La vòta a Vòrs

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Bor-et-Bar Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La fèsta, organisée par les conscrits, était en général la fête votive, la vòta. Elle pouvait donner lieu à plusieurs journées de manifestations, mais dans certains villages, elle se déroulait sur une seule journée, le dimanche, précédée ou commencée par les aubades.

La borrèia était la danse reine, sous une multitude de formes (de dos, de quatre, crosada, tornejaira, montanharda, calha, salta-l'ase…), avant l'arrivée des danses à la mode : polka, polka-piquée, mazurka, varsovienne, autrichienne, scottish, java, tango…

La danse du balai (dança de la balaja) était généralement jouée en fin de bal.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER VIGUIÉ

né en 1919 à Saulières de Bor.

Transcription

Occitan
Français
« La vòta, la fasián pas aquí, la fasián un bocin en defòra, a un airal alà que èra planièr e la fasián pas aquí, la fasián pas sus la plaça de la glèisa, aquí. Soi-disant que èra a costat del cementèri, per respèct a-n-aquelses que nos avián quitats, volián pas far la musica aquí a costat del cementèri perque èra a vint mèstres.
D'abòrd, demandavan totjorn, sustot los que sabián pas dançar, demandavan la borrèia, “La borrèia d'Auvèrnha, la borrèia va plan.” Apèi, dançavan la valsa, dançacan una marcha, dançavan la pòlca, dançavan la masurca… Ieu jo(g)avi una java atanben. E pas gaire dançavan lo tangò, pourtant èra super facile a dançar, lo tangò, per çò que i a pas besonh d'èsser un professionèl per dançar lo tangò. Mème que dancèsses pas lo tangò argentin, i fasiá pas res perque los que t'agachavan i coneissián mens que non pas los que dançavan.
E fasián la ronda aquí coma aquò e apèissa a un moment donat n'i aviá un ambe la balaja pel mièg que se n'i aviá un que levava lo cap, i donava un còp de balaja o pausava la balaja, èra aquel que caliá que remplacèsse, que laissèsse la cavalièira qu'èra amb el per anar atrapar la balaja e caliá que ne cerquèsse un autre. Aquò èra pas totjorn facile… »
La fête votive à Bor
« Ils ne faisaient pas la fête votive là, ils la faisaient un peu en dehors, à un endroit qui était plat et ils ne la faisaient pas là, ils ne la faisaient pas sur la place de l’église, là. Soi-disant que c’était à côté du cimetière, par respect pour ceux qui nous avaient quittés, ils ne voulaient pas faire de musique là à côté du cimetière parce qu’il était à vingt mètres.
D’abord, ils demandaient toujours, surtout ceux qui ne savaient pas danser, ils demandaient la bourrée, “La bourrée d’Auvergne, la bourrée va bien.”Ensuite, ils dansaient la valse, ils dansaient une marche, ils dansaient la polka, ils dansaient la mazurka... Moi je jouais une java aussi. Et peu dansaient le tango, pourtant c’était super facile à danser, le tango, parce qu’il n’y a pas besoin d’être un professionnel pour danser le tango. Même si tu ne dansais pas le tango argentin, ça ne faisait rien parce que ceux qui te regardaient s’y connaissaient moins que ceux qui dansaient.
Et ils faisaient la ronde là comme ça et ensuite à un moment donné il y en avait un avec le balai au milieu qui, s’il y en avait un qui levait la tête, lui donnait un coup de balai ou il posait le balai, c’était celui-là qui devait le remplacer, qui devait laisser sa cavalière qui était avec lui pour aller attraper le balai et il fallait qu’il en cherche un autre. Ce n’était pas toujours facile... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...