Las castanhas de Totsants

Collecté en 2000 Sur les Communes de Bor-et-Bar, Montbazens, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On retrouve cette vente de châtaignes (castanhas) organisée à Toussaint et destinée à financer des messes pour l'âme des défunts de la paroisse dans plusieurs secteurs du Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER VIGUIÉ

né en 1919 à Saulières de Bor.

Transcription

Occitan
Français
« La tradicion èra que portavan de castanhas, de castanhas polidas coma aquela que se vend sul mercat de Vilafranca o de La Guépia, de castanha polida, plan triada e la portavan dins la glèisa.
De còps n'i aviá dètz tonas.
– I a de còps que las venián quèrre en camion.
– Un mont que n'i auriá ajut un mèstre d'espés dins aquela pèça, aquí.
Los membres del conselh parroissial, qu'apelavan aquò los fabriciens, las ensacavan lo lendeman de Totsants e i aviá un camion que las portava al mercat de La Guépia.
Ieu me'n soveni plan e n'i a pas un briu qu'aquela tradicion s'es perduda. Se perdèt quand agèrem lo novèl curat que di(gu)èt que aquò fasiá tròp de trabalh. Disiá que valiá mai donar d'argent, que fasiá pas tant de trabalh.
L'ensacavan, aquela castanha. Los transporturs que portavan los vedèls, aquel jorn portavan pas que de castanhas. Prenián un cargament de castanhas. Anavan a la glèisa, cargavan. Èran dins de sacs, las anavan portar al mercat de La Guépia per çò que èra plan importent lo mercat de La Guépia, pus importent que duèi.
Al mercat de La Guépia, i aviá un merchand qu'èra de Montbasens que, cada an, las preniá e, amb aquel argent, fasián las messas pels defunts, per aquelses qu'èran partits. Ai vist aquò pendent cinquanta ans. »
Les châtaignes de Toussaint
« La tradition était qu’ils apportaient des châtaignes, des jolies châtaignes comme celles qui se vendent sur le marché de Villefranche ou de Laguépie, des jolies châtaignes, bien triées et ils les apportaient dans l’église.
Parfois il y en avait dix tonnes.
– Parfois ils venaient les chercher en camion.
– Un tas dont il y aurait eu un mètre d’épaisseur dans cette pièce, là.
– Les membres du conseil paroissial, qu’ils appelaient les fabriciens, les ensachaient le lendemain de Toussaint et il y avait un camion qui les apportait au marché de Laguépie.
Moi je m’en souviens bien et il n’y a pas longtemps que cette tradition s’est perdue. Elle se perdit quand nous eûmes le nouveau curé qui dit que cela faisait trop de travail. Il disait qu’il valait mieux donner de l’argent, que cela ne faisait pas autant de travail.
Ils ensachaient ces châtaignes. Les transporteurs qui portaient les veaux, ce jour-là ne portaient que des châtaignes. Ils prenaient un chargement de châtaignes. Ils allaient à l’église, ils chargeaient. Elles étaient dans des sacs, ils allaient les porter au marché de Laguépie parce que ce marché était très important, plus important qu’aujourd’hui. Au marché de Laguépie, il y avait un marchand qui était de Montbazens qui, chaque année, les prenait et, avec cet argent, ils disaient des messes pour les défunts, pour ceux qui étaient partis. J’ai vu cela pendant cinquante ans. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...