Lo conte del Drap

Collecté en 2001 Sur les Communes de Bozouls, Nauviale Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est répertorié par Aarne et Thompson qui indexèrent les contes populaires du monde entier, sous le numéro de conte-type 327 (les enfants et l'ogre) dans la catégorie contes merveilleux, adversaires surnaturels.

Il est intéressant de comparer la version de Gabriel Panassié avec celle collectée auprès d’Eugène Catusse de Saint-Rames (Golinhac). La première se termine de façon assez particulière pour expliquer le nom de Trauc d’Ifèrn attribué Trou de Bozouls.

Gabriel tenait ce beau conte de sa grand-mère Marie Eches, née vers 1872 à La Combe (Nauviale).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GABRIEL PANASSIÉ

né en 1941 à La Combe de Nauviale.

Transcription

Occitan
Français
« Vos vau contar lo conte del Drap.
Aquò's a l'epòca que li aviá la famina chals païsans. Li aviá de familhas pauras dins tot lo païs e aquò èra una familha que aviá dejà dotze enfants e n'arribava un autre dos, de bessons. Aquò ne fasiá catòrze. Èran aquí de dire :
“Los tuèm ? Los tuèm pas ? Los gardèm ? Los gardèm pas ?”
I aviá pas res a manjar a l'ostal… Costava de noirir dotze enfants quand l'òm a pas que quauques castanhierses per amassar de castanhas e quauques pès de vinha per far un bocin de vin, que lo cal tot per viure e per trabalhar, noirir tota aquela familha, aquò èra dificile.
E finalament, sul coissin del lièch, discutèron un brave moment e di(gu)èron :
“Los vam gardar, los gardarem.”
Aquelses dos enfantons naissèron e, quand sia(gu)èron nascuts, venguèron bèlses e los gardèron. Mès que, al cap d'un moment, manjavan, al cap de tres o quatre ans, los podián pas pus gardar. Avián pas pus res a lor donar a manjar e decidèron de los anar pèrdre pel causse.
“Quauqu'un, disián, quauque pagés en l'amont los amassarà ben per lor far gardar los anhèls o las fedas, puslèu que de los far disparetre, que sachèm pas… Val mai los menar en l'amont.”
Un bon matin, lo papà se levèt de bona ora, prenguèt una museta, un tròç de pan, una botelha d'ai(g)a e una trufa cuècha a l'ai(g)a e parti(gu)èt amb aquelses dos enfants, pès nuds, cap pel causse en l'amont. Parti(gu)èron, arribèron al pont de Cador, los menèt en plen mièg del causse, pels rocasses en l'amont, pels cades e los daissèt aquí.
Al cap d'un moment, lor di(gu)èt :
“Demoratz aquí, vos daisse la museta, ieu me cal anar plantar una bola.”
Lo papà parti(gu)èt e aquelses dos enfants esperavan, esperavan e jamai lo papà tornava.
La nuèch, lo ser arribava, l'apetís lor curava l'estomac e di(gu)èron :
“Tant pis, vam manjar una bocada, vam esperar que lo papà tòrne.”
Ne daissèron un bocin esperent que totjorn lo papà tornèsse.
Mès que la nuèch arribava, veniá de pus en pus nuèch e di(gu)èron :
“Cossí vam far ? Se demoram aquí lo lop nos manjarà.”
L'ainat, l'enfant, lo pus bèl, montèt sus un aure, sus un garriçòl e, quand arribèt a la cima, di(gu)èt a sa sòrre :
“Sabes que vese aval dins un trauc de ròc de fum que sòrt d'aquel trauc. I diu ajure quauqu'un que i abita.”
Alara indiquèt bien lo camin a la sòrre qu'èra pus malina que el, èra pus pichineta, pus magreta, mès sabes qu'èra coquinassa.
Parti(gu)èron totes dos, anèron cap drech a-n-aquel ròc e, quand arribèron aval, se trobèron davant una femnassa sala, crassuda, lèda, que fasiá paur… Pudiá mèmes !
Lor di(gu)èt :
“Paures enfants, vos cal pas demorar aicí, aicí aquò's l'ostal del Drap ! Quand arribarà, se vos vei aquí, vos manjarà !”
Los enfants di(gu)èron :
“Mès rescondètz-nos endacòm empr'aquí ! Direm la pregaira mès aprèssa farem pas de bruch…”
La femna del Drap los fotèt jol lenhièr, jos un tas de bròcas. I aviá de pinhons de milh, i aviá de cades secs aquí per alucar lo fuòc. Los li rescondèt, aquí dejóst. Et voilà.
Tot un bon còp mon Drap arriba e senti(gu)èt sus la pòrta…
“Put, put, put, ço ditz, quauque crestian çai avut !”
Cercava, fonhava pertot, agachava jos la taula, jos l'armari, dins l'armari, pertot. Trobava pas los enfants.
Tot un bon còp anèt al lenhièr e trobèt aquelses dos enfantons.
Di(gu)èt :
“Veses, m'as rescondut aquelses enfants, los cal manjar de tira !”
La femna del Drap li di(gu)èt :
“Los pòs pas manjar que son ben tròp magres pecaire… Los cal engraissar un bocin ! Ambe tot lo gran que as dins l'arca, los te cal metre dins l'arca e los engraissar un bocin. Quand seràn grasses e ben ne profitarem mai.”
Lo Drap di(gu)èt :
“E oèi, oèi, as rason.”
E los metèron dins l'arca a far manjar lo gran, per que s’engraissèsson un pauc.
Aquelses dos enfantons se metèron a manjar lo gran, pardí, tant que podián.
Cada jorn, lo Drap veniá per veire se avián ganhat. Per aquò, durbiá pas lo còfre del blat, lor fasiá passar lo det per un trauquet.
Lo Drap disiá :
“O… Encara son magres…”
Al cap de quauques jorns, atapèron un rat, dins l'arca. A la plaça de donar lo det…
Di(gu)èron :
“Per que agèm lo temps de manjar lo blat, de còps que lo Drap se'n anèsse, que po(gu)èssem èstre pro fòrts e pro bèlses per durbir lo cobertor, nos sauvarem !
– Alara, a la plaça de far veire lo det, la pichinèla di(gu)èt, as pas qu'a far veire la coeta del rat.”
Alara, lo lendeman, lo Drap arribèt e di(gu)èt :
“Fasètz-me veire vòstre det !”
En plaça d'encunhar lo det dins lo trauc, la filhòta te fotèt la coeta del rat dins lo trauc.
“A… mès son magres ! Son magres !”
Aquò durèt quauques jorns.
Al cap de quauques jorns, avián perdut aquela puta de coeta de rat, l'avián perduda dins lo blat e, quand lo Drap arribèt, po(gu)èron pas lo li far veire… Calguèt que sorti(gu)èsson lo det…
La filheta sorti(gu)èt ben lo siu qu'èra pus pichinèl que aquel de son fraire mès lo Drap di(gu)èt :
“A… mès aqueste còp an ganhat, son grasses, allez, los cal tuar, los cal manjar !”
Parti(gu)èt veire la femna e li di(gu)èt :
“Te vau montar d’ai(g)a, te vau far un fuòc, los te vau estacar, los te vau sortir e ieu vau partir comandar los vesins o los copinhs, que vengan manjar ambe nautres.”
Alara durbi(gu)èt lo còfre del gran, sorti(gu)èt los enfants, lor estaquèt las mans e daissèt la femna aquí tota sola a far caufar l'ai(g)a per dire de metre los enfants dedins e los far còire.
Aquela femna aviá pas pro boès per far bolhir l'ai(g)a e tustava amb una acha sus un soc, aquí, mès podiá pas arribar a far lo boès. Èra maladrecha, i compreniá pas res. L'acha copava pas, sai pas, e l'enfant, l'ainat, li di(gu)èt :
“Paura femna, mès sabètz pas far lo boès ! Ieu, se me destacatz las mans que ai estacadas darrèr lo cuol, vos farai veire cossí cal far lo boès.”
La femna li di(gu)èt :
“Cresètz qu'o sabètz far melhor que ieu ?
– Ah oui, oui,ieu vos vau far veire, cada pet son ascla mès cal bien escotar aquò que vau vos dire.”
La femna del Drap i destaca las mans e l’enfantet di(gu)èt :
“E ben ara donatz-me l'acha e vos vau far veire cossí aquò vòl far.”
E la filhòta li di(gu)èt :
“Mès per aquò, Madama, vos cal metre bien lo cap sul soc e agachar per tèrra. E bien metre lo cap sul soc, aquí, se que non veiretz pas res, comprendretz pas cossí aquò se fa e pièi risquèm de vos far mal.”
Lo fraire esperèt que la femna del Drap agèssa bien lo cap e lo còl pausats sul soc. Son fraire atapèt l'acha, te levèt aquel margue, paure enfant, al premièr pet, la manquèt pas. Lo cap tombèt d'un costat e lo còrs de l'autre. Alara, se despachèt de destacar sa sòrre, fotèron lo cap de la femna del Drap dins l'ai(g)a que començava de bolhir e, lo còrs, lo portèron dins lo lièch del Drap.
Quand lo Drap tornèt arribar, los enfants èran dejà partits, lo Drap cerquèt pertot.
D'aquel temps, los enfants s'èran sauvats. Avián pres lo cavalin del Drap e lo canhon. Alara sautèron sus aquel cavalin e enlai ! Tant que podián córrer. Tot drech. Parti(gu)èron tot drech deval levant.
Lo Drap, al cap d'un moment, arribèt e di(gu)èt… Cercava pertot, siflava lo can, lo can veniá pas. Anèt a l'estable, trobèt pas lo chaval… E pièi agachèt dins l'ai(g)a, te vegèt lo cap de la femna que èra un bocin crusca-palada, aquelses pelses que s'estiravan sus l'ai(g)a aquí… Aquò semblava un rantialàs. Aquò èra tot graissut, tot graissalut. Va a la cambra, te vei la femna ja(g)uda jol coissin, tira lo coissin : pas cap de cap ! Lo ventre de la Drapa li te recotèla pels pès. Alara comprenguèt. Parce que aquò èra pas un tipe talament intelligent. E ela, la femna, aviá tetat un bocin de lach de piòta… El, sai pas de qu'aviá tetat mès anava pas non plus.
Alara d'aquel temps los enfants èran partits.
Comencèron de trobar en camin… Trobèron un tipe que caufava lo forn e li di(gu)èron :
“Avèm pres lo chaval del Drap, aquí, e lo can, e se jamai passa darrèr disètz-li, au mensa, que nos avètz pas vists !”
Se'n van un pauc pus luènh, li aviá un òme que tirava d'ai(g)a del potz per far biure los buòus. Li di(gu)èronpareil :
“Se jamai lo Drap arriba darrèr, nos cèrca, nos es se(g)urament darrès, li diretz que nos avètz pas vists !”
Encara un bocin pus luènh, li aviá un òme que laurava. Li di(gu)èron pareil :
“Sustot di(gu)èssetz pas que sèm passats !”
E aquelses dos enfants, tant que podián córrer amb aquel cavalin… Tant que podián córrer… E lo can que japava darrèr. Mès burgava lo chaval, aquò anava pas que melhor parce que marchavan pus vite.
Lo Drap di(gu)èt :
“Cossí far ?”
Pardí, quand vegèt que i aviá pas res aquí, di(gu)èt :
“Me cal fotre darrès aquel monde !”
Aviá plògut un bocin la velha e seguiá las pesadas del chaval.
Alara, al cap d'un moment, trobèt lo patron aquí que caufava lo forn e li demandèt :
“Avètz pas vist passar dos enfantons, un cavalin rossin e un canhon cortin darrèr ?
– A !, lo tipe di(gu)èt, entende pas, comprene pas de qué volètz dire…
– Vos demande se avètz pas vist passar dos enfantons, un cavalin rossin e un canhon cortin darrèr.
– A ! mès vos vau fotre dins lo forn ! Volètz que vos fote dins lo forn ?
– Vos dise pas aquò… Vos dise pas aquò…”
E se'n anèt.
Un pauc pus luènh, trobèt un òme que tirava d'ai(g)a de dins lo potz aquí e li di(gu)èt pareil, li di(gu)èt :
“Avètz pas vist passar dos enfantons, un cavalin rossin e un canhon cortin darrèr ?
– E qué disètz ? Que volètz que vos fote dins forn ?
– Vos dise pas aquò… Vos dise pas aquò…”
E se'n anèt.
Un pauc pus luènh, trobèt un òme que laurava e pareil, li demandèt :
“Avètz pas vist passar dos enfantons, un cavalin rossin e un canhon cortin darrèr ?
– A !, mès vos vau fotre dins la rega ! Demoratz aquí que vos vau entarrar !”
Lo Drap, pensa-te :
“Vos dise pas aquò… Vos dise pas aquò…”
E se'n anèt.
E tant que podiá corrér enlai darrèr.
D'aquel temps, los enfants arriban al Trauc de Boason e lo te vesián arribar darrès, que arribava…
La filhòta di(gu)èt :
“Despacha-te, fai córrer ton chaval parce que nos va atapar !”
L'enfant li di(gu)èt :
“Te'n faga pas, vai, l'aurem ben, lo Drap !”
Fan lo torn del Trauc de Boaso, se'n van de l'autre costat.
Lo Drap qu'arribava juste, juste davant lo Trauc, aquí.
Li fa(gu)èron, al Drap :
“Despacha-te ! Despacha-te que nos tendràs !”
Lo Drap, pom ! Te fonça encara pus vite, sauta dins lo Trauc e se tuèt al fons e dempièi degús a pas pus entendut parlar del Drap.

Aquò's la mameta, a l'ostal, que nos contava, totjorn pareil, quand esperàvem los parents o qu'èran anats amassar las castanhas, o qu'èran anats menar la truèja al vèrre, o qu'èran partits menar la vaca al brau, e jamai tornavan arribar. Nautres, nos languissiam, a l'ostal e la mameta coneissiá bravamensas de causas coma aquò. Aquò èra una femna qu'aviá 85 ans e que se carrava ambe los pichòts-enfants, coma sèm totes. Nos preniá, ambe mon fraire, e nos contava aquelas istoèras e d'aquel temps los parents arribavan. »
Le conte du Drap
« Je vais vous raconter le conte du Drap.
C’est à l’époque où il y avait la famine chez les paysans. Il y avait des familles pauvres dans tout le pays et c’était une famille qui avait déjà douze enfants et il en arrivait deux autres, des jumeaux. Ça en faisait quatorze. Ils étaient là à dire :
“Nous les tuons ? Nous ne les tuons pas ? Nous les gardons ? Nous ne les gardons pas ?”
Il n’y avait rien à manger à la maison... Ça coûtait de nourrir douze enfants quand on n’a que quelques châtaigniers pour ramasser des châtaignes et quelques pieds de vigne pour faire un peu de vin, et qu’il le faut tout pour vivre et pour travailler, nourrir toute cette famille, c’était difficile.
Et finalement, sur l’oreiller, ils discutèrent un bon moment et ils dirent :
“Nous allons les garder, nous les garderons.”
Ces deux enfants naquirent et, quand ils furent nés, ils devinrent grands et ils les gardèrent. Mais, au bout d’un moment, ils mangeaient, au bout de trois ou quatre ans, ils ne pouvaient plus les garder. Ils n’avaient plus rien à leur donner à manger et ils décidèrent d’aller les perdre sur le causse.
“Quelqu’un, disaient-ils, quelque fermier là-haut les recueillera bien pour leur faire garder les agneaux ou les brebis, plutôt que de les faire disparaître, pour que nous ne sachions pas... Il vaut mieux les amener là-haut.”
Un beau matin, le papa se leva de bonne heure, il prit une musette, un morceau de pain, une bouteille d’eau et une pomme de terre cuite à l’eau et il partit avec ces deux enfants, pieds nus, vers le causse en haut.
Ils partirent, ils arrivèrent au pont de Cadour, il les amena en plein milieu du causse, dans les rochers là-haut, dans les genévriers et il les laissa là.
Au bout d’un moment, il leur dit :
“Restez là, je vous laisse la musette, moi il me faut aller baisser mon pantalon.”
Le papa partit et ces deux enfants attendaient, ils attendaient et jamais leur papa ne revenait.
La nuit, le soir arrivait, la faim leur creusait l’estomac et ils dirent :
“Tant pis, nous allons manger une bouchée, nous allons attendre que papa revienne.”
Ils en laissèrent un peu en attendant toujours que leur papa revienne.
Mais la nuit arrivait, il faisait de plus en plus nuit et ils dirent :
“Comment allons-nous faire ? Si nous restons là le loup nous mangera.”
L’aîné, le garçon, le plus grand, monta sur un arbre, sur un jeune chêne et, quand il arriva à la cime, il dit à sa sœur :
“Tu sais que je vois là-bas dans un trou de rocher de la fumée qui sort de ce trou. Il doit y avoir quelqu’un qui y habite.”
Alors il indiqua bien le chemin à sa sœur qui était plus maligne que lui, elle était plus petite, plus maigre, mais tu sais qu’elle était maligne.
Ils partirent tous les deux, ils allèrent droit à ce rocher et, quand ils arrivèrent là-bas, ils se retrouvèrent devant une femme sale, crasseuse, laide, qui faisait peur... Elle puait même !
Elle leur dit :
“Mes pauvres enfants, il ne vous faut pas rester ici, ici c’est la maison du Drap ! Quand il arrivera, s’il vous voit ici, il vous mangera !”
Les enfants dirent :
“Mais cachez-nous quelque part par là ! Nous dirons la prière mais ensuite nous ne ferons pas de bruit...”
La femme du Drap les mit sous le bûcher, sous un tas de branches. Il y avait des rafles de maïs, il y avait des genévriers secs là pour allumer le feu. Elle les y cacha, là-dessous. Et voilà.
Tout à coup mon Drap arrive et il sentit sur la porte...
“Ça pue, ça pue, ça pue, dit-il, quelque chrétien est venu !”
Il cherchait, il fouillait partout, il regardait sous la table, sous l’armoire, dans l’armoire, partout. Il ne trouvait pas les enfants.
Tout à coup il alla au bûcher et il trouva ces deux petits enfants.
Il dit :
“Tu vois, tu m’as caché ces enfants, il faut les manger tout de suite !”
La femme du Drap lui dit :
“Tu ne peux pas les manger car ils sont bien trop maigres mon pauvre... Il faut les engraisser un peu ! Avec tout le grain que tu as dans la caisse, il te faut les mettre dans la caisse et les engraisser un peu. Quand ils seront gras eh bien nous en profiterons plus.”
Le Drap dit :
“Eh oui, oui, tu as raison.”
Et ils les mirent dans la caisse à manger le grain, pour qu’ils s’engraissent un peu.
Ces deux enfants se mirent à manger le grain, bien sûr, tant qu’ils pouvaient.
Chaque jour, le Drap venait pour voir s’ils avaient grossi. Pour cela, il n’ouvrait pas de coffre du blé, il leur faisait passer le doigt par un petit trou.
Le Drap disait :
“Oh... Ils sont encore maigres...”
Au bout de quelques jours, ils attrapèrent un rat, dans la caisse. À la place de donner le doigt...
Ils dirent :
“Pour que nous ayons le temps de manger le blé, au cas où le Drap s’en irait, pour que nous puissions être assez forts et assez grands pour ouvrir le couvercle, nous nous sauverons !
– Alors, à la place de faire voir le doigt, la petite dit, tu n’as qu’à faire voir la queue du rat.”
Alors, le lendemain, le Drap arriva et il dit :
“Faites-moi voir votre doigt !”
À la place de passer le doigt dans le trou, la fillette mit la queue du rat dans le trou.
“Ah... mais ils sont maigres ! Ils sont maigres !”
Ça dura quelques jours.
Au bout de quelques jours, ils avaient perdu cette satanée queue de rat, ils l’avaient perdue dans le blé et, quand le Drap arriva, ils ne purent pas la lui faire voir... Il fallut qu’ils sortent le doigt...
La fillette sortit bien le sien qui était plus petit que celui de son frère mais le Drap dit :
“Ah... mais cette fois ils ont grossi, ils sont gras, allez, il faut les tuer, il faut les manger !”
Il partit voir sa femme et il lui dit :
“Je vais te mettre de l’eau à chauffer, je vais faire un feu, je vais te les attacher, je vais te les sortir et moi je vais partir inviter les voisins et les copains, pour qu’ils viennent manger avec nous.”
Alors il ouvrit le coffre du grain, il sortit les enfants, il leur attacha les mains et il laissa la femme là toute seule à faire chauffer l’eau pour mettre les enfants dedans et les faire cuire.
Cette femme n’avait pas assez de bois pour faire bouillir l’eau et elle frappait avec une hache sur un billot, là, mais elle n’arrivait pas à faire le bois. Elle était maladroite, elle n’y comprenait rien. La hache ne coupait pas, je ne sais pas, et le garçon, l’aîné, lui dit :
“Pauvre femme, mais vous ne savez pas faire le bois ! Moi, si vous me détachez mes mains qui sont attachées derrière mon cul, je vous ferai voir comment il faut faire le bois.”
La femme lui dit :
“Vous croyez que vous savez faire mieux que moi ?
– Ah oui, oui, moi je vais vous montrer, chaque coup sa bûche mais il faut bien écouter ce que je vais vous dire.”
La femme du Drap lui détache les mains et le garçon dit :
“Eh bien maintenant donnez-moi la hache et je vais vous montrer comment ça marche.”
Et la fillette lui dit :
“Mais pour cela, Madame, il vous faut bien mettre la tête sur le billot et regarder par terre. Et bien mettre la tête sur le billot, là, sinon vous ne verrez rien, vous ne comprendrez pas comment ça se fait et puis nous risquons de vous faire mal.”
Le frère attendit que la femme du Drap ait bien la tête et le cou posés sur le billot. Son frère attrapa la hache, il leva ce manche, mon pauvre enfant, au premier coup, il ne la manqua pas. La tête tomba d’un côté et le corps de l’autre. Alors, il se dépêcha de détacher sa sœur, ils mirent la tête de la femme du Drap dans l’eau qui commençait à bouillir et, le corps, ils le portèrent dans le lit du Drap.
Quand le Drap revint, les enfants étaient déjà partis, le Drap chercha partout.
Pendant ce temps, les enfants s’étaient enfuis. Ils avaient pris le cheval du Drap et son petit chien. Alors ils sautèrent sur ce cheval et en avant ! Tant qu’ils pouvaient courir. Tout droit. Ils partirent tout droit vers le levant.
Le Drap, au bout d’un moment, arriva et il dit... Il cherchait partout, il sifflait le chien, le chien ne venait pas. Il alla à l’étable, il ne trouva pas le cheval... Et puis il regarda dans l’eau, il vit la tête de sa femme qui était un peu pelée, ces cheveux qui s’étiraient sur l’eau là... Ça ressemblait à une toile d’araignée. C’était tout graisseux. Il va à la chambre, il voit sa femme couchée sous le traversin, il tire le traversin : pas de tête ! Le ventre de sa femme lui roule sur les pieds. Alors il comprit. Parce que ce n’était pas un type tellement intelligent. Et elle, sa femme, elle avait un peu tété du lait de dinde... Lui, je ne sais pas ce qu’il avait tété mais ça n’allait pas non plus.
Alors pendant ce temps les enfants étaient partis.
Ils commencèrent à rencontrer en chemin... Ils rencontrèrent un type qui chauffait son four et ils lui dirent :
“Nous avons pris le cheval du Drap, là, et son chien, et si jamais il passe derrière dites-lui, au moins, que vous ne nous avez pas vus !”
Ils s’en vont un peu plus loin, il y avait un homme qui tirait de l’eau du puits pour faire boire les bœufs. Ils lui dirent pareil :
“Si jamais le Drap arrive derrière, il nous cherche, il est certainement à nos trousses, vous lui direz que vous ne nous avez pas vus !”
Encore un peu plus loin, il y avait un homme qui labourait. Ils lui dirent pareil :
“Surtout ne dites pas que nous sommes passés !”
Et ces deux enfants, tant qu’ils pouvaient courir avec ce cheval... Tant qu’ils pouvaient courir... Et le chien qui jappait derrière. Mais il excitait le cheval, ce n’était que mieux parce qu’ils avançaient plus vite.
Le Drap dit :
“Comment faire ?”
Bien sûr, quand il vit qu’il n’y avait rien là, il dit :
“Il me faut poursuivre ces gens !”
Il avait plu un peu la veille et il suivait les traces du cheval.
Alors, au bout d’un moment, il rencontra le patron là qui chauffait le four et il lui demanda :
“Vous n’avez pas vu passer deux petits enfants, un cheval trapu et un petit chien courtaud derrière ?
– Ah !, le type dit, je n’entends pas, je ne comprends pas ce que vous voulez dire...
– Je vous demande si vous n’avez pas vu passer deux petits enfants, un cheval trapu et un petit chien courtaud derrière.
– Ah ! mais je vais vous foutre dans le four ! Vous voulez que je vous foute dans le four ?
– Je ne vous dis pas ça... Je ne vous dis pas ça...”
Et il s’en alla.
Un peu plus loin, il rencontra un homme qui tirait de l’eau du puits là et il lui dit pareil, il lui dit :
“Vous n’avez pas vu passer deux petits enfants, un cheval trapu et un petit chien courtaud derrière ?
– Que dites-vous ? Vous voulez que je vous foute dans le four ?
– Je ne vous dis pas ça... Je ne vous dis pas ça...”
Et il s’en alla.
Un peu plus loin, il rencontra un homme qui labourait et pareil, il lui demanda :
“Vous n’avez pas vu passer deux petits enfants, un cheval trapu et un petit chien courtaud derrière ?
– Ah !, mais je vais vous foutre dans le sillon ! Restez là, je vais vous enterrer !”
Le Drap, penses-tu :
“Je ne vous dis pas ça... Je ne vous dis pas ça...”
Et il s’en alla.
Et tant qu’il pouvait courir là-bas derrière.
Pendant ce temps, les enfants arrivent au Trou de Bozouls et ils le voyaient arriver derrière, il arrivait...
La fillette dit :
“Dépêche-toi, fais courir ton cheval parce qu’il va nous attraper !”
Le garçon lui dit :
“Ne t’en fais pas, va, nous l’aurons bien, le Drap !”
Ils font le tour du Trou de Bozouls, ils s’en vont de l’autre côté.
Le Drap qui arrivait juste, juste devant le Trou, là.
Ils firent au Drap :
“Dépêche-toi ! Dépêche-toi, tu nous auras !”
Le Drap, poum ! Il fonce encore plus vite, il saute dans le Trou et il se tua au fond et depuis personne n’a plus entendu parler du Drap.

C’est ma mémé, à la maison, qui nous racontait, toujours pareil, quand nous attendions nos parents ou qu’ils étaient allés ramasser des châtaignes, ou qu’ils étaient allés amener la truie au verrat, ou qu’ils étaient partis amener la vache au taureau, et jamais ils ne revenaient. Nous, nous nous ennuyions, à la maison et notre mémé connaissait beaucoup de choses comme ça. C’était une femme qui avait 85 ans et qui se plaisait avec ses petits-enfants, comme nous tous. Elle nous prenait, avec mon frère, et elle nous racontait ces histoires et pendant ce temps nos parents arrivaient. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...