Quand èri viu…

Collecté en 2001 Sur la Commune de Bor-et-Bar Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas ou trèves sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt.

Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer.

Nous avons collecté plusieurs fois la formule “Quand èri viu…” au cours de nos enquêtes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER VIGUIÉ

né en 1919 à Saulières de Bor.

Transcription

Occitan
Français
« Lii aviá tres o quatre amics aquí que decidèron d’anar al cafè e ne beuguèron veirat après veirat, lo temps passèt e la nèch arribèt.
N’i a un que di(gu)èt a l’autre :
“Di(g)a mès veses pas que se fa nèch. Mès es que trobarem lo camin per no’n tornar ?”
L’autre di(gu)èt :
“Di(g)a, escota, anam anar sus la rota, benlèu nos reconeisserèm ben !”
E i èran pas que dos. Alèra, faguèron a pus près cent cinquante, dos cents mèstres e n’i a un que di(gu)èt a l’autre :
“Mès, di(g)a, es pas empr’aquí que nos cal virar dins aquel camin pri(g)ond ?”
L’autre li di(gu)èt :
“Paure, ne soi pas se(g)ur.”
Li di(gu)èt :
“Escota, i a pas qu’a avançar dins aquel camin, veirem ben aquò !”
Avancèron dins aquel camin e di(gu)èron :
“Oui, ieu cresi qu’es aquí !”
E alèra arribèron a un ostal que s’apelava lo Mas del Riu, que li es enquèra aquel ostal, qu’es pas demolit. E apèissas, quand agèron passat aquel ostal, un bocin pus luènh i aviá un camin que davalava bravament a pic e davalava al riu. E, sabètz, lor caliá plan tota la larjor del camin, per çò que sabi que n’avián un còp dins l’ala. E, quand sia(gu)èron presque al riu, vegèron quicòm que èra tot illuminat : semblava un fuòc aval al fons.
Un diguèt a l’autre :
“Qu’es aquò aval ? Son de trèvas, aquò, di(gu)èt. Nos tornam virar ?”
L’autre di(gu)èt :
“Non, non, non. I pas qu’a avançar, veirem ben aquò !”
Per çò que, coma avián las aurelhas caudas, avián pas tant de paur qu’aquò. Avancèron, avancèron… Quand sia(gu)èron un bocin pus bas, pas lènh d’aquel fuòc – que lor semblava qu’èra un fuòc – vegèron un lençòl espandit, tendut, e i aviá una gròssa candela coma una litra a cada coet qu’èra alucada.
“Mès, di(gu)èron, nos cal anar veire de qu'es aquò.”
Avancèron, avancèron, tot doçament per çò que, quand mème, avián un bocin paur… Paure enfant ! Quand sia(gu)èron al costat d’aquelas candelas, quicòm se metèt a cantar :
“Quand èri viu,
Passavi lo long d’aqueste riu.
E ara que soi mòrt,
Fau lo torn d’aquest’òrt.
E tu que siás lo prumièr,
Sauta sus aquel de sul perièr !”
Perque i a talament de monde paures qu’anavan panar las peras…
E di(gu)èt…
E mon istoèra, paures, s’acaba coma aquò, a pas plan de sens mès ieu la racònti coma la m’an ensenhada.
– O que l’as entenduda. »
Quand je vivais…
« Il y avait trois ou quatre amis qui décidèrent d’aller au café. Et ils burent verre après verre. Le temps passa et la nuit arriva.
L’un dit à l’autre :
“Dis donc, ne vois-tu pas que la nuit arrive ? Trouverons-nous notre chemin pour rentrer ?”
L’autre lui dit :
“Dis, écoute, nous allons aller sur la route, nous nous reconnaîtrons bien peut-être !”
Ils n’y étaient que tous les deux. Ils firent alors à peu près cent cinquante, deux cents mètres et l’un dit à l’autre :
“Mais, dis, ce n’est pas par là qu’il nous faut tourner dans ce chemin creux ?”
L’autre lui dit :
“Mon pauvre, je ne suis pas sûr”.
Il lui dit :
“Ecoute, il n’y a qu’à avancer dans ce chemin, nous verrons bien ça !”
Ils avancèrent dans ce chemin et dirent :
“Oui, je crois que c’est ici !”
Et alors, ils arrivèrent à une maison qui s’appelait le Mas del Riou, qui existe encore, qui n’est pas démolie. Et ensuite, quand ils eurent passé cette maison, un peu plus loin il y avait un chemin qui descendait à pic et qui descendait au ruisseau. Et vous savez, il leur fallait bien toute la largeur du chemin parce qu’ils avaient un coup dans l’aile. Et, quand ils furent presque au ruisseau, ils virent quelque chose qui était tout illuminé : cela ressemblait à un feu là-bas, au fond.
L’un dit à l’autre :
“Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des fantômes, dit-il. Nous faisons demi-tour ?”
L’autre lui dit :
“Non, non, non. Il n’y a qu’à avancer, nous verrons bien ça !”
Parce que, comme ils avaient les oreilles chaudes, ils n’avaient pas si peur que ça. Ils avancèrent, ils avancèrent... Quand ils furent un peu plus bas, pas loin de ce feu – il leur semblait que c’était un feu – ils virent un drap étendu, tendu, et il y avait une grosse chandelle comme une bouteille à chaque coin qui était allumée.
“Mais, dirent-ils, il nous faut aller voir ce que c'est.”
Ils avancèrent, avancèrent, tout doucement parce que, quand même, ils avaient un peu peur... Pauvre enfant ! Quand ils furent à côté de ces chandelles, quelque chose se mit à chanter :
“Quand j’étais en vie,
Je passais le long de ce ruisseau.
Et maintenant que je suis mort,
Je fais le tour de ce jardin.
Et toi qui es le premier,
Saute sur celui qui est sur le poirier !”
Parce qu’il y avait tellement de gens pauvres qui allaient voler les poires...
Et il dit...
Et mon histoire, mes pauvres, se termine comme ça, elle n’a pas grand sens mais je la raconte comme on me l’a apprise.
– Ou comme tu l’as entendue. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...