhada, tot un còp, un còp de martèl sus la taula…
“Ten ?, di(gu)èron, qué diable es aquò ?”
Et voilà.
Lo lendemans…
Di(gu)èron :
“Benlèu nos sèm trompats…”
Lo lendemans : tam ! tam ! tam ! Tres còps de martèl.
Et voilà, ausavan pas dire res mès pièi, finalament aquò se di(gu)èt, los vesins venguèron, èran aquí e alèra aquò èra pas tres pichòts còps de martèl, aquò èra tres còps de massa ! Tres còps de martèl fòrts, alèra…
Cossí far ? Tot lo monde aviá entendut. Sabián ben que aquò èra pas d’idèias. Anèron trobar mossur lo curat.
Mossur lo curat lor di(gu)èt :
“E ben mos paures, vos cal far dire una messa… Vos cal far dire de messas per aquel paure, aquela paura arma qu’es mòrta i a pas un briu.”
E, a mesura que disián una messa, los còps de martèl venián una ora pus tard. E, quand passèt mièjanuèch, après, aquò quitèt. »
Les coups de marteau
« Nous le tenons d’une sainte femme qui est morte il y a plus de cinquante ans et qui avait presque cent ans.
Quand elle était jeune, elle était louée dans une maison, une grande maison où il y avait eu un deuil.
Un soir, à la veillée, tout à coup, un coup de marteau sur la table...
Tiens ?, dirent-ils, qu’est-ce que c’est ?”
Et voilà.
Le lendemain...
Ils dirent :
Peut-être nous sommes-nous trompés...”
Le lendemain : tam ! tam ! tam ! Trois coups de marteau.
Et voilà, ils n’osaient rien dire mais ensuite, finalement, ça se dit, les voisins vinrent, ils étaient là et alors ce n’était pas trois petits coups de marteau, c’était trois coups de masse ! Trois coups de marteau forts, alors...
Comment faire ? Tout le monde avait entendu. Ils savaient bien qu’ils ne se faisaient pas des idées. Ils allèrent trouver monsieur le curé.
Monsieur le curé leur dit :
Eh bien mes pauvres, il vous faut faire dire une messe... Il vous faut faire dire des messes pour ce pauvre, cette pauvre âme qui est morte il n’y a pas longtemps.”
Et, à mesure qu’ils disaient une messe, les coups de marteau venaient une heure plus tard. Et, quand ça passa minuit, ensuite, ça s’arrêta. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...