Lo lop e lo rainald

Collecté en 2000 Sur les Communes de Brandonnet, Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans le cycle occitan du loup et du renard, très populaire en Ségala où l'abbé Bessou (1845-1918) l'a intégré dans ses Countes de la Tata Mannou, le personnage du renard est flatteur, menteur et rusé, tandis que celui du loup, qui peut parfois incarner la cruauté, est ici fort naïf.

Ce conte animalier comporte plusieurs séquences. Celle du loup pris pour avoir trop mangé est classée AT 41 selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types, celle de la queue soudée AT 40B et celle de la queue de chanvre brûlée AT 2D.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARGUERITE GALTIÉ

née Delclaux en 1920 à Brandonnet, décédée en 2014.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra, li aviá un lop e un rainald que prenguèron una barta a traire. Aquò èra una bartassa bèla, borruda… Li aviá de ginèsses d’una cana de naut, de galhamasses, tot aquò, n’i aviá de secs, de verds… Enfin, prenguèron aquò a traire.
Se metèron al trabalh, de temps en temps lo rainald levava lo nas, agachava que l’autre trabalhava tant que podiá e, el, trobava ben que aquò èra dur… E li disiá :
“Di(g)a, as pas set ?
– Me demandes pas s’ai set !”
Et allez, tornava piòchar.
Al cap d’un moment :
“Di(g)a, as pas apetit ?
– E si, ai apetit ! Mès, qué vòls, avèm pres aquò a far, z’o nos cal far.
– Di(g)a, sabes pas, sabi, a la sacrestiá, an facha la quista per las armas del Purgatòri, e an metuda una pairolada de mèl, a la sacrestiá, pòdes creire qu’es polit ! Sabi un trauc per passar. Se vòls venir, li anèm.
– A pardí, pardí, me di(g)a pas res per çò que cada còps que t’escoti m’arriba quicòm que va pas… Daissa-me, vai-li tu se vòls.”
Et allez, tornèm començar :
“Di(g)a, te disi que se lo vesiás, aquel mèl…”
Enfin, tant lo tanèt que li anèron.
E, pensatz, quand lo lop vegèt… Passèron per un bojal, dintran dins la sacrestiá… Quand vegèt aquel mèl se saquèt aquí dessús e mangèt, e mangèt, e mangèt…
Lo rainald atanben manjava ben mès, de temps en temps, agachava se podiá passar pel bojal. Quand vegèt que n’i aviá pro, se'n anèt. E lo lop contunhèt a manjar mès que, quand s’entrachèt, po(gu)èt pas pus passar pel bojal e èra aquí :
“E, di(g)a, espèra-me !
– E ben, vèni !
– Eh oui, mès sabiái ben que quicòm m’arribariá ! Pòdi pas passar pel bojal…
– E fòrça un bocin !
– E non… E non, pòdi pas passar…
– E ben di(g)a…”
Sosquèt un moment e pièi :
“Escota, van venir sonar l’angèlus, passaràn pel portal de la glèisa, quand passaràn, vistament, as pas qu’a li passar pels pès, te veirà pas e seràs defòra.
– E cossí far ? De qué vòls que faga ?”
Enfin, li aviá pas moièn de far autrament e esperèt que sonèsson l’angèlus.
Pardí, lo sonièr arribèt e plom ! li te passa pels pès… Lo sonièr, quand vegèt aquela bestiassa negra, tornèt barrar lo portal mès que l’atapèt que per la coeta. Barrèt lo portal e la coeta demorèt aquí, pardí…
Lo lop se'n anèt sans coeta.
Arribèt a la barta e li aviá d’agaces apr’aquí, dins los aures, que fasián :
“Al descoetat ! Al descoetat ! Al descoetat !”
Risián : “Crac-crac-crac-crac !”
El di(gu)èt :
“E ben veses aquò, ara tot lo monde se fot de ieu, ai pas ges de coeta, qué vòls que devenga ? Te sabiái ben que quicòm m’arribariá…
– Te'n faga pas, te'n faga pas, te vau far una coeta. Te'n vau far una. I a d’estopas aquí.”
Alèra, li fa(gu)èt una coeta e la li t’empe(gu)èt. Ambe de pe(g)a de cordonièr, la li t’empe(gu)èt.
Mès, çò li di(gu)èt :
“Podes creire, te va ben plan aquela coeta mès es un pauc rebeluda, un pauc borrudassa, la caldriá flambuscar un bocin, aquò t’anariá melhor…
– Fai atencion de que me faràs !
– Oui, oui, oui, vèni, vèni.”
Fa(gu)èt un fuòc e li di(gu)èt :
“Allez, vira-te, aquí, que te flambusqui la coeta.”
Mas que tot aquò, ambe la pe(g)a que li aviá, tot aquò prenguèt fuòc. Lo paure lop semblava, pardí, un fuòc, se'n anèt amb lo fuòc a la coeta e aquò s’enflamèt pertot.
E las agaces que risián :
“Al rabastinat ! Al rabastinat ! Crac-crac-crac-crac-crac ! Vèni veire lo rabastinat !”
Aquel paure lop agèt talament de subte, se saquèt per aquela barta, tot aquò, aquò èra sec, e tot aquò prenguèt fuòc.
Lo paure lop, quand vegèt tot aquò, se'n anèt tan vite que po(gu)èt. Se'n anèt encavar aval al fons del bòsc e l’an pas jamai tornat veire. »
Le loup et le renard
« Autrefois, il y avait un loup et un renard qui prirent une genêtière à arracher. C’était une grande genêtière, épaisse... Il y avait des genêts de deux mètres de haut, des petits arbres, tout ça, il y en avait des secs, des verts... Enfin, ils prirent ça à arracher.
Ils se mirent au travail, de temps en temps le renard levait le nez, il regardait si l’autre travaillait tant qu’il pouvait et, lui, il trouvait bien que c’était dur... Et il lui disait :
Dis, tu n’as pas soif ?
– Ne me demande pas si j’ai soif !”
Et allez, il piochait à nouveau.
Au bout d’un moment :
Dis, tu n’as pas faim ?
– Eh si, j’ai faim ! Mais, que veux-tu, nous avons pris ça à faire, il nous faut le faire.
– Dis, tu ne sais pas, je sais, à la sacristie, ils ont fait la quête pour les âmes du Purgatoire, et ils ont mis un chaudron de miel, à la sacristie, tu peux croire qu’il est joli ! Je connais un truc pour passer. Si tu veux venir, nous y allons.
– Ah bien sûr, bien sûr, ne me dis rien parce qu’à chaque fois que je t’écoute il m’arrive quelque chose qui ne va pas... Laisse-moi, vas-y toi si tu veux.”
Et allez, nous recommençons :
“Dis, je te dis que si tu le voyais, ce miel...”
Enfin, il le tanna tant qu’ils y allèrent.
Et, pensez-vous, quand le loup vit... Ils passèrent par un soupirail, ils entrent dans la sacristie... Quand il vit ce miel il se mit là-dessus et il mangea, mangea, et mangea...
Le renard aussi mangeait bien mais, de temps en temps, il regardait s’il pouvait passer par le soupirail. Quand il vit que ça suffisait, il s’en alla. Et le loup continua à manger mais, quand il s’en aperçut, il ne put plus passer par le soupirail et il était là :
Eh, dis, attends-moi !
– Eh bien, viens !
– Eh oui, mais je savais bien que quelque chose m’arriverait ! Je ne peux pas passer par le soupirail...
– Force un peu !
– Eh non... Eh non, je ne peux pas passer...
– Eh bien, dis...”
Il réfléchit un moment et puis :
Écoute, ils vont venir sonner l’angélus, ils passeront par le portail de l’église, quand ils passeront, vite, tu n’as qu’à lui passer entre les jambes, il ne te verra pas et tu seras dehors.
– Et comment faire ? Que veux-tu que je fasse ?”
Enfin, il n’y avait pas moyen de faire autrement et il attendit qu’ils sonnent l’angélus.
Bien sûr, le sonneur arriva et ploum ! il lui passe entre les jambes... Le sonneur, quand il vit cette grosse bête noire, referma le portail mais il ne l’attrapa que par la queue. Il ferma le portail et la queue resta là, bien sûr...
Le loup s’en alla sans queue.
Il arriva à la genêtière et il y avait des pies par là, dans les arbres, qui faisaient :
“Au sans-queue ! Au sans-queue ! Au sans-queue !”
Elles riaient : “Crac-crac-crac-crac !”
Et il dit :
“Eh bien tu vois ça, maintenant tout le monde se moque de moi, je n’ai pas de queue, que veux-tu que je devienne ? Je savais bien que quelque chose m’arriverait...
– Ne t’en fais pas, ne t’en fais pas, je vais te faire une queue. Je vais t’en faire une. Il y a des étoupes là.”
Alors, il lui fit une queue et la lui colla bien. Avec de la poix de cordonnier, il la lui colla.
Mais, lui dit-il :
“Tu peux le croire, elle te va très bien cette queue mais elle est un peu hérissée, un peu épaisse, il faudrait la flamber un peu, ça t’irait mieux...
– Fais attention à ce que tu me feras !
– Oui, oui, oui, viens, viens.”
Il fit un feu et il lui dit :
“Allez, retourne-toi, là, que je te flambe la queue.”
Mais tout ça, avec la poix qu’il y avait, tout ça prit feu. Le pauvre loup ressemblait, bien sûr, à un feu, il s’en alla avec le feu à la queue et ça s’enflamma partout.
Et les pies qui riaient :
Au brûlé ! Au brûlé ! Crac-crac-crac-crac-crac ! Viens voir le brûlé !”
Ce pauvre loup eut tellement peur, il se jeta dans cette genêtière, tout ça, c’était sec, et tout ça prit feu.
Le pauvre loup, quand il vit ça, s’en alla aussi vite qu’il put. Il alla se retirer là-bas au fond du bois et ils ne l’ont jamais revu. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...