La quista dels uòus dels conscrits

Collecté en 2000 Sur les Communes de Bor-et-Bar, Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jusqu'en 1970, les conscrits allaient passer le conseil de révision au chef-lieu de canton, afin de savoir s'ils étaient aptes au service militaire. Après la visite médicale, ils organisaient une quête des œufs et se retrouvaient ensuite pour un bon repas.

Ce rite de passage s'est maintenu dans certaines communes du Ségala où, dans le cadre d'une journée festive, les conscrits de l'année entrent en rivalité avec ceux de l'année précédente. Comme jadis, une quête d'œufs (passar l'aumeleta) ou d'argent leur permet de financer un bon repas.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER VIGUIÉ

né en 1919 à Saulières de Bor.

Transcription

Occitan
Français
« Cad'ans, quand los conscrits passavan lo conselh a Najac, èra de tradition que los conscrits fasián lo torn de la comuna, anavan dins totes los ostals amb un panièr. Avián la cocarda que penjava aquí a la vèsta e i aviá escrich dessús “Bon pour le service. Bon pour les filles.” Me'n rapelarai totjorn d'aquò.
E quant a ieu qu'èri pas que ieu, aicí de Vòrs, anèri trobar mon collèga de Bar que èrem pas que dos. Anèri lo trobar per li dire :
“Nautres dos… Ieu soi premsat per aquelses de Vòrs que vòlon pas que laisse tombar la tradicion, te cal venir ambe ieu, que vòli pas m'anar passejar tot sol, que n'ai crenta.”
Parti(gu)èrem far lo torn de la comuna e lo monde nos donavan dels uòus. No'n donavan una dotzena, doas dotzenas e, un ostal que no'n volián pas donar, n'atrapàvem sièis, los li copàvem totes per la pòrta, que sabiam qu'èran dins l'ostal e que s'anavan rescòndre per no'n donar pas.
Ieu vegèri los conscrits, èra pas ieu que lo fa(gu)èri, de conscrits qu'avián quatre o cinc ans de mai que ieu, que copèron una dotzena d'uòus per la pòrta per çò que los avián vistes que s'anèron… Èran dedins, clavats dedins e respondèron pas quand los conscrits arribavan, perque n'i aviá un qu'aviá un cleron, sabiá pas jo(g)ar mès fasiá “tuuuut !”, coma aquò.
Anèri a un ostal, aquí, que disián :
“Cal pas anar veire aquel òme perqu'es un avare e nos balhariá pas res.”
Di(gu)èt :
“Avèm pas d'uòus que los avèm balhats a l'espicièr.”
Me donèt vint francs alèra que, a l'epòca, pagavan una dotzena d'uòus dos francs e me balhèt vint francs. Aquò representava, entendètz, dètz dotzenas d'uòus ! Degús nos aviá pas donada aquela soma.
Alèra di(gu)èri a l'autre :
“Di(g)a, veses, veses s'avèm plan fach d'anar veire aquel òme !”
E totjorn, quand lo tornavi trobar, me disiá :
“Te remèrci d'èstre vengut que as plan fach de me prene ieu !” »
La quête des œufs des conscrits
« Chaque année, quand les conscrits passaient le conseil à Najac, il était de tradition que les conscrits fassent le tour de la commune, ils allaient dans toutes les maisons avec un panier. Ils avaient la cocarde qui pendait là, à la veste et il y avait écrit dessus “Bon pour le service. Bon pour les filles.”Je m’en souviendrai toujours de ça.
Et quant à moi qui n’étais que moi, ici de Bor, j’allai trouver mon collègue de Bar, car nous n’étions que deux. J’allai le trouver pour lui dire :
Nous deux... Moi je suis pressé par ceux de Bor qui ne veulent pas que je laisse tomber la tradition, il te faut venir avec moi, car je ne veux pas aller me promener tout seul, car j’en ai honte.”
Nous partîmes faire le tour de la commune et les gens nous donnaient des œufs. Ils nous en donnaient une douzaine, deux douzaines et, une maison où ils ne voulaient pas nous en donner, nous en attrapions six, nous les leur cassions tous sur la porte, car nous savions qu’ils étaient dans la maison et qu’ils allaient se cacher pour ne pas nous en donner.
Moi je vis les conscrits, ce n’était pas moi qui le fis, des conscrits qui avaient quatre ou cinq ans de plus que moi, qui cassèrent une douzaine d’œufs sur la porte parce qu’ils les avaient vu qui allèrent... Ils étaient dedans, verrouillés dedans et ils ne répondirent pas quand les conscrits arrivaient, parce qu’il y en avait un qui avait un clairon, il ne savait pas jouer mais il faisait “tuuuut !”, comme ça.
J’allai à une maison, là, où ils disaient :
“Il ne faut pas aller voir cet homme parce que c’est un avare et il ne nous donnerait rien.”
Il dit :
“Nous n’avons pas d’œufs car nous les avons donnés à l’épicier.”
Il me donna vingt francs alors que, à l’époque, ils payaient une douzaine d’œufs deux francs et il me donna vingt francs. Cela représentait, entendez, dix douzaines d’œufs ! Personne ne nous avait donné cette somme.
Alors je dis à l’autre :
“Dis, tu vois, tu vois que nous avons bien fait d’aller voir cet homme !”
Et toujours, quand je le rencontrais, il me disait :
“Je te remercie d’être venu car tu as bien fait de me prendre moi !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...