Las quilhas a Juèls

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Boussac, Castanet, Gramond, Sauveterre-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le jeu collectif traditionnellement pratiqué en Rouergue, à l’occasion des fêtes ou bien le dimanche près de l’auberge, était le jeu de quilles.

Avant la codification du jeu de quilles de huit par le docteur Joseph Ayrignac (1874-1951) en 1912, codification ayant permis l'organisation de concours, il existait de nombreuses variantes.

La quille joueuse que l’on projette avec la boule est appelée quilhon ou bilhon et la bona est la quille qu'il faut tomber impérativement dans certains cas de figure.

Dans certains secteurs du Rouergue, on jouait aussi au rampeau (rampèu). Il existait toutefois un rampeau qui se jouait avec les quilles du jeu ordinaire et un rampeau qui se jouait avec des quilles et une boule de plus petites dimensions, sur une longue piste en bois, un peu comme au bowling.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ADRIEN SOULIÉ

né en 1923 à Jouels de Sauveterre.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra mon paure pèra que jo(g)ava a las quilhas, i se jo(g)ava dins lo vilatge, i aviá un charron e me fa(gu)èron far un jòc de quilhas, aquí, de pichonas, e totes los dròlles aquí del daquòs comencèrem de jo(g)ar a las quilhas, aquí tot a fèt. E pièi aquò s'assubtèt, aquò contunhèt, que mèmes a l'escòla, pendent las recreacions, aviam un mèstre que nos daissava jo(g)ar a las quilhas. Aviam pas besonh de l'escòla de quilhas un còp èra, coma s'apèla duèi.
E ben voilà, e pièi aquò se fasiá, cada diminge, aquí, ieu me rapèli que jo(g)avan a las quilhas, los vesins, e pièi èran de còps cinc o sièis, sèt o uèch. E pièi anavan al cafè, fasián còire un polet e jo(g)avan las quatre-oras coma se disiá. Aquò se fasiá aital.
E pièi aquò se perdèt e pièi aquò se tornèt reprene. Pendent la Guèrra de 39 aquò fa(gu)èt una animacion, la Guèrra de 39-40, aquò fa(gu)èt una animacion e, dins cada vilatge coma per exemple aicí Juèls, Sauvatèrra, Castanet, Lardeiròlas, Gramont, Bossac, cada… lo jorn de la vòta fasián un concors de quilhas e i anàvem. E elses tornavan chas nautres.
Et voilà, aquò… E pièi quand mèmes, après la guèrra, aquò tornèt tombar, sai pas per de qué, e aquò tornèt reprene pièi… Ieu cresi que n'i a una vintena d'ans que avèm montada la societat.
Lo rampèu se fasiá.
I aviá las partidas coma se fa duèi, que tiravas a-z-un mèstre ambe la bola, a cinc mèstres, dètz mèstres, quinze mèstres e vint mèstres.
Mès lo rampèu se fasiá. Aquò èra tres còps a dètz mèstres e caliá totjorn far la bona.
Pièi se fasiá un autre jòc que caliá sortir la nòu, la d'al mièg. E se la nòu sortiá pas, caliá que sorti(gu)èssa al jòc, enfin se caliá desbrolhar per que i sia(gu)èssa pas. E maites còps la caliá daissar, caliá tombar las autras maitas e… I aviá de jòcs coma aquò. Un autre jòc que s'apelava las doas-sèt. Alara, al luòc de tirar… Lo tir èra pas del mème sens e la doas-sèt aquò's la premièira de la renga de doas e la premièira de la renga del mièg, qu'es la bona que cal far en general quand òm… Alara caliá tombar aquelas doas. Voilà.
Enfin, me rapèli pas plan de totas las règlas perque n'i a un brave briu d'aquò !
Aquò èra lo rampèu de las quilhas ordinàrias, aquò èra las mèmas quilhas mès se tirava tres còps a dètz mèstres e caliá la bona cada còp. Lo que ne fasiá lo mai, dins tres còps, e ben… Per las vòtas, se i aviá un concors coma aquò, lo fasiá lo mai, a l'epòca, de qué ganhava ? Un cambajon, ganhava un piòt, je sais pas, enfin i aviá de prèses coma aquò, voilà. »
Les quilles à Jouels
« C’était mon défunt père qui jouait aux quilles, on y jouait dans le village, il y avait un charron et ils me firent faire un jeu de quilles, là, des petites, et tous les enfants là du truc nous commençâmes à jouer aux quilles, là tout à fait. Et puis cela suivit, cela continua, si bien qu’à l’école, pendant les récréations, nous avions un maître qui nous laissait jouer aux quilles. Nous n’avions pas besoin de l’école de quilles autrefois, comme ça s’appelle aujourd’hui.
Eh bien voilà, et ensuite ça se faisait, chaque dimanche, là, moi je me souviens qu’ils jouaient aux quilles, les voisins et puis ils étaient parfois cinq ou six, sept ou huit. Et puis ils allaient au café, ils faisaient cuire un poulet et ils jouaient les quatre heures comme on disait. Ça se faisait comme ça.
Et puis ça se perdit et puis ça reprit. Pendant la Guerre de 39 ça fit une animation, la Guerre de 39-40, ça fit une animation et, dans chaque village comme par exemple ici Jouels, Sauveterre, Castanet, Lardeyrolles, Gramond, Boussac, chaque... le jour de la fête ils faisaient un concours de quilles et nous y allions. Et eux ils revenaient chez nous.
Et voilà, ça... Et puis quand même, après la guerre, ça retomba, je ne sais pas pourquoi, et ça reprit ensuite... Je crois qu’il y a une vingtaine d’années que nous avons monté la société.
On jouait au rampeau.
Il y avait les parties comme on fait aujourd’hui, où tu tirais à un mètre avec la boule, à cinq mètres, dix mètres, quinze mètres et vingt mètres.
Mais on jouait au rampeau. C’était trois coups à dix mètres et il fallait toujours la bonne.
Puis on jouait à un autre jeu où il fallait sortir la neuf, celle du milieu. Et si la neuf ne sortait pas, il fallait qu’elle sorte au jeu, enfin il fallait se débrouiller pour qu’elle n’y soit pas. Et d’autres fois il fallait la laisser, il fallait faire tomber les autres et... Il y avait des jeux comme ça. Un autre jeu s’appelait les deux-sept. Alors, au lieu de tirer... Le tir n’était pas du même sens et les deux-sept c’est la première de la rangée de deux et la première de la rangée du milieu, qui est la bonne qu’il faut faire en général quand on... Alors il fallait faire tomber ces deux. Voilà.
Enfin, je ne me souviens pas bien de toutes les règles parce qu’il y a un bon moment de ça !
C’était le rampeau des quilles ordinaires, c’était les mêmes quilles mais on tirait trois coups à dix mètres et il fallait la bonne à chaque fois. Celui qui en faisait le plus, en trois coups, eh bien... Pour les fêtes, s’il y avait un concours, comme ça, celui qui faisait le plus, à l’époque, que gagnait-il ? Un jambon, il gagnait un dindon, je ne sais pas, enfin il y avait des prix comme ça, voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...