L'epitra Falhièira

Collecté en 2000 Sur la Commune de Bournazel Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses. Les chants satiriques ironisant sur des institutions et les parodies du sacré sont calqués sur des matrices issues de la liturgie. Cette parodie du sacré est à rapprocher de la formule “Catarina Cerièira”.

Les parodies du sacré sont le reflet d’une population très christianisée connaissant bien la liturgie. Les fausses vêpres, préfaces, litanies ou épîtres en occitan se transmettaient parfois même entre séminaristes dans la plus pure tradition estudiantine. Les chants ironisant sur les serviteurs de l’Eglise ne procédaient pas forcément, en Rouergue, d’un anticléricalisme viscéral.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ADRIEN AURÉJAC

né en 1936 à Riou Nègre de Bournazel.

Transcription

Occitan
Français
« L'epitra Falhièira
Se'n va a la fièira.
“Qual garda l'ostal ?
– La pola ambe lo gal.
– Ont es la pola ambe lo gal ?
– Es al pè del fuòc.
– Ont es lo fuòc ?
– I a d'ai(g)a dessús.
– Ont es l'ai(g)a ?
– Lo buòu Maurèl l'a be(g)uda.
– Ont es lo buòu Maurèl ?
– Es a las pradas.
– Ont son las pradas ?
– Es al boisson.
– Ont es lo boisson ?
– La cabra l'a manjat.
– Ont es la cabra ?
– N'ai fach un oire.
– Ont es l'oire ?
– Li a de vin.
– Ont es lo vin ?
– La vièlha l'a be(g)ut.
– Ont es la vièlha ?
– Es sul ròc que fa : Cocut !
– Ont es lo ròc ?
– N'ai fach un forn.
– Ont es lo forn ?
– Ne còi de pan.
– Ont es lo pan ?
– La truèja l'a manjat.
– Ont es la truèja ?
– N'ai fach un bacon.
– Ont es lo bacon ?
– La cata l'a manjat.
– Ont es la cata ?
– Es a Roma.
Quand tornarà li coparem la coeta al ras del cuol.”

La miá memè, quand ère pichinèl, la m'aprenguèt e, dins la familha, i a pas que ieu que la sacha. De plus… Per çò que quand ère pichinèl, me cramère sul forn e me gardèt… Pardí, aviái las mans totas cramadas, me gardava suls ginolhs e la me cantava mai d'un còp, aquò fa que la retenguère coma aquò. L'ai pas jamai plan cantada, de còps coma aquò mès pas… »
L’épître Fallière
« L’épître Fallière
S’en va à la foire.
“Qui garde la maison ?
– La poule avec le coq.
– Où est la poule avec le coq ?
– Elle est à côté du feu.
– Où est le feu ?
– Il y a de l’eau dessus.
– Où est l’eau ?
– Le bœuf Maruel l’a bue.
– Où est le bœuf Maruel ?
– Il est dans les prés.
– Où sont les prés ?
– Il est au buisson.
– Où est le buisson ?
– La chèvre l’a mangé.
– Où est la chèvre ?
– J’en ai fait une outre.
– Où est l’outre ?
– Il y a du vin.
– Où est le vin ?
– La vieille l’a bu.
– Où est la vieille ?
– Elle est sur le roc, elle fait : Coucou !
– Où est le roc ?
– J’en ai fait un four.
– Où est le four ?
– On y cuit du pain.
– Où est le pain ?
– La truie l’a mangé.
– Où est la truie ?
– J’en ai fait du lard.
– Où est le lard ?
– La chatte l’a mangé.
– Où est la chatte ?
– Elle est à Rome.
Quand elle reviendra, nous lui couperons la queue au ras des fesses.”

Ma mémé me l'apprit quand j'étais petit et, dans la famille il n'y a que moi qui la sache. De plus… Parce que, quand j'étais petit, je me suis brûlé au four et elle me garda… Bien sûr, j'avais les mains toutes brûlées, elle me gardait sur ses genoux et elle me la chantait souvent, ça fait que je la retins ainsi. Je ne l'ai jamais tellement chantée, parfois comme ça mais pas… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...