Lo patoès

Collecté en 2000 Sur la Commune de Bozouls Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

A l'école, les enfants étaient punis quand ils parlaient leur langue maternelle, l'occitan. On leur suspendait un sabot autour du cou pour les humilier. L'autre méthode très efficace était celle du sinhal. Quand un enfant parlait occitan, le maître lui donnait un objet en bois appelé sinhal. Celui qui détenait le sinhal en fin de journée était puni. Pour se débarrasser de cet objet, les écoliers devaient dénoncer l'un de leur camarade qui s'était exprimé dans la langue interdite.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

BERTHIER PIERRE ET BATUT JULIETTE

né en 1929 à Cébals de Bozouls ; née Boudou en 1910 à Longuis de Bozouls.

Transcription

Occitan
Français
« O… Caliá pas… Aquò èra defendut de parlar patoès a l'escòla.
– O… Me pense !
– Avèm aprés lo francés a l'escòla. Aquò èra defendut. Tanlèu que nos entendián, èrem punits. Tanlèu que nos entendián parlar patoès. Aquò èra formelament interdit de parlar patoès.
Èrem a ginolhs a-z-un canton, aquí, e i demoràvem…
– O nos fasián far de linhas.
– O far de linhas. Naltres, aquò èra a ginolhs.
– Aquò èra puslèu a ginolhs.
– Naltres, aquò èra a ginolhs a-z-un canton, aquí, a-z-un canton de l'escòla.
– Mès ieu atanben.
– O alara de còps de linhas mès enfin…
– Pas sovent.
– Pièi i demoràvem un briu a ginolhs… Los ginolhs nos fasián mal.
– Aviás lo temps de t'i endormir… »
Le patois
« Oh… Il ne fallait pas… Il était défendu de parler patois à l'école.
– Oh… Je pense bien !
– Nous avons appris le français à l'école. C'était défendu. Dès qu'ils nous entendaient, nous étions punis. Dès qu'ils nous entendaient parler patois. C'était formellement interdit de parler patois.
Nous étions à genoux dans un coin, là, et nous y restions…
– Ou alors ils nous faisaient faire des lignes.
– Ou faire des lignes. Nous, c'était à genoux.
– C'était plutôt à genoux.
– Nous, c'était à genoux dans un coin, là, un coin de l'école.
– Mais moi aussi.
– Ou alors parfois des lignes mais enfin…
– Pas souvent.
– Puis nous y restions longtemps à genoux… Les genoux nous faisaient mal.
– Tu avais le temps de t'y endormir. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...