Laurièr, aiga e candèla benesits

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Bor-et-Bar Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La maison était presque toujours placée sous la protection divine, comme en témoigne parfois une croix sculptée au-dessus de la porte d’entrée.

On se protégeait de la foudre en se signant, en invoquant les saints, en brûlant le laurier bénit, en allumant le cierge bénit ou en aspergeant d’eau bénite le seuil de la porte.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER VIGUIÉ

né en 1919 à Saulières de Bor.

Transcription

Occitan
Français
« Quand tronava fòrt, anava cercar lo laurièr benesit ambe l'ai(g)a benesida e alucava la candela qu'aviá facha benesir lo jorn de la candelièira. E, se la nivolada èra pas tròp sus l'ostal, dubrissiá la fenèstra e fasiá lo signe de la crotz un còp de cada costat de l'ostal.
E apèi metiá… Quand èra finit, metiá lo laurièr dins lo fuòc, que brutlèsse, que disiá qu'aquò protejava lo nòstre ostal e lo vilatge. »
Laurier, eau et chandelle bénits
« Quand il tonnait fort, elle allait chercher le laurier bénit avec l’eau bénite et elle allumait la chandelle qu’elle avait fait bénir le jour de la chandeleur. Et, si l’orage n’était pas trop sur la maison, elle ouvrait la fenêtre et elle faisait le signe de croix une fois de chaque côté de la maison.
Et ensuite elle mettait... Quand c’était fini, elle mettait le laurier dans le feu, pour qu’il brûle, parce qu’elle disait que ça protégeait notre maison et le village. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...