Escòla del convent e escòla laïca

Collecté en 2000 Sur la Commune de Bozouls Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les filles qui fréquentaient l'école privée n'avaient pas le droit d'adresser la parole à celles qui allaient à l'école publique.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

BERTHIER PIERRE ET BATUT JULIETTE

né en 1929 à Cébals de Bozouls, décédé en 2023 ; née Boudou en 1910 à Longuis de Bozouls.

Transcription

Occitan
Français
« Me sovene un còp, ambe Gabrièla Montelh de Sentels, aval… Fasquère lo camin a nòu ans, ieu, fa qu'aviái uèch ans, sai que… Aviam pas enveja d'anar a la messa lo matin, per çò que caliá anar a la messa cada matin. Mès, lo desjunar… Manjavas la sopa quand tornavas. Alara aviam dich que voliam pas anar a la messa, que seriam malautas. Mès que, d'aquel moment, preniam de bricas per nos caufar los pès, chaütàvem sai que e tombèrem una brica. Lo Sacre-Cur, la sur del Sacre-Cur, mònta… Alara nos fasquèt davalar totas doas, a ginolhs sul pasiment de la cosina :
“Espèças de vacassas !”
T'insultava, te disiá de tot, aquela sur. S'es al Paradís, e ben, ieu me demande, per çò que aquò èra una dròla de lèbre !
Nos gardèt aquí, aviam pas qu'una camisa. Aviatz pas de camisa de nuèch, d'aquel moment, ni mai res… Aviam la camisa benlèu qu'èra lònga mès aquò èra tot. E demorar aquí a ginolhs dins la cosina… Sabètz qu'aquò èra…
– Sul pasiment.
– E oèi. I aviá de pas de coissin dejós los ginolhs. Èrem pas plan pesugas alara aquò vos cachava pas.
– Mès a fòrça d'i demorar, aquò cachava ben…
– Me sovene, ieu, que èrem a l'escòla del convent, amont, mès quand ne crosavas… I aviá de filhas que èran de mon atge, que anavan a l'escòla laïca mès aquò èra defendut de lor parlar. Lor caliá pas dire ni bonjorn ni bonsoer. Se las surs t'avián vista que parlèsses amb una d'aquelas filhas…
En principe, los enfants dels agriculturs anavan a l'escòla libra. Mès, après, los fonccionaris, los gindarmas o lo factur, o qualqu'un qu'èra pas bien emmessit, anavan a l'escòla laïca. Alara aquò èra la bagarra d'aquel moment. »
École du couvent et école laïque
« Je me souviens une fois, avec Gabrielle Monteil de Sentels, là-bas… Moi, je fis le chemin à neuf ans, ça fait que j'avais huit ans, sans doute… Nous n'avions pas envie d'aller à la messe le matin, parce qu'il fallait aller à la messe chaque matin. Mais, le petit-déjeuner… Tu mangeais la soupe quand tu revenais. Alors nous avions dit que nous ne voulions pas aller à la messe, que nous serions malades. Mais, à ce moment-là, nous prenions des briques pour nous chauffer les pieds, nous chahutions sans doute et nous tombâmes une brique. Le Sacré-Cœur, la sœur du Sacré-Cœur, monte… Alors elle nous fit descendre toutes les deux, à genoux sur le pavage de la cuisine :
“Espèces de grosses vaches !”
Elle t'insultait, elle te disait de tout, cette sœur. Si elle est au Paradis, eh bien, moi je me demande, parce que c'était un drôle de lièvre !
Elle nous garda là, nous n'avions qu'une chemise. Vous n'aviez pas de chemise de nuit, à ce moment-là, ni rien… Nous avions la chemise qui était longue peut-être mais c'était tout. Et rester là à genoux dans la cuisine… Vous savez que c'était…
– Sur le pavage.
– Eh oui. Il n'y avait pas de coussin sous les genoux. Nous n'étions pas très lourdes alors cela ne nous blessait pas.
– Mais à force d'y rester, ça blessait bien…
– Je me souviens, moi, que nous étions à l'école du couvent, là-haut, mais quand tu croisais une… Il y avait des filles qui étaient de mon âge, qui allaient à l'école laïque mais il était défendu de leur parler. Il ne fallait leur dire ni bonjour ni bonsoir. Si les sœurs t'avaient vue parler avec une de ces filles…
En principe, les enfants des agriculteurs allaient à l'école libre. Mais, après, les fonctionnaires, les gendarmes ou le facteur, ou quelqu'un qui n'était pas très dévot, ils allaient à l'école laïque. Alors c'était la bagarre à ce moment-là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...