Quand lo pastre partís pel causse…

Collecté en 2004 Sur les Communes de Bozouls, La Loubière, Rodelle, Sébazac-Concourès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce chant, écrit par un prêtre qui officiait à Bezonnes, se chante sur l'air de "La Paimpolaise".

Il est illustré par un film tourné par Francis Falguières à Puech Gros sur la commune de Bezonnes en 1989.

L'aüc ou aluc (verbe : aücar, alucar) est un cri de joie qui se poussait au retour des veillées ou entre montanhièrs, d'un masuc à l'autre. Il ponctue encore le rythme de la bourrée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LOUIS (LÉON) FAU

né en 1929 à Concourès.

Transcription

Occitan
Français
« Quand lo pastre partís pel causse,
Se calça pas d’esclòps farrats,
La mòda d’aicí vòl que se calce,
De solièrs fòrts e plan cirats,
Ginte e pimpelet,
Lèste e fricaudet,
Partirà per Trinca-Botelhas,
Ambe lo foet passat al còl,
L’ala del casquet sus l’aurelha,
Cantarà coma un rossinhòl.

Per estiflar sa cançoneta,
O per desborgar son aluc,
Acompanhat de sa corneta,
S’anarà sièire al cap d’un suc,
Mònta pastronet,
Seràs pus belet,
Aval lo país de ribièira,
Amont lo Cantal espelís,
E pertot jusca las frontièiras,
Los cloquièrs gardan lo país.

Veirem lo Ròc de la Françona,
Aumont d’Aubrac e Puèg del Jo,
Per tot país que se mençona,
Resona nòstra cançon,
E d’a Dalmairac,
Jusca Barriac,
D’a Concorés jusca Rodesla,
D’a Liojàs a-z-Aubinhac,
Lançarem nòstra gargamèla,
De cançons jusca Lanhac.

Lo tropèl pais, lo pastre canta,
Anhèls e lach faràn d’escuts,
Per cent mila e milhetas,
Se comptarà lo revengut,
E d’a Dalmairac,
Jusca Sebasac,
D’a Vaissetas a L’Esclausada,
D’a Liojàs a-z-Aubinhac,
Al pus naut lança son aubada,
Que se resona a Cadairac.

Viva lo pastre de fedas,
Que canta sul Causse comtal,
Cap de lop sautarà las cledas,
Per desboscar lo pastorèl,
Que mai a cantat,
Melhor a gardat,
Quand reven de Trinca-Botelhas,
A la museta passada al còl,
L’ala del casquet sus l’aurelha,
Canta totjorn lo rossinhòl. »
Quand le berger part dans le causse
« Quand le berger part dans le causse,
Il ne se chausse pas de sabots ferrés,
La mode d'ici veut qu'il se chausse,
De souliers forts et bien cirés,
Beau et pimpant,
Leste et gaillard,
Il partira par Trinque-Bouteilles,
Avec le fouet autour du cou,
L'aile de la casquette sur l'oreille,
Il chantera comme un rossignol.

Pour siffler sa petite chanson,
Ou pour délier son aluc,
Accompagné de sa petite corne,
Il ira s'asseoir sur un sommet,
Monte petit berger,
Tu seras plus grand,
Là-bas le pays de la vallée,
Là-haut le Cantal éclos,
Et partout jusqu'aux frontières,
Les clochers gardent le pays.

Nous verrons le Roc de la Françoune,
Aumont-Aubrac et le Puech del Jou,
Par tout pays qui se mentionne,
Résonne notre chanson,
Et de Dalmayrac,
Jusqu'à Barriac,
De Concourès jusqu'à Rodelle,
De Lioujas à Aubignac,
Nous lancerons à voix forte,
Des chansons jusqu'à Lanhac.

Le troupeau paît, le berger chante,
Agneaux et lait feront des écus,
Par cent mille et au-delà,
Se comptera le revenu,
Et de Dalmayrac,
Jusqu'à Sébazac,
De Vayssettes à L'Esclauzade,
De Lioujas à Aubignac,
Au plus haut il lance son aubade,
Qui résonne à Cadayrac.

Vive le berger de brebis,
Qui chante sur le Causse comtal,
Aucun loup ne sautera les barrières,
Pour déloger le petit berger,
Qui a le plus chanté,
A le mieux gardé,
Quand il revient de Trinque-Bouteilles,
Il a la musette autour du cou,
L'aile de la casquette sur l'oreille,
Il chante toujours le rossignol. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...