Los oficis de la setmana senta e l'aiga benesida per Pascas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Bor-et-Bar Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant la semaine sainte, à partir du jeudi saint, les cloches étant parties à Rome, les enfants de chœur (clergues) sortaient sur la place de l'église pour annoncer les offices en brandissant des clochettes (esquilons).

La veille de Pâques, on bénissait l'eau (l'aiga benesida) qui servait à protection de la maison et des dépendances contre la foudre et les maladies, ainsi qu’à la bénédiction des morts.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER VIGUIÉ

né en 1919 à Saulières de Bor.

Transcription

Occitan
Français
« La setmana senta, a partir del dijòus, lo divendres e lo dissabte las campanas sonavan pas pus e, quand i aviá los oficis, que lo monde i anavan, presque tot lo monde i anava, los dròlles que servissián la messa o l'ofici sortián amb un esquilon sus la plaça de la glèisa per dire, per remplaçar las campanas, per dire que caliá dintrar que l'ofici anava començar. Ieu z'o ai fach, aquò.
Lo dissabte de Pascas, quand èri clergue, aquel jorn benesissián tota l'aiga benesida que se'n preniá dins totas las familhas. Tot lo monde. I aviá pas cap de familha, mème los qu'èran pas los pus croients prenián d'aiga benesida. Aquela aiga benesida, n'aviás per te'n servir quand fasiá auratge, quand i aviá un decès dins la familha… »
Les offices de la semaine sainte et l’eau bénie pour Pâques
« La semaine sainte, à partir du jeudi, le vendredi et le samedi les cloches ne sonnaient plus et, quand il y avait les offices, que les gens y allaient, presque tout le monde y allait, les enfants qui servaient la messe ou l’office sortaient avec une clochette sur la place de l’église pour dire, pour remplacer les cloches, pour dire qu’il fallait entrer, que l’office allait commencer. Moi je l’ai fait, ça.
Le samedi de Pâques, quand j’étais enfant de chœur, ce jour-là ils bénissaient toute l’eau bénite car on en prenait dans toutes les familles. Tout le monde. Il n’y avait aucune famille, même ceux qui n’étaient pas les plus croyants prenaient de l’eau bénite. Cette eau bénite, tu en avais pour t’en servir quand il faisait orage, quand il y avait un décès dans la famille... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...