Lo brau

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Brandonnet, Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens se souvenaient des peurs (paurs) dont parlaient leurs grands-parents et, dans une société très christianisée, le Diable tenait une place importante.

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle.

Le Drac ou Drap est quant à lui un personnage fantastique parfois farceur ou moqueur, souvent inquiétant. Il avait la faculté de se transformer en personne, en animal ou en objet.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARGUERITE GALTIÉ

née Delclaux en 1920 à Brandonnet, décédée en 2014.

Transcription

Occitan
Français
« Quand èrem joves, despolhàvem lo milh a la velhada. Se despolhava lo milh a la velhada. Anàvem despolhar chas un, chas l’autre, e n’i aviá que venián d’un bocin lènh…
Li aviá un coble vièlh que anavan un bocin lènh, aquò èra ben a dos o tres quilòmèstres… E aquò èra negre, pardí, èra per Totsants. E son se(g)urs qu’an vista una trèva !
Nos contavan :
“Quand passèrem aquí, te vegèrem tot un còp un brau negre ambe de nàrias blancas, e de banas, e d’uèlhs que lusissián, qu’èra davant nautres ! Agèrem paur, sautèrem dins lo prat, a costat. E lo brau sia(gu)èt davant nautres.”
Di(gu)èron atanben :
“Sai pas cossí… Tornèrem passar sus la rota, sia(gu)èt sus la rota davant nautres !”
Agèron talament de paur que tornèron partir a l’ostal. Èran se(g)urs qu’avián vist lo Drac o lo Diable, o las trèvas. »
Le taureau
« Quand nous étions jeunes, nous dépouillions le maïs à la veillée. On dépouillait le maïs à la veillée. Nous allions dépouiller chez l’un, chez l’autre, et il y en avait qui venaient d’un peu loin...
Il y avait un vieux couple qui allait un peu loin, c’était bien à deux ou trois kilomètres... Et c’était noir, bien sûr, c’était Toussaint. Et ils sont sûrs qu’ils ont vu un revenant !
Ils nous racontaient :
Quand nous passâmes là, nous vîmes tout d’un coup un taureau noir avec des narines blanches, et des cornes, et des yeux qui brillaient, il était devant nous ! Nous eûmes peur, nous sautâmes dans le pré, à côté. Et le taureau fut devant nous.”
Ils dirent aussi :
“Je ne sais pas comment... Nous repassâmes sur la route, il fut sur la route devant nous !”
Ils eurent tellement peur qu’ils repartirent chez eux. Ils étaient sûrs qu’ils avaient vu le Drac ou le Diable, ou les revenants. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...