Lo gorg d'Infèrn (Lo Trauc de Boaso)

Collecté en 2000 Sur les Communes de Bozouls, Rodez, Vimenet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On parle de récit étiologique lorsqu'une histoire, orale ou écrite, a pour but de donner une explication imagée à un phénomène ou une situation dont on ne maîtrise pas l'origine, ici le Trou de Bozouls.

Ce récit est illustré par un film tourné dans les années 1955-60 par l'abbé Emile Bonnaterre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND BATUT

né en 1924 à Vimenet.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí, sèm dins un país de causse, que vesètz de ròcs qu'aquò's dur que jamai, quand los vòlon trabalhar, i espetan totes los utisses.
E alara dins aquel redòl aval, vesètz, i a una glèisa, i la glèisa de Sainte-Fauste qu'es a l'abròa del gorg.
E, un altre mistère, aquò's que pus luènh amont, a trenta quilòmèstres, i a de causse e mème n'i a una pochada, de causse, aquí pas luènh a Fijaguet, a l'endrech qu'apèlan Lo Calcadís.
E cossí se fa tot aquò ? E ben lo rèire-pepin o aviá contat a mon paire e mon paire o me contèt.
Dins los tempses que i aviá lo Lucifèr que trevava empr'aquí, la Senta-Vièrja lo susvelhava per çò que sabiá qu'èra totjorn prèste a far una bestisassa.
Di(gu)èt a Lucifèr :
“De qué fas aquí ?”
El li respondèt :
“Te vau fotre la glèisa de Sainte-Fauste dins lo trauc !
– A… A…, la glèisa, di(gu)èt, sai que di(g)a, bastida sul ròc coma es !”
Enfin, convenguèron que el, lo Diable, la fotriá per tèrra dabans que lo gal de Las Molinièiras, la bòria que i a aquí a tres quilòmèstres, cantèsse.
Sabètz que, quand mème, la Senta-Vièrja i cresiá pas tròp mès lo susvelhava.
E alara el, ambe las arpassas que a lo Diable, gratèt, encara vesètz aquí los endreches que a gratat, gratèt, gratèt, gratèt, fotiá aquela calç, aquela pèira de causse, dins una saca e l'anava vojar amont ont vos ai dich, darrèr lo Puèg del Caimar amont a Lunèl.
I aviá de trabalh, quand mème, per fotre la glèisa per tèrra mès que la nuèch… Contunhava. Lo gal cantava pas. Riscava pas de cantar.
Quand mème, la Senta-Vièrja di(gu)èt :
“Cal avançar un pauc aquel trabalh perque la me fotrà ben per tèrra !”
Vesètz cossí es a l'abròa.
Alara i anèt, a Las Molinièiras, la Senta-Vièrja. Al galinièr, passèt la man pel bojal e te tirèt una ploma del gal que fasquèt :
“Cocoricò !”
E lo Diable qu'èra en trenh de far sos viatges, juste passava al-dessús. Macassiu ! D'amont vesiá un briat de lum mès…
Di(gu)èt :
“Aquò i es, aquò i es, lo jorn se lèva. Ieu, l'aurai pas fotuda…”
Alara de qué fa lo Diable ? Sabètz que òm lo vei pas en plen jorn, se sauva.
Parti(gu)èt. Laissèt tombar aquò qu'aviá. Aquò's Lo Calcadís, que trobatz. Un fum qu'aquò pudiá lo sofre e parti(gu)èt.
E la glèisa de Sainte-Fauste que la vesètz alai vièlha qu'es vièlha, mai que vièlha, i es encara. Sesquèt sauvada. »
Le Trou de Bozouls
« Ici, nous sommes dans un pays de causse, vous voyez des rochers qui sont très durs, quand ils veulent les travailler, ils y cassent tous leurs outils.

Et alors dans cet endroit là-bas, vous voyez, il y a une église, il y a l'église de Sainte-Fauste qui est au bord du gouffre.
Et, autre mystère, plus loin là-haut, à 30 km, il y a du causse et il y en a même une poche là, pas loin, à Fijaguet, à l'endroit qu'ils appellent Le Calcadis.
Et comment cela se fait-il ? Eh bien mon arrière-grand-père l'avait raconté à mon père et mon père me le raconta.
Dans les temps où Lucifer traînait par-là, la Sainte-Vierge le surveillait parce qu'elle savait qu'il était toujours prêt à faire une grosse bêtise.
Elle dit à Lucifer :
“Que fais-tu ici ?”
Lui, il répondit :
“Je vais te foutre l'église de Sainte-Fauste dans le trou !
– Oh… oh…, l'église, dit-elle, dis, bâtie sur le rocher comme elle est !”
Enfin, ils convinrent que lui, le Diable, il la foutrait par terre avant que le coq des Molinières, la ferme qu'il y a là à 3 km, ne chante.
Vous savez que, quand même, la Sainte-Vierge n'y croyait pas trop mais elle le surveillait.
Et alors lui, avec les griffes qu'a le Diable, il gratta, vous voyez encore là les endroits où il a gratté, il gratta, il gratta, il gratta, il foutait cette chaux, cette pierre de causse, dans une sache et il allait la vider là-haut, là où je vous ai dit, derrière le Puech du Kaymar là-haut à Lunel.
Il y avait du travail, quand même, pour foutre l'église par terre mais la nuit… Il continuait. Le coq ne chantait pas. Il ne risquait pas de chanter.
Quand même, la Sainte-Vierge dit :
“Il faut avancer un peu ce travail parce qu'il me la foutra bien par terre !”
Vous voyez comme elle est au bord.
Alors elle y alla, aux Molinières, la Sainte-Vierge. Au poulailler, elle passa la main par l'ouverture et elle tira une plume du coq qui fit :
“Cocorico !”
Et le Diable qui était en train de faire ses voyages, il passait juste au-dessus. Bon sang ! De là-haut il voyait un peu de lumière mais…
Il dit :
“Ça y est, ça y est, le jour se lève. Moi je ne l'aurai pas foutue…”
Alors que fait le Diable ? Vous savez qu'on ne le voit pas en plein jour, il se sauve. Il partit. Il laissa tomber ce qu'il avait. C'est Le Calcadis que vous trouvez. Une fumée qui sentait le soufre et il partit.
Et l'église de Sainte-Fauste, aussi vieille que vous la voyez, elle y est encore. Elle fut sauvée. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...