A ma Roseta

Collecté en 1997 Sur les Communes de Brandonnet, Compolibat, Drulhe, Montbazens Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson d'amour a été écrite par Adrien Rayet (1882-1957) de Rieupeyroux. Elle fut largement diffusée par la Jeunesse agricole catholique.

"A ma Roseta" est peut-être la création la plus populaire d’Adrien Rayet. Cette très belle chanson d’amour tirée de son expérience personnelle est devenue la pièce favorite des meilleurs cantaires du Ségala, même s’ils en ont parfois oublié l’origine, la percevant comme un très vieil air traditionnel.

On doit également à Adrien Rayet des chants identitaires sur Riupeirós et le Ségala, devenus de véritables hymnes locaux, et enfin plusieurs chants de Noël (nadalets) qui reflètent bien son engagement occitan et chrétien de Segalin. "Pastors quitatz lo vilatge" ou "Nadal pastoral" sont même devenus des classiques y compris au-delà les frontières du Rouergue.

Son

SEGONDS ARMAND, BONNET YVES ET LACOUT MARIE-PAULE

né en 1934 à La Brousse de Drulhe ; né en 1927 à Solignac de Montbazens ; née Boyer en 1934 à Compolibat.

Transcription

Occitan
Français
« Te sovenes mon amigueta,
Quand èrem enquèra pas plan bèls,
E que gardàvem al prat bèl,
Que t’apelave ma Roseta.

Butavi plan fòrt ma vaqueta,
Li fasiái prene lo galòp,
Per èstre se(g)ur que pas un còp,
Mancariái pas a ma Roseta.

Assiets plan prèp sus l’erbeta,
Nos agachàvem totes dos,
De ton regard tant amistós,
Fasiás un urós a… ma Roseta.

Quand lo Berton de La Serreta,
Te voliá tanben far l’uèlh doç,
A… qu’ère alèra malurós,
De paur de pèrdre ma Roseta.

Mès quand se levèt l’esteleta,
Que fa(gu)èt de ieu un amorós,
Te demandère dos potons,
A… que t’aimave ma Roseta.

Mès per malur la tiá mameta,
Me tretava de polisson,
De paur qu’arribèssa lo jorn,
Que li prendriái la siá Roseta.

Tenguèrem bon la campaneta,
Nos amenèt prèp de l’autar,
Fa(gu)èrem la nòça al teun ostal,
E pièi prenguère ma Roseta.

Après còp dins nòstra cambreta,
Nos arribèt quatre angelons,
Los acaptàvem de potons,
Que los aimàvem ma Roseta !

En no'n anent dins nòstra vida,
Totjorn d’accòrdi e bons amics,
Nòstres bèls jorns son pas finits,
Tant que nos aimam ben ma Roseta.

Quand cutarai mon amigueta,
Per me'n anar crese val Cèl,
Me caldrà enquèra sus mos uèlhs,
Sentir un poton de ma Roseta. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...