Escopir per tèrra

Collecté en 2000 Sur les Communes de Brandonnet, Compolibat, Prévinquières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, mesenièiras, empatufaires, sorcelors ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale.

Il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

BERTHE ET PAUL COSTES

née Lafon en 1921 à Compolibat ; né en 1913 à Brandonnet.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá de femnas que, quand passavan, se'n caliá mesfi(s)ar parce que ensorcelavan.
– E ben oui, es çò que te disi.
– Alèra, dabans de lor respondre, caliá escopir per tèrra e pièissa vos ensorcelavan pas pus. Mès i ai pas jamai cresegut ieu. Ai pas jamai cresegut a-n-aquò.
Ela vos contarà qu'un còp…
– Un còp ne passèt una soi-disant qu'ensorcelava e volguèt me veire las aucas, qu'èri en trenh de las embucar. Una autra persona me di(gu)èt : “E ben i as fachas veire las aucas, auràs pas ges de fetge !” De ma vida agèri pas de fetges tan bèlses ! S'agís d'avere lo daquòs d'i creire pas.
Oui mès un autre còp que menavas una carrada de fen…
– Ah oui, un autre còp menàvem una carrada de fen, aquò èra amb una tanta. Veniam de cargar una carrada de fen, alèra aquela femna nos di(gu)èt coma aquò, nos di(gu)èt : “Oooo…, nos di(gu)èt, qu'es polida aquela carrada ! Qual es aquò que l'a facha ?” Me rapèli pas cossí respondèri. Sai pas qu'èra aquela… E finalament, agèrem pas fach dos passes que la carrada s'aversèt.
– Aquò èra la femna que las aviá ensorceladas…
– Alèra ma tanta di(gu)èt : “Ten, veses ben, ensorcèla !” Ieu li cresiái pas. Diviá tombar et voilà. »
Cracher par terre
« Il y avait des femmes dont il fallait se méfier quand elles passaient parce qu’elles ensorcelaient.
– Eh bien oui, c’est ce que je te dis.
– Alors, avant de leur répondre, il fallait cracher par terre et ensuite elles ne vous ensorcelaient plus. Mais je n’y ai jamais cru moi. Je n’ai jamais cru à ça.
Elle elle vous racontera qu’une fois...
– Une fois il en passa une soi-disant qui ensorcelait et elle voulut voir mes oies, alors que j’étais en train de les gaver. Une autre personne me dit : “Eh bien tu lui as montré les oies, tu n’auras pas du tout de foie !” De ma vie je n’eus pas de foies aussi gros ! Il s’agit d’avoir le truc de ne pas y croire.
– Oui mais une autre fois que tu conduisais une charretée de foin...
– Ah oui, une autre fois nous conduisions une charretée de foin, c’était avec une tante. Nous venions de charger une charretée de foin, alors cette femme nous dit comme ça, elle nous dit : “Oh..., nous dit-elle, qu’elle est jolie cette charretée ! Qui est-ce qui l’a faite ? Je ne me souviens pas comment je répondis. Je ne sais quelle était cette... Et finalement nous n’eûmes pas fait deux pas que la charretée se retourna.
– C’était la femme qui les avait ensorcelées...
– Alors ma tante dit : “Tiens, tu vois bien, elle ensorcelle !” Moi je n’y croyais pas. Elle devait tomber et voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...